Tennis : À l'ACSA... Inès, la confirmation, et Réda, la révélation ! M.BELAOULA    Délais de paiement: les TPE lourdement impactées    Piratage de 19 millions de comptes Facebook au Maroc    La Comader réfute les allégations sur la qualité du blé    13.850 bénéficiaires de l'Opération Ramadan 1442    Maintien de la fermeture des salles de cinéma au Maroc    Tout faire pour développer le sens artistique et culturel des élèves    "Echos de la mémoire sur les montagnes du Rif", de Fatiha Saidi    Le message du roi Mohammed VI au roi des Belges    Suivez en direct la conférence de presse de BAM sur le lancement du Service de Centralisation des Chèques Irréguliers    CERI Sciences Po veut penser autrement le Maroc    L'OCP au chevet de la riziculture ivoirienne    Antony Blinken en Afghanistan pour discuter du retrait des troupes américaines d'ici le 11 septembre    WAC-MCO: le pactole pour les joueurs oujdis en cas de victoire    LEGISLATIVES 2021: L'USFP, toujours aussi moribond    Ahmed Reda Chami: Le visage du renouveau de l'USFP    Hyundai Maroc : commercialisation amorcée pour le nouveau Tucson    Couvre-feu ramadanesque: Casablanca comme vous ne l'avez jamais vue (VIDEO)    WAC-MCO en prologue de la 12ème manche de la Botola Pro D1    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Abdellatif Hammouchi, l'oeil qui veille sur le Maroc    Des averses orageuses et de fortes rafales de vent attendues jeudi    Sahara Marocain : Une fois de plus, Paris joue l'ambiguïté    La Bourse de Casablanca débute en hausse    AMO : vers l'inclusion de 1,6 million agriculteurs et leurs familles    Neymar se dit " plus heureux qu 'avant" à Paris    OMS : Septième semaine consécutive d'augmentation des contaminations dans le monde    La vigilance au quotidien, au maroc et à l'étranger    Justice : Recomposition des commissions permanentes du CSPJ    L'Union africaine veut créer cinq pôles de fabrication de vaccins sur le continent    Maroc/Accidents de la route: 12 morts et 2.355 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    Le Festival du rire de Casablanca du 15 au 18 avril    Khalid Chihab crée un instrument Ade musique combinant l'Oud et l'Outar    Le Street Art pour embellir la médina d'Oujda    Coupes africaines : Le tirage au sort fixé au 30 avril au Caire    Algérie : dégradation de l'état de santé de 23 détenus, en grève de la faim depuis 9 jours    Assurance maladie obligatoire: 3 conventions-cadres signées devant SM Mohammed VI (reportage)    Ligue des Champions : Le bus du Real attaqué par des hooligans !    Sahara marocain: L'ambassadeur du Maroc à Moscou s'entretient avec le vice-ministre russe des AE    MMA: troisième confrontation entre McGregor et Poirier à Las vegas    Fruit d'un partenariat avec le ministère de l'éducation nationale : 27 centres des classes prépa équipés par OCP    Dakhla : Le RNI lance Ramadaniyat Al Ahrar    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    Ligue des champions: Le Real disputera sa 9ème demi-finale sur les 11 dernières    Météo: encore de la pluie ce jeudi 15 avril au Maroc    Ramadan : les bus de Casablanca adaptent leurs horaires    L'ICESCO lance la 2è édition de ses programmes ramadanesques    Nos vœux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Justice : Rakia Abou Ali et ses frères en grève de la faim
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 08 - 2007

L'état de santé de Rakia Abou Ali, ses deux frères et un quatrième accusé, est stable. C'est ce qu'annonce le Parquet de Meknès sur la base des rapports établis par l'administration pénitentiaire. Le procès démarrera en septembre prochain.
«Normal et stable». C'est ainsi qu'un communiqué du Procureur général près la Cour d'appel de Meknès a qualifié l'état de santé de Rakia Abou Ali et ses trois co-détenus incarcérés à la prison de la capitale ismaïlienne. Le Parquet indique ainsi que Rakia Abou Ali, ses frères Mohamed et Mustapha, ainsi que le dénommé Safouane Zerhraoui sont sous surveillance médicale permanente depuis qu'ils ont initié une grève de la faim 24 juillet dernier. Le magistrat précise, en réponse à des allégations des détenus, que Rakia Abou Ali a été présentée à un cardiologue de l'hôpital public de la ville et que ce dernier, suite à un diagnostic, lui avait prescrit une ordonnance qu'elle refuse d'utiliser. Son frère Mustapha, lui, avait été soigné pour de légères blessures à la main, ajoute le même communiqué.
Mercredi 1er août, et dans le cadre de l'affaire Abou Ali, le Conseil supérieur de la magistrature a décidé de révoquer Driss Laftah, juge au tribunal de première instance de Khénifra. Le magistrat, qui aura toutefois droit à ses indemnité de retraite, a été sanctionné pour des actes "graves portant atteinte à la réputation et à l'honneur de la justice", en relation avec le scandale qui a éclaté le printemps dernier à Khénifra.
Le Conseil supérieur de la magistrature a toutefois acquitté Aziz El Ouazzani Chahdi, substitut du Procureur général près la Cour d'appel de Meknès, pour manque de preuves l'accablant.
L'affaire Abou Ali a éclaté en février et mars derniers suite aux "révélations" de la principale protagoniste qui a multiplié les sorties médiatiques accusant des magistrats de Khénifra et Meknès, mais aussi des éléments de la Gendarmerie royale à Tighassaline, localité près de Khénifra. Abou Ali y affirmait avoir été «séquestrée» par un magistrat pendant de longs mois à Meknès et qui l'aurait réduite à l'état d'"esclave sexuelle". Allégations qu'elle accompagnait d'une débauche de photographies et d'enregistrements vidéos. Fin mars 2007, Roukia Abou Ali est arrêtée avant d'être déférée devant le Parquet de Meknès pour répondre de sa part de responsabilité dans un meurtre aux environs de Khénifra, mais aussi d'autres accusations basées sur des plaintes du voisinage à Tighssaline, et de ses déclarations mettant en cause des magistrats et des éléments de la Gendarmerie royale dans la région.
Native d'Oujda, âgée de 35 ans et divorcée depuis dix ans, elle affirme avoir entretenu une relation de plusieurs années avec un magistrat de la Cour d'appel de Meknès qu'elle accuse de séquestration, mais aussi d'exploitation sexuelle, pendant au moins trois ans.
Les Abou Ali, dès le début des années 1990, enchaînent les condamnations en justice pour divers motifs : prostitution, proxénétisme, trafic de drogue ou encore tentative d'escroquerie. Le magistrat accusé par Rakia Abou Ali a été muté dans un premier temps à Kénitra avant d'être suspendu sur décision du Conseil supérieur de la magistrature. Le procès des Abou Ali démarrera en septembre prochain. L'instruction pour élucider toute l'affaire, elle, est toujours en cours.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.