Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



François Fillon, l'homme politique français de l'année 2009
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 02 - 01 - 2009

Nicolas Sarkozy et François Fillon ont fourni d'immenses efforts de communication pour distiller une image différente d'un antagonisme installé.
Avec le recul, l'année 2008 aura été un calvaire pour le Premier ministre de Nicolas Sarkozy, François Fillon. Avec les meilleures volontés du monde dotées d'une lutte permanente contre toute sorte d'amnésie, il est très difficile de se souvenir d'un grand geste politique qui marque l'indépendance du personnage ou son originalité. Malheureusement pour lui, tout ce que la mémoire a pu retenir, se résume en une sciatique carabinée qui avait tracé des sillons de douleurs sur son visage, son spectaculaire accident d'avion raté qui avait fait dire aux mauvaises langues que François Fillon venait de rater le seul moment où il pouvait être percutant et ses languissantes lamentations dans les confidentiels de la presse d'avoir été tenu à l'écart du fameux G7, le groupe des ministres groupies que Nicolas Sarkozy a coopté pour semer sa pensée, diffuser son action et amplifier son humeur.
Personne ne peut réellement dater avec précision le début de la détérioration de ses relations avec Nicolas Sarkozy. L'hypothèse la plus répandue la situe comme dommage collatéral de la fiévreuse parenthèse «Bling Bling». Moqué et attaqué de toutes parts, Nicolas Sarkozy n'avait pas trouvé en François Fillon le chevalier du temple ou le samouraï dévoué à sa défense. Et depuis, François Fillon était astreint à guetter les signaux pour deviner la stratégie, à décoder les petites phrases des uns et des autres pour anticiper sa mise à niveau avec l'humeur du temps et ses rythmes endiablés imposés par Nicolas Sarkozy. Il était visuellement frappant de constater que depuis de longs mois, l'alchimie qui avait fait leur triomphe pendant la campagne électorale des présidentielles, a cessé d'être un ferment de cohérence et de solidarité entre le président de la République et le Premier ministre.
Les deux hommes ont fourni d'immenses efforts de communication pour distiller une image différente d'un antagonisme installé, mais la nature revenait souvent au galop pour montrer les indices d'un divorce consommé. Le pire des scénarios que certains politologues prédisaient à François Fillon lorsqu'il avait accepté Matignon, c'est qu'il risquait de se transformer en super directeur de cabinet d'un président assoiffé d'action, d'exposition et de lumières et qui veut tenir physiquement le manche du pouvoir.
Mais cette prophétie restait en deçà du calvaire politique qu'allait vivre François Fillon qui, au lieu d'être au cœur de l'action gouvernementale à haranguer les foules des sympathisants et à croiser le fer avec de farouches opposants, allait observer le cours des choses dans la douleur de l'inaction et souvent avec le démoralisant sentiment d'inutilité. A tel point que les différents ministres ne se donnaient même plus la peine de cacher leur embarras quand il ne le font pas avec un plaisir vengeur, de solliciter des arbitrages directs de l'Elysée, laissant Matignon ruminer sourdement sa rancœur.
Les sondages on été pour beaucoup dans l'aggravation de la disgrâce de François Fillon. Moins il s'exposait, moins il réagissait, plus sa cote de popularité atteint des sommets qui provoquent une jalousie morbide chez Nicolas Sarkozy dont la cote de popularité creusait des profondeurs de désamour. François Fillon pouvait toujours se consoler en se disant que la fonction de Premier ministre dans la cinquième République était celle du fusible pour justifier les incompétences et les erreurs du président de la République et lui donner une durée de vie supplémentaire. Mais avec lui, Matignon s'est transformé en chambre d'enregistrement et François Fillon en reine d'Angleterre souvent chargé de représenter le président dans des cérémonies épuisantes ou jugées pas assez visibles. Après avoir été le sympathique pantin aux gros sourcils de 2008, François Fillon est déjà sans conteste l'homme de l'année 2009 puisque sa libération est programmée dans quelques semaines. Soulagé, François Fillon mettra fin à une insupportable situation de divorcé vivant sous le même toit avec Nicolas Sarkozy. Les conditions de son départ, la récupération de sa liberté de parole et éventuellement son ambition politique, qu'elle soit parisienne ou nationale, fera, à n'en pas douter, de François Fillon l'homme qu'il faut suivre après avoir été celui qu'il fallait ignorer.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.