Coronavirus: 12 nouveaux cas confirmés au Maroc, 402 au total    12 nouveaux cas confirmés au Maroc, 402 au total    Coronavirus/Juve: le salaire de Cristiano Ronaldo va baisser    Covid-19: 319 nouveaux décès en France, 2.314 au total    McDonald's lance son initiative « Meta7dine »    NT7arko f'dar! La MDJS lance une application pour bouger à la maison    Coronavirus : quels coûts pour l'économie marocaine ?    Nasr Mégri chante « Corona »    CNDP et AMRC se mobilisent pour faciliter le télétravail    Coronavirus : PSA renforce la protection de ses salariés et contribue à la solidarité nationale    Une ex-journaliste de Medi 1 meurt du coronavirus    Le ministère public incite à plus de rigueur dans l'application du nouveau dispositif juridique    Différend entre la CGEM et le GPBM    Tramway: Explications sur l'interruption temporaire de ligne T1    Le Président de la Commission de l'Union africaine, testé négatif au coronavirus    Coronavirus : Voici un récapitulatif des principales mesures fiscales au profit des entreprises    Coronavirus: le bilan s'alourdit en Algérie    Coronavirus : le Président américain promulgue le plan de sauvetage massif de l'économie    Coronavirus : Le Comité de veille économique à la rescousse des ménages vulnérables    Covid-19 : les entreprises du BTP veulent plus de garanties pour mener à bien les chantiers prioritaires    Météo: les températures prévues ce samedi 28 mars au Maroc    Coronavirus: coup dur pour Hassan El Fad (PHOTO)    Kenya : 63 personnes ingurgitent du Dettol pour « se prémunir » contre le coronavirus, 59 en meurent    Santé, nutrition et condition physique : La FRMF lance une série de vidéos au profit des footballeurs confinés    Coronavirus: Plan anti-sécheresse: Financement additionnel de 1,5 milliard de DH    Les actions à Wall Street montent en flèche après le plan de sauvetage économique    La médecine militaire à la rescousse    Le Conseil de gouvernement adopte des projets de décret suspendant la perception du droit d'importation sur le blé dur et certaines légumineuses    L'Union européenne appuie les efforts du Maroc pour faire face à la pandémie du Covid-19 avec un budget immédiat de 150M €    Décès de Hassan Ghazoui: Les condoléances du SG du PPS    Ahmed El Khichen, auteur autodidacte, transforme son salon de coiffure en librairie    La vie de Fatima Mernissi au grand écran prochainement    Bonne nouvelle pour les Marocains établis en France (PHOTO)    Samira Said lance «Waqiâ Majnoun»    Un autre monde à imaginer et à construire    Décès de Hidalgo, l'homme qui ravivé le football français    Pourquoi avons-nous besoin de la pensée rationnelle contre les manipulations fantaisistes?    Abdelhak Nouri: on en sait plus sur son état de santé    Le Coronavirus contraint Poutine à reporter sa réforme constitutionnelle…    Le Roi félicite le Président du Bangladesh à l'occasion de la fête de l'indépendance de son pays    Le Covid-19 compromet les chances de la tenue de la CAN 2021 et des compétitions interclubs    Les coureurs cyclistes marocains adoptent le "Home-trainer"    Réunion virtuelle du G7    La divulgation de l'identité d'un malade fait des vagues    Faute de recettes, les clubs de foot menacés de faillite    Coronavirus : Sueurs froides dans un 7ème art, contraint de s'adapter    Journée mondiale du théâtre, une occasion de promouvoir le "père des arts" à travers le monde    Le très beau geste de Jenifer envers le personnel soignant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Une femme polygame sous les verrous
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 02 - 03 - 2007

Elle a abandonné son premier mari et ses trois enfants pour se remarier illégalement à Dar Bouâzza. Elle a été traduite devant le tribunal de première instance de Benslimane.
«J'ai croisé ta femme, Khadija, à Dar Bouâzza», révèle à son voisin cet habitant de Mellila dans la province de Benslimane.
Fellah de son état, C.A. n'en a pas cru ses oreilles. Son épouse a disparu un beau jour de 1995 et n'a plus donné signe de vie. En douze ans, elle n'a jamais essayé de prendre attache avec ses trois enfants. A telle enseigne que tout le monde l'a crue morte. Ceci d'autant plus que la plainte déposée par C.A. auprès de la Gendarmerie royale n'avait débouché sur rien. N'ayant ni confirmé, ni infirmé l'éventuelle mort de celle-ci, C.A. ainsi que de nombreux voisins ont mené nombre d'investigations sans arriver au moindre résultat.
«Es-tu sûr que tu as vu Khadija?», a-t-il fini par dire à son vis-à-vis sur le ton non pas de l'interrogation, mais du reproche.
«C'est elle, je me souviens très bien d'elle… Elle n'a pas beaucoup changé… Je l'ai même suivis jusqu'à sa maison», a répondu le voisin outré de voir son ami douter de sa parole. De fait, pareille affirmation n'a fait que jeter de l'huile sur le feu. C.A. ne savait plus quoi faire : dire à ses enfants que leur mère est toujours en vie après les avoir convaincus de sa mort risque de les traumatiser pour la vie. Ne pas le faire reviendrait au même. Pris entre le marteau et l'enclume, il ne savait pas comment s'en sortir, aussi s'est il dit que la nuit pourrait lui porter conseil. De retour chez-lui, il a préparé le dîner à ses chérubins avant d'aller au lit. Sitôt qu'il a posé sa tête sur l'oreiller, les souvenirs ont commencé à “refluer“. Il s'est souvenu de ce jour de 1987 où il avait demandé la main de Khadija. Elle était à la fleur de l'âge, elle n'était pas uniquement sa voisine du quartier Mellila à Benslimane, mais elle était également sa cousine. S'aimaient-ils ? Non, mais elle lui était promue. Au début de 1989, un premier garçon est venu égayer leur foyer, puis un deuxième et enfin une petite belle fillette. Un jour, Khadija a quitté le domicile conjugal sans y jamais retourner. Pourquoi ? Cette question a taraudé jusqu'au petit matin son époux. Sitôt la prière finie, il s'est dirigé vers la maison de son voisin pour lui demander de le conduire vers le lieu où il a vu Khadija. Ils se sont donc rendus à Dar Bouazza et commencé à guetter, de loin, la sortie de celle-ci. Et là ce fut le choc. Après une demi-heure d'attente, la femme qu'il avait crue morte était sous le perron, en chair et en os. Qu'allait-il faire ? Il était tellement traumatisé qu'il a décidé de retourner chez-lui pour ne revenir que le lendemain en compagnie de son fils aîné. Encore faut-il qu'il le mette au courant sans éveiller les soupçons de ses autres enfants. Mais arrivé chez lui, il a changé d'avis. Il a réuni tous ses enfants autour de lui pour leur annoncer la terrible nouvelle. Le lendemain, son aîné, l'a accompagné à Dar Bouâzza. C'est lui qui a frappé à la porte et c'est lorsque sa maman lui a ouvert que C.A. s'est avancé pour lui expliquer qu'il est venu chez elle pour mettre légalement fin à leur relation conjugale. Pour sa part, Khadija lui a dit qu'elle s'est remariée et a eu un autre enfant. Il lui a alors souhaité tout le bonheur du monde avant de lui demander de prendre un jour le temps de l'accompagner au tribunal de première instance de Benslimane pour qu'il puisse la répudier. Ce qu'elle fit avec célérité. C'est là que la police l'a arrêtée puisque C.A. avait préalablement déposé une plainte contre elle. Lors de son interrogatoire, elle justifiera sa fugue par le fait que son mari la maltraitait. Elle a également révélé que c'est en travaillant comme bonne à Casablanca qu'elle a rencontré son deuxième mari auquel elle a caché le fait qu'elle était déjà mariée et qu'elle était la mère de trois enfants.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.