Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



France : Pouvoir d'achat et violence urbaine, défis immédiats pour Sarkozy
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 28 - 11 - 2007

Les succès de Nicolas Sarkozy à l'étranger sont à l'opposé de la dégradation de la situation sociale en France. Le recul du pouvoir d'achat des Français en témoigne.
Nicolas Sarkozy a dû accomplir son périple chinois avec la précipitation des impatients. Même si les vingt milliards d'euros de contrats qu'il a arrachés à Pékin ont de quoi faire rougir de jalousie le plus talentueux des représentants de commerce, il se trouve que le président français n'était naturellement occupé que par la situation sociale qui se dégrade en France. Et pendant que le président français posait entre les magnifiques statues de l'armée de terre, il n'avait certainement en tête que le contenu du discours qu'il compte prononcer pour clôturer et tirer les grandes leçons de la dure semaine de grève dans les transports publics que vient de vivre la France. Bref, affiner «les annonces claires» promises par le porte-parole du gouvernement Laurent Wauquiez
Sur la contestation sociale qui s'était cristallisée autour de la demande du maintien des régimes spéciaux de retraite est venue se greffer une revendication politiquement plus lourde pour Nicolas Sarkozy : la détérioration du pouvoir d'achat des Français. Autant sur les retraites, le président français pouvait compter sur une complicité tacite d'une grande majorité des Français et de leurs leaders d'opinion, autant sur la problématique du pouvoir d'achat, il se retrouve seul face à une coalition de mécontents. L'opposition socialiste, même dispersée, en cours de recomposition, a très bien senti la point de faiblesse et a commencé à appuyer là où cela faisait mal. Le toujours premier secrétaire du Parti socialiste ne peut s'empêcher d'ironiser : «Quand on a été élu sur le thème (du pouvoir d'achat), on doit être le président qui améliore le pouvoir d'achat, pas qui le détériore».
Un autre socialiste qui ne cache pas ses prétentions à prendre prochainement le leadership des socialistes , Laurent Fabius, verse dans la même veine mais avec un ton plus coriace et plus accrocheur : «Ce qu'on a retenu de sa campagne victorieuse (de M. Sarkozy) c'est je serai le président du pouvoir d'achat: promesse non tenue, totalement non tenue. Il y a deux ratages, le premier ratage, le plus sérieux, c'est le pouvoir d'achat. Le second, qui n'est qu'en partie lié à ce qui se passe en France, c'est l'euro cher». D'ailleurs, il est à signaler que Laurent Fabius fait partie des rares personnalités de gauche qui livre le plus intransigeant des constats du bilan Sarkozy lorsqu'il pointe «la novlangue officielle, cette communication érigée en propagande» : «On ferme brutalement 160 tribunaux, cela s'intitule «rapprocher la justice des citoyens». On supprime plus de 10.000 postes de professeurs par an, cela s'appelle «intéresser les enseignants». La taxation des malades est rebaptisée «responsabilisation des patients».
Signe que l'opposition s'apprête à bouger sur le sujet, sa décision de lancer un tract diffusé à 2 millions d'exemplaires et une affiche à 500.000 exemplaires frappés de ce slogan «Avec Nicolas Sarkozy gagner moins et payer plus» qui se veut un détournement du «travailler plus pour gagner plus».
Nicolas Sarkozy se doit de répondre à ses détracteurs avant que leurs discours ne trouvent un écho dévastateur auprès de l'opinion. Sur ce thème en particulier, de nombreux observateurs s'interrogent sur la marge de manœuvre dont dispose le président de la République surtout après le constat alarmant fait par son Premier ministre François Fillon lorsqu'il a évoqué «la France en faillite».
Autre sujet qui préoccupe Nicolas Sarkozy celui de voir que la France renoue avec la violence urbaine, notamment avec les nuits d'émeutes qu'a connu Villiers-le-Bel, dans le Val d'Oise, après la mort à moto de deux jeunes habitants de cités lors d'un contact avec une voiture de police. Ces violences rappellent à Nicolas Sarkozy celles de l'automne de 2005 lorsque l'étincelle était partie de Clichy-Sous-Bois après la mort de deux jeunes, électrocutés après une course poursuite avec la police. La ministre de l'Intérieur Michelle Alliot-Marie ne croit pas à la spontanéité de ces émeutes et croit déceler des mains manipulatrices dans l'ombre : «Il y a un certain nombre de personnes qui essayent de créer des incidents graves pour profiter de cette situation, pour commettre un certain nombre d'actions du type de celle qu'on a vues la nuit dernière (…) Qui et pourquoi ? Des personnes qui ont intérêt, sans doute pour couvrir certaines de leurs actions, ont intérêt à faire des amalgames et entrainer des personnes qui n'ont rien à voir avec elles dans tout ceci».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.