Maroc – Espagne : Composition des Lions de l'Atlas face à la Roja    Mondial : le Maroc en quarts de finale, l'aventure se poursuit    Mondial 2022 : Le Maroc élimine l'Espagne et se qualifie en quart de finale    Nasser Bourita s'entretient avec le ministre adjoint des Affaires étrangères australien    Accidents de la circulation: 14 morts et 2.233 blessés en périmètre urbain durant la semaine dernière    Tétouan / Forum de la démocratie participative : Développer la performance des acteurs de la société civile    Casablanca-Settat : Maâzouz reçoit une délégation d'anciens chefs d'Etat, dont des Prix Nobel    Zoo de Rabat : Le projet «Building the Photo Ark» dédié aux espèces en voie d'extinction    Rabat / Cinéma : Clôture de la 15ème édition du Festival Handifilm    Evolution du coronavirus au Maroc. 179 nouveaux cas, 1 269 570 au total, mardi 6 décembre 2022 à 15 heures    "Sir, Sir, Sir"... L'Ambassadeur des USA à Rabat encourage les Lions de l'Atlas    La Russie vendra son pétrole en utilisant de nouveaux instruments    La France se prépare à des coupures de courant    Maroc/Israël. Bond significatif des échanges    Ouganda : Mehdi Bensaid, porteur d'un message royal, reçu par le président Museveni    Belgique : Le CCE veut l'expulsion de Hassan Iquioussen vers la France    Le Maroc «considère sa coopération avec Israël comme moyen de dissuasion» du Polisario    Prières rogatoires dans les synagogues du Royaume pour demander la pluie    La FIFA rend hommage à un football marocain « brillant sur tous les plans »    Qatar 2022 : Face à l'Espagne, le Maroc joue le match de son histoire    Walid Regragui et Achraf Hakimi préparent le choc contre la Roja (VIDEO)    Sports équestres. Oued Ykem remporte la Coupe du trône de saut d'obstacles    Métiers mondiaux : ça cartonne à l'export !    Le parquet rejette la demande de libération de Mohamed Zayan    Le groupe Etat islamique a utilisé des armes chimiques, selon des experts de l'ONU    L'organisation des femmes socialistes dénonce la violence à l'égard des femmes sur les réseaux sociaux    HCP: les femmes consacrent plus du 1/6 de leur journée aux travaux ménagers    Handifilm. Des lycéens marocains raflent les 4 prix de la compétition internationale du court métrage    Les plans d'action régionaux au titre de 2023 en cours d'étude, nécessitent une enveloppe de 8,41 MMDH    Sans cartes ni boussole: Il est urgent de diriger autrement, de Marc De Leyritz    AIE : La crise de l'énergie a créé un «élan inédit» pour les renouvelables    Produits de base: Le gouvernement rassure sur la disponibilité du stock    L'artisanat marocain décolle fort à l'international    Parlement panafricain : L'Afrique unie pour sa jeunesse    Des conflits cachés entre Ouahbi et Mansouri laissent présager une scission au sein du PAM    Economie verte : emplois et compétences    Open Startup : La formation annuelle se déroulera à Casablanca    Casablanca : 5 ans de prison pour avoir détourné une mineure    Le Maroc et la Belgique renouvellent leur volonté de faire avancer la Haute Commission mixte    La Chambre des Conseillers adopte le PLF-2023    Météo: les prévisions du mardi 06 décembre    Stock stratégique des produits de base: l'Exécutif œuvre à la mise en place d'un écosystème national intégré    Casablanca / Théâtre arabe : Neuf pays et 16 représentations en compétition    Marrakech : coup d'envoi de la septième Semaine nationale de l'artisanat    Zouhair Bahaoui en concert le 6 décembre au Qatar    Finale de la ligue nationale d'improvisation théâtrale Nojoum    Vernissage à Fès de l'exposition «L'art comme devoir de mémoire» du plasticien Said Haji    La revue de presse du lundi 5 décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



François Fillon, un homme au bord de la rupture avec l'Elysée
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 17 - 04 - 2008

Au cœur de la discorde entre l'Elysée et Matignon se trouve l'état de leur popularité. Les sondages constatent une permanente chute de crédibilité de Nicolas Sarkozy face à la bonne santé de François Fillon.
François Fillon atterrit aujourd'hui au Maroc pour animer le neuvième séminaire intergouvernemental franco-marocain avec son homologue Abbas El Fassi. Même si la visite dure à peine 24 heures et son programme réduit au strict minimum protocolaire, sans les grandes effusions habituelles, François Fillon a tenu à se faire accompagner par une importante délégation. Un des objectifs majeur de cette rencontre semble de faire le point et le suivi sur les projets de coopération entre Paris et Rabat lancés lors de la dernière visite de Nicolas Sarkozy au Maroc en octobre dernier, notamment la construction par la société française Alsthom d'un Train à grande vitesse (TGV) reliant Tanger à Marrakech.
Que sur le terrain marocain, François Fillon puisse marcher sur les traces de Nicolas Sarkozy pour tenter de traduire les promesses présidentielles en faits irréversibles, l'image est assez idyllique pour ne pas frapper les esprits et la démarche assez originale pour provoquer les murmures les plus interrogatifs. La relation entre les deux hommes semble atteindre un tel degré de nervosité qu'un proche de Nicolas Sarkozy, le ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale, Brice Hortefeux se croit obligé de souligner avec de gros sabots la qualité de leurs rapports : «Les relations entre le président et le Premier ministre sont institutionnellement fortes et personnellement amicales (…) Le président de la République est un président engagé (...) Le Premier ministre porte les réformes. Il est très présent sur la scène médiatique pour faire la pédagogie de la réforme. C'est une bonne chose». Au cœur de la discorde entre l'Elysée et Matignon se trouve l'état de leur popularité dans l'opinion. Les sondages constatent une permanente chute de crédibilité de Nicolas Sarkozy étroitement liée à une insolente bonne santé de François Fillon. L'écart fut tel que de nombreux observateurs envisagent une inversion du rôle du fusible qui fait le charme des institutions de la cinquième république entre le président et son Premier ministre Et depuis, François Fillon ne rate aucune occasion de faire le constat de cette embellie. Lors de son voyage au Japon la semaine dernière, il avait confié aux journalistes cette phrase frétillante : «Je serais le dernier des cons si je vous disais que les bons sondages ne me font pas plaisir. Mais je me dis que tout ça est un peu irréel».
D'humeur abrasive, Nicolas Sarkozy ne parvient pas à cacher son irritation de voir son Premier ministre caracoler dans les sondages. Il laisse à ses collaborateurs le soin de souligner que cette bonne santé dans l'opinion est due au manque de prise de risque du Premier ministre qui reste cloitré dans son silence pour mieux recueillir les fruits de la frustration des Français.
Cette compétition entre les deux hommes donne lieu à une cacophonie gouvernementale qui rappelle les heures de gloire de la cohabitation. Les derniers exemples ne manquent pas : qu'il s'agisse du débat sur les OGM qui a failli coûter son secrétariat d'Etat à Nathalie Kosciusko-Morizet, aux multiples reculs sur la carte famille nombreuse à la SNCF, ou à la fin du remboursement par les sécurité sociale des lunettes brandie par la ministre de la Santé Roselyne Bachelot. Autant de sujets qui constatent un manque évident d'harmonie dans l'expression gouvernementale. La dernier pique ne date de François Fillon pour marquer sa touche à la laïcité. Le Premier ministre veut promouvoir «une vision juste et apaisée de la laïcité». Ces mots sonnent comme un désaveu de Nicolas Sarkozy soupçonné de vouloir remettre en cause la loi de 1905. Parce qu'il est dans l'incapacité immédiate de procéder au remplacement de François Fillon, Nicolas Sarkozy a mis en orbite Xavier Bertrand en le nommant vice-président de l'UMP. Une manière d'obliger le Premier ministre de mouiller sa chemise et de quitter sa posture angélique qui lui procure la sympathie des français. Dans son analyse des rapports de plus en plus difficiles avec le président de la République, François Fillon estime qu'il s'agit de l'œuvre diabolique de collaborateurs malveillants : «Tant que le président me donne sa confiance et que la majorité me donne sa confiance pour mettre en œuvre les projets, je le fais. Le reste, moi je ne sais pas ce qu'on dit à l'Elysée, je n'ai jamais accordé la moindre importance aux commentaires des collaborateurs, je pense que ça n'en a pas».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.