Tanger: Arrestation d'un ressortissant français d'origine algérienne pour son implication présumée dans le trafic international de drogue    France : Jean Yves Le Drian userait-il de son réseau pour défendre les intérêts de son fils ?    Compteur coronavirus : 424 nouveaux cas et 6 décès en 24H    Election des représentants de magistrats: Taux de participation de 50,42% à midi pour les Cours d'appel    Un chercheur serbe souligne le bien-fondé de l'appel à l'expulsion de la pseudo «rasd » de l'UA    Obligation de pass vaccinal : La CNDP se prononcera prochainement    Cannabis : Signature de quatre conventions pour le renforcement de la recherche scientifique    L'Arabie saoudite vise la neutralité carbone d'ici 2060    Covid-19 : Le CHU Ibn Sina dément le décès d'une étudiante à cause du vaccin    L'exercice conjoint bilatéral Pakistan-Maroc 2021 touche à sa fin (Vidéo)    Coronavirus : Le vaccin Pfizer efficace à 90% chez les 5-11 ans    Aérien. Le Maroc actualise la liste des pays de la liste B    Sahara marocain: La Jordanie réaffirme son soutien à l'autonomie dans le cadre de l'intégrité territoriale du Maroc    Afghanistan: L'état islamique revendique une attaque à l'origine de la panne de courant à Kaboul    En quoi la décision royale dérange le clan Aziz Akhennouch ?    Football féminin : Rencontre entre le président de la Fédération espagnole et Mme Khadija Ila, présidente de la Ligue nationale    Football : Assemblée générale ordinaire à distance de l'IRT    Meurtre du député britannique David Amess : le suspect sera jugé en mars 2022    Royal Air Maroc. Vols Casablanca-Montréal: ce qu'il faut savoir    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    Faut-il continuer à s'endetter ?    Deuxième édition du Global Women Summit à Dakhla    Chambre des représentants : Séance plénière lundi prochain consacrée aux questions orales    A quoi joue la Russie?    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Pierre Lellouche ou quand le parachute grince
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 15 - 02 - 2008

Le syndrome de Neuilly semble faire des petits un peu partout en France, surtout à Paris. L'homme qui capte actuellement les lumières de ce nouveau mélodrame en préparation est Pierre Lellouche.
Qui a dit que les élections municipales seraient un long fleuve tranquille pour Nicolas Sarkozy et une promenade de santé pour son parti, l'UMP ? Certainement un observateur qui avait cru, à tort, que la magie du triomphe présidentiel allait perdurer tant la soif de changement était forte et la vague des réformes attendues est fortement désirée.
Le scrutin de mars prochain s'annonce chaotique, à cause, entre autres, des nombreux parachutes qui avaient du mal à s'ouvrir. Cette semaine, la France entière vient de vivre la tragédie de Neuilly en trois actes, avec l'évacuation en urgence absolue de David Martinon, l'installation en désespoir de cause du divers droite Jean Christophe Fromantin et la rébellion programmée du putschiste estampillée UMP Arnaud Teullé. Le syndrome de Neuilly semble faire des petits un peu partout en France et surtout à Paris. L'homme qui capte actuellement les lumières de ce nouveau mélodrame en préparation est Pierre Lellouche, le candidat UMP du VIIIème arrondissement. Le député Lellouche menait tranquillement sa campagne, sûr de rafler la mise puisque la notoriété de ses adversaires dépasse rarement les quartiers de son arrondissement. C'était sans compter avec un évènement inattendu et un dommage collatéral imprévisible.
Devenu un résident du VIIIème arrondissement qui abrite le palais de l'Elysée, le président de la République Nicolas Sarkozy a dû faire appel, le 2 février, à François Lebel, maire UMP, pour célébrer son mariage discret avec Carla Bruni. La légende largement diffusée par François Lebel voudrait qu'à la fin de la cérémonie, Nicolas Sarkozy se serait adressé au maire présent pour dire «Bonne chance pour les municipales».
Le sang tunisien de Pierre Lellouche, il est né à Tunis le 3 mai 1951, n'a fait qu'un tour avant de réclamer un démenti à l'Elysée de ses propos et un engagement personnel de Nicolas Sarkozy à ses côtés pour mettre fin à la rumeur et la confusion. Ne voyant rien venir, Pierre Lellouche, spécialiste des questions de défense, atlantiste convaincu, s'est retourné vers la direction de l'UMP à laquelle il a adressé un communiqué furibard l'intimant de «siffler la fin de la récréation et remettre en ordre la maison UMP en prenant les mesures qui s'imposent».
Pour quelle raison Nicolas Sarkozy tarde-t-il à répondre à la sollicitation de Pierre Lellouche présenté comme un ami du président et un sarkozyste de la première heure ? Alors qu'il avait accepté de déjeuner avec François de Panafieu quand cette dernière s'était offusqué du soutien qu'il avait manifesté à son adversaire le socialiste Bertrand Delanoë. Pierre Lellouche, actif soutien de la politique de George Bush et de la guerre américaine en Irak, avait depuis longtemps divorcé avec le couple Chirac-De Villepin et rejoint la marche triomphale de Nicolas Sarkozy vers le pouvoir. A deux reprises pendant la formation du gouvernement Fillon un et deux, Pierre Lellouche attendait que les portes des ministères s'ouvrent enfin pour lui. Il visait particulièrement le ministère de la Défense et celui des Affaires étrangères.
Au nom de l'ouverture, Nicolas Sarkozy avait dévolu le premier au centriste Hervé Morin et le second au socialiste Bernard Kouchner. Devant tant d'occasions manquées, Pierre Lellouche n'a pu cacher son amertume : «Les gars qui se sont battu depuis cinq ans pour gagner l'Elysée et qui voient aujourd'hui leur président dire qu'il va prendre tel ou tel ministre socialiste, ça leur fait drôle». «Le Canard Enchainé » lui attribue des propos encore plus critique à l'égard l'ouverture : « On ne peut pas cacher qu'il y a à l'UMP pas mal de déçus. Il y en a même qui ont mal au cul. Sarko devrait nommer un ministre de la vaseline, à condition de la choisir dans la majorité».
Commentant le phénomène des listes dissidentes qui font tanguer le navire UMP, Pierre Lellouche avait constaté dans une tribune publiée jeudi dans le Figaro : «Tout se passe comme si une partie de la droite et du centre, triomphante il y a huit mois à peine, avait décidé à l'approche d'une échéance électorale pourtant difficile, de se suicider en s'entre-tuant en public, oubliant même de livrer bataille à la gauche». Et d'enfoncer le clou en direction de l'Elysée : «La droite française, malgré la magie sarkozienne à l'UMP, serait-elle redevenue, Sarkozy parti à l'Elysée, la plus bête et la plus lâche du monde ?»


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.