3ème Edition de la conférence « Parlons Développement » : Faire des jeunes les moteurs du développement durable    Sensibilisation sur le civisme fiscal en RDC : Instituer une culture fiscale dans le pays    Radisson Hotel Group : Une expansion record au Maroc et en Afrique du Nord    Industries manufacturières: Hausse de 19,9% de l'indice de la production au T2-2021    CIH Bank : Renouvellement de la quadruple certification ISO 9001 version 2015    Flambée des prix : des augmentations abusives ?    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Allemagne : le site fédéral des élections probablement visé par une cyberattaque    La France a éliminé Abou Walid Al-Sahraoui, ancien membre du Polisario et chef de l'EI au Grand Sahara    Rapatriement jeudi des dépouilles des deux camionneurs marocains tués au Mali    Tokyo 2020: les athlètes médaillés célébrés par la Fondation Mohammed VI    Vaccination volontaire des adolescents de 12 à 17 ans : plus d'un million d'injections administrées    Prévisions météorologiques pour ce jeudi    Vladimir Poutine annonce que des dizaines de personnes de son entourage ont le Covid    Les contours de la majorité gouvernementale seront probablement dévoilés la semaine prochaine    Les certificats Covid-19 délivrés par le Maroc désormais valides au sein de l'UE    La DGM célèbre la Journée météorologique arabe 2021    Téhéran, l'AIEA et la surveillance du programme nucléaire iranien    Les premiers touristes spatiaux prêts à décoller mercredi    Eyal David rejoint la mission israélienne à Rabat en tant que chef adjoint    Sahel : Des opérateurs Wagner au Mali ?    Un RNPG déficitaire au 1er semestre    Retour sur la saga des héros paralympiques    «Lewy» et le Bayern surclassent encore le Barça    Lukaku tire Chelsea du piège du Zenit, Ziyech décevant    Match nul pour Séville, En Nesyri voit rouge    Abdelkader Bourhim: "Le sport, parent pauvre des programmes électoraux"    Botola Pro D1 et D2 "Inwi" (2ème journée): Le programme    Le modèle marocain cité en exemple par un nouveau rapport    Disparitions forcées : le Maroc soumet sa copie préliminaire à l'ONU    Formation du gouvernement. Aziz Akhannouch boucle aujourd'hui le premier round des consultations    Le roi Mohammed VI nomme le général Belkhir El Farouk inspecteur général des FAR    Le plus haut gradé américain craignait que Trump n'attaque la Chine    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 15 septembre 2021 à 16H00    La vaccination des 12 à 17 : Plus d'un million d'élèves ont reçu la première dose    Cinéma : L'IF du Maroc rouvre ses salles de projection    Le festival JIDAR fait sensation sur les réseaux    Echange culturel pour lutter contre les idées extrémistes    New District présente son premier artiste Hassa1    Hicham Lahlou invité au Salone Del Mobile 2021, à Milan    ART: Des projets communs lancés par l'IMA et la FNM    Espagne: négociations sous haute tension entre Madrid et les séparatistes catalans    La nomination de Staffan de Mistura en tant qu'Envoyé Personnel au Sahara, se fera dans les prochains jours    DataPathology : Witamax injecte 2 MDH    Plafonnement des prix des tests PCR : les laboratoires demandent une baisse des coût des réactifs    La Burundaise Niyonsaba bat le record du monde 2000 m en athlétisme    Des ateliers consultatifs de la musique du 17 au 28 septembre    Arts plastiques : Samira Ait El Maalam expose sous le thème «Vortex»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



France : Nicolas Sarkozy affronte sa grande épreuve sociale
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 13 - 11 - 2007

Nicolas Sarkozy et les leaders syndicaux sont loin de trouver une issue au bras de fer sur le devenir des régimes spéciaux de retraites. François Fillon prête main-forte à Sarkozy.
L'épreuve sociale qu'affronte Nicolas Sarkozy à partir de ce mardi soir est de celle qui, logiquement, fait trembler les politiques les plus forts et les exécutifs les mieux bâtis. Tant est palpable la violence de la détermination des organisations syndicales qui peut engendrer les crispations les plus dures. Pourtant Nicolas Sarkozy semble avoir donné un mot d'ordre à son gouvernement. Il faut tenir la dragée haute aux syndicats comme si l'ensemble du quinquennat dépendait de l'issue de ce bras de fer entre Nicolas Sarkozy et les leaders syndicaux sur le devenir très contesté des régimes spéciaux de retraite.
François Fillon, le Premier ministre qui gémissait dans les couloirs de la radio Europe 1 que le président lui interdisait de se déployer sur les terrain des multiples crises sociale qui bourgeonnent dans différents secteurs, a été celui qui a formulé avec la plus grande force la détermination du gouvernement à ne pas céder : «Notre fermeté, ce n'est pas une posture, c'est une exigence de justice et d'équité (…) Personne ne pouvait imaginer que la réforme des régimes spéciaux se ferait facilement».
Et sous couvert de tempérer la gravité de la crise, le ministre du Travail, Xavier Bertrand, souligne l'importance des enjeux engagés : «Le gouvernement ne souhaite ni la grève ni l'enlisement » . Tout en se disant prêt à recevoir Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, il précise, impérial : «Mais si c'est pour me redire qu'il ne souhaite pas le passage à 40 ans de cotisations, c'est inutile». Alors que la presse française annonçait déjà à coup de titres hitchcockiens un novembre noir pour célébrer les six mois de la présidence de Nicolas Sarkozy, l'opposition a repéré le filon qu'il y avait à tirer à boulets rouges sur l'Elysée. Ségolène Royal qui avait totalement disparu de la scène médiatique se rappelle au bon souvenir du président de la république : «Nicolas Sarkozy a dégradé le climat social. Un piège est tendu aux organisations syndicales et aux salariés : il va prendre les Français à témoin en disant : vous voyez je vais aller jusqu'au bout, je vais faire la confrontation dans l'intérêt du pays (…) Non, c'est lui qui a dégradé le climat social parce que les premières décisions qu'il a prises sont celles qui ont avantagé les hauts revenus». Un des proches de Ségolène Royal, Julien Dray, propose, pour éviter la grève, une solution aux allures culinaires «Il (Sarkozy) est capable de manger avec tout le monde, pourquoi ne mange-t-il pas avec les organisations syndicales, pourquoi ne discute-t-il pas avec elles ?» Nicolas Sarkozy affronte donc sa première grande épreuve sociale avec un pari risqué. Celui de voir le pays paralysé sans autre perspective que de battre en retraite ou de passer en force. Le nez constamment plongé dans les sondages, le président de la République est convaincu que l'opinion saura comprendre et soutenir les réformes promises lors de la campagne présidentielle. Pour le président de la République, il s'agit d'un test majeur.
L'homme de rupture est confronté à son heure de vérité. La grogne sociale a été lancée par les cheminots qui tiennent à leurs régimes spéciaux de retraite. Une fois relayée par les étudiants qui contestent la loi sur l'autonomie de l'université portée par la ministre Valérie Pecresse, les magistrats et les avocats qui s'opposent sourdement à la réforme de la carte judiciaire défendue par Rachida Dati, les marins-pêcheurs victimes directes de la hausse des prix du carburant et les organisations syndicales de fonctionnaires qui dénoncent la chute irréversible de leur pouvoir d'achat.
De nombreux observateurs estiment que si Nicolas Sarkozy ne parvient pas à éviter la jonction ou « la coagulation » de ces multiples contestations, il n'aura d'autres choix que de renoncer à son projet de réforme. La crise sociale d'aujourd'hui a de fortes de chances de se transformer en crise politique. Sa volonté d'aller au bout de l'épreuve de force indique sa détermination. Nicolas Sarkozy scrutera avec attention les courbes de mobilisations de ces grèves. De leur ampleur dépendra certainement sa disponibilité à céder. Tout en ordonnant à ses troupes de se préparer à une bataille de longue haleine , Nicolas Sarkozy avait fait ce constat : «Ce n'est pas le mois de novembre qui sera difficile, c'est tout le quinquennat qui sera difficile. Car les réformes, je les ferai».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.