Tennis : À l'ACSA... Inès, la confirmation, et Réda, la révélation ! M.BELAOULA    Délais de paiement: les TPE lourdement impactées    Piratage de 19 millions de comptes Facebook au Maroc    La Comader réfute les allégations sur la qualité du blé    13.850 bénéficiaires de l'Opération Ramadan 1442    Maintien de la fermeture des salles de cinéma au Maroc    Tout faire pour développer le sens artistique et culturel des élèves    "Echos de la mémoire sur les montagnes du Rif", de Fatiha Saidi    Le message du roi Mohammed VI au roi des Belges    Suivez en direct la conférence de presse de BAM sur le lancement du Service de Centralisation des Chèques Irréguliers    CERI Sciences Po veut penser autrement le Maroc    L'OCP au chevet de la riziculture ivoirienne    Antony Blinken en Afghanistan pour discuter du retrait des troupes américaines d'ici le 11 septembre    WAC-MCO: le pactole pour les joueurs oujdis en cas de victoire    LEGISLATIVES 2021: L'USFP, toujours aussi moribond    Ahmed Reda Chami: Le visage du renouveau de l'USFP    Hyundai Maroc : commercialisation amorcée pour le nouveau Tucson    Couvre-feu ramadanesque: Casablanca comme vous ne l'avez jamais vue (VIDEO)    WAC-MCO en prologue de la 12ème manche de la Botola Pro D1    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Abdellatif Hammouchi, l'oeil qui veille sur le Maroc    Des averses orageuses et de fortes rafales de vent attendues jeudi    Sahara Marocain : Une fois de plus, Paris joue l'ambiguïté    La Bourse de Casablanca débute en hausse    AMO : vers l'inclusion de 1,6 million agriculteurs et leurs familles    Neymar se dit " plus heureux qu 'avant" à Paris    OMS : Septième semaine consécutive d'augmentation des contaminations dans le monde    La vigilance au quotidien, au maroc et à l'étranger    Justice : Recomposition des commissions permanentes du CSPJ    L'Union africaine veut créer cinq pôles de fabrication de vaccins sur le continent    Maroc/Accidents de la route: 12 morts et 2.355 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    Le Festival du rire de Casablanca du 15 au 18 avril    Khalid Chihab crée un instrument Ade musique combinant l'Oud et l'Outar    Le Street Art pour embellir la médina d'Oujda    Coupes africaines : Le tirage au sort fixé au 30 avril au Caire    Algérie : dégradation de l'état de santé de 23 détenus, en grève de la faim depuis 9 jours    Assurance maladie obligatoire: 3 conventions-cadres signées devant SM Mohammed VI (reportage)    Ligue des Champions : Le bus du Real attaqué par des hooligans !    Sahara marocain: L'ambassadeur du Maroc à Moscou s'entretient avec le vice-ministre russe des AE    MMA: troisième confrontation entre McGregor et Poirier à Las vegas    Fruit d'un partenariat avec le ministère de l'éducation nationale : 27 centres des classes prépa équipés par OCP    Dakhla : Le RNI lance Ramadaniyat Al Ahrar    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    Ligue des champions: Le Real disputera sa 9ème demi-finale sur les 11 dernières    Météo: encore de la pluie ce jeudi 15 avril au Maroc    Ramadan : les bus de Casablanca adaptent leurs horaires    L'ICESCO lance la 2è édition de ses programmes ramadanesques    Nos vœux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Maroc-USA : Fin de calvaire pour Ahmed Yassine
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 10 - 08 - 2007

Ahmed Yassine Boujrad, un enfant marocain de 3 ans, a pu enfin rejoindre ses parents aux Etats-Unis. Son double prénom, rappelant celui du fondateur du Hamas, lui a valu deux ans de séparation de ses géniteurs.
Happy-end pour la famille Boujrad, un couple vivant à Alexandria en Virginie du Nord aux Etats-Unis. Abdelouahab et Leila, les parents, ont enfin pu serrer dans leurs bras leur enfant Ahmed Yassine, seul fruit d'un mariage remontant à 1999. L'enfant, âgé de 3 ans, a été séparé de ses parents, vivant aux Etats-Unis depuis 1997 pour le père et 2005 pour la mère, pour une histoire surréaliste où se mêlent bureaucratie et, visiblement, les «dommages collatéraux» de la lutte antiterroriste.
Ahmed Yassine est arrivé, mardi dernier à Washington, après plusieurs heures de vol pour partir de Casablanca à New York avant d'atterrir à l'aéroport international Reagan. Ses parents, raconte la presse américaine, l'ont recueilli alors qu'il sombrait dans les bras de Morphée, exténué qu'il était par le long trajet qu'il a parcouru. Abdelouahab et Leila Boujrad ont dû s'y prendre à plusieurs reprises pour le réveiller. Ils craignaient qu'il ne les reconnaisse plus après deux ans de séparation.
L'histoire remonte à 1997, quand la chance a souri à son père qui a participé à la célèbre loterie organisée annuellement par les Etats-Unis. Il demande alors Leila en mariage et l'union est scellée deux années plus tard. En mai 2004, Ahmed Yassine voit le jour. Son père tenait absolument à l'appeler Yassine. Son grand-père paternel optait lui pour le prénom de Ahmed. Pour parvenir à une solution qui arrange tout le monde comme c'est de coutume chez plusieurs familles marocaines, l'enfant fut appelé Ahmed Yassine, mais personne ne se doutait du fait que ce dernier allait payer la ressemblance de son prénom avec celui du fondateur du Hamas de deux ans de séparation de ses géniteurs. Car, fin 2005, Leila, sous peine de voir son visa arriver à expiration, confie son bébé d'à peine un an à sa sœur et part rejoindre Abdelouahab. Comme lui, elle arrive à être naturalisée citoyenne américaine. Mais, malgré de longues démarches, les Boujrab n'arrivent pas à convaincre les services d'immigration de finaliser les procédures nécessaires pour « rapatrier » Ahmed Yassine. Si l'examen de leurs requêtes était éternellement ajourné, lesdits services n'ont, toutefois, jamais avancé d'explications convaincantes.
Le CAIR (le Conseil pour les relations américo-islamiques) affirme cependant que l'enfant est victime de la ressemblance de son prénom avec celui du fondateur du Hamas assassiné par Israël en 2004. avec l'aide et le soutien de ce dernier conseil, ils arriveront à organiser une campagne médiatique en faveur de la venue de l'enfant aux Etats-Unis et qui a finalement donné ses fruits en juin dernier surtout après que plusieurs chaînes de télévision aient pris l'initiative d'ébruiter l'affaire.
Lors de leurs deux longues années de séparation, les parents d'Ahmed Yassine craignaient que leur enfant n'arrive plus à les reconnaître. Ils avaient trouvé la solution qu'offrent les technologies de communication : de fréquents appels téléphoniques et surtout des vidéos échangées via Internet pour que l'enfant se familiarise avec la voix et les visages de ses géniteurs. Ils n'ont pas été déçus.
Le CAIR affirme que le cas d'Ahmed Yassine Boujrad n'était pas le seul du genre. Il compte sur ce précédent pour intervenir en faveur d'autres enfants séparés de leurs parents dans diverses localités américaines.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.