De la Révolution du Roi et du peuple à la Fête de la jeunesse    Le Gabon célèbre à Laâyoune le 62è anniversaire de son indépendance    Belle moisson de médailles pour les sportifs marocains    L'animation, une industrie naissante au Maroc    L'amazighe est-il véritablement une priorité dans le PLF ?    Le Maroc fournit 50% des besoins de l'Espagne en tomates    Medium : « Le Maroc peut-il jouer un rôle plus important au Moyen-Orient via les accords d'Abraham ? »    Affaire Pegasus. Un ancien ministre marocain met en exergue le silence de Forbidden Stories, Amnesty, Le Monde et El Pais    Wydad de Casablanca. Houcine Ammouta promu entraîneur    Covid-19: 79 nouveaux cas et 97 guérisons en 24H    Le Pérou retire sa reconnaissance du Polisario    Pénurie des cartables au Maroc ? Le ministère rassure    Mercato : Mouhcine Moutouali tranche sur sa prochaine destination    Orages en France: trois morts en Corse    Après la touriste française, un octogénaire mutilé par des chiens à Tanger    Stade Brestois : ambiance bon enfant entre Achraf Dari et Youcef Belaïli    PSG : régime strict pour Achraf Hakimi and co...    Heureux événement dans la famille Batma (PHOTO)    Coupe d'Afrique des Nations U23 – Maroc 2023 : Tirage des éliminatoires    Emirates modernise sa flotte pour plusieurs milliards de dollars    Sahara: un éditorialiste colombien critique le revirement de Gustavo Petro    Italie : Un festival rend hommage à Rahhal Amarri, décédé en sauvant deux enfants de la noyade    Italie : Un enfant marocain de deux ans blessé par balle, sa vie n'est plus en danger    Un ministre israélien salue le rôle du Maroc dans le rapprochement entre Israël et les Palestiniens    Maroc : Un jeune enfant meurt à la frontière avec Melilla    Le Barça et le Man. City en mission humanitaire : Xavi contre Gaudriola mercredi prochain au Camp Nou    Constructeurs automobiles. Quels sont ceux qui seront présents au Mondial de l'Auto de Paris ?    France-Afrique, le non-retour    Trois diplomates marocains en Colombie victimes d'un vol après avoir été drogués    Banques: La position de change s'améliore    Droits humains, l'autre axe de coopération entre Rabat et Washington    Eté 2022 : Essaouira bat tous ses records d'affluence    Moyens de paiement : Le Maroc, pays le plus dépendant du cash au monde    Événements de Nador : de la prison ferme pour 13 migrants (VIDEO)    La fusée américaine SLS arrive à son aire de lancement, avant son décollage vers la Lune    Actifs immobiliers au trimestre 2-2022 : Des indicateurs en dents de scie avec des signes encourageants    «Tagzzayt» ou «La mémoire du corps», un nouveau documentaire sur les tatouages    Les Mosaïques du Nord sont de retour pour leur deuxième édition    La 11ème édition du 19 au 23 octobre prochain    La Bourse de Casablanca débute dans le vert    Visas Schengen refusés : la fédération des droits des consommateurs réclame le remboursement    M'diq-Fnideq : L'incendie de la forêt « Kodiat Tifour » presque entièrement circonscrit    Hécatombe    La météo pour ce jeudi 18 août 2022    Algérie : le bilan des incendies dans plusieurs villes monte à 26 morts, l'incurie des autorités dénoncée    L'USAID fournit 68 millions $ au PAM pour l'achat, le transport et le stockage de blé ukrainien    La forteresse « Casa del Mar »    Casablanca : «Al Majdoubia » de Saâdallah brille lors du Festival Al Fida    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Belyazid : «Ce n'est pas une mode, c'est un mouvement de culture urbaine»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 08 - 11 - 2007

Face à l'émergence du phénomène «Nayda», la réalisatrice Farida Belyazid et la sociolinguiste Dominique Caubet tentent d'analyser ce mouvement dans un documentaire intitulé «Casa Nayda».
Les jeunes vous diront ce que veut dire : «Nayda». C'est un mot à la mode qui désigne une ambiance festive et décontractée qui a fini par séduire l'univers de la culture. Il y est utilisé pour évoquer le foisonnement culturel et sociétal survenu au Maroc en ce début de 3ème millénaire. Qualifié d'abord de «Movida marocaine» par la presse nationale et internationale, le phénomène a suscité plusieurs controverses. Les plus optimistes y voient un mouvement culturel authentique similaire à certains égards à la Movida espagnole . D'autres, plutôt septiques, n'y voient qu'un phénomène artificiel ou purement «Marketing», créé de toutes pièces et poussé par une presse progressiste et moderniste.
Alors il était tant de trancher. Dans son dernier film documentaire «Casa Nayda», la réalisatrice Farida Belyazid, aux côtés de la sociolinguiste, spécialiste de la darija, Dominique Caubet, tourne les projecteurs vers ce phénomène qui a commencé essentiellement par la musique, notamment avec le Boulevard des jeunes musiciens et le festival des Gnaoua, puis s'est étendu à la radio, la mode, la publicité et les nouvelles technologies. Le film retrace l'itinéraire de cette effervescence culturelle initiée par une jeunesse cherchant à clamer son identité marocaine avec sa langue dialectale et à travers une manière d'être, une expression artistique et un langage nouveaux.
«Nayda» est un phénomène social urbain profond. Beaucoup plus qu'une mode, c'est un mouvement dans lequel tout une partie de la société marocaine s'y reconnaît et particulièrement les jeunes. C'est en 2003 que le mouvement va apparaître publiquement dans une situation de paradoxe, d'abord lors du procès des 14 musiciens accusés de satanisme, puis après les attentats du 16 mai. On notera, alors, une forte mobilisation de la jeunesse contre les deux événements, mais aussi, face à des institutions et à des voix qui voulaient fermer le Boulevard des jeunes musiciens, affirmant par là son identité dans la pluralité et la tolérance, explique à ALM la sociolinguiste Dominique Caubet. Et d'ajouter que «Contrairement à la politique à laquelle de moins en moins de personne participe, à ce mouvement, une bonne partie de la jeunesse adhère spontanément par son attitude contre la langue de bois, en se donnant une bonne image d'elle-même et en étant contente de ce qu'elle est, non pas de ce qu'on lui dit qu'elle est». Ainsi émergeront des groupes de musique qui compteront parmi les principales figures de la «Nayda», dont Mafia C, H-Kayne, Fnaïre, Zanka flow, Bigg, Darga et Hoba Hoba Spirit. A ces groupes beaucoup de jeunes adhéreront influençant par-là d'autres secteurs. Pour Mme Belyazid, «ce n'est pas une mode, c'est un mouvement de culture mondiale urbaine. Partout les jeunes expriment leurs réalités locales, et cela face à la mondialisation. Ils créent ainsi un espace de liberté et une jeune culture qui leur sont propres. Mais ils ont toujours de multiples difficultés. Par exemple, difficile pour les groupes de musique, en particulier ceux qui utilisent une batterie, de trouver un local pour répéter, ou encore, pour la plupart de vivre de leur art, sans parler de l'absence de statut pour ces artistes. Toutefois, ils finissent par s'affirmer même face aux institutions les plus fermées. D'ailleurs, lors des dernières élections, des partis politiques ont animé leurs colloques en invitant des rappeurs».
L'artiste Simo «Masta Flow», membre du groupe de rap «Casa Crew», qui a participé dans ce film déclare, pour sa part, à ALM, que le mouvement existe, mais dans une certaine sphère et qu'il est encore dans son stade embryonnaire. Il précise aussi que sa participation au film servait plus la promotion du groupe et se félicite du fait que «c'est au moins, Nayda quelque part».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.