Gouvernement : Les contours de la majorité se préciseront au cours de la semaine prochaine    Production industrielle : Hausse de 19,9% de l'indice de la production au T2-2021    Sahel : Le chef de l'EIGS et mercenaire du « Polisario » tué par la force Barkhane    Attaque au Mali : L'ASMEX condamne les agressions contre les routiers marocains    JO et Jeux paralympiques : La Fondation Mohammed VI des champions sportifs rend hommage aux athlètes médaillés    Compteur coronavirus : 2.432 nouveaux cas, Casa, Rabat, Salé en tête de liste    Covid-19 : première baisse substantielle du nombre de cas hebdomadaires,    DGSN : Quatre responsables suspendus pour manquements dans l'exercice de leurs fonctions    Politique de vaccination : Le pragmatisme marocain    Covid-19: 2.432 nouveaux cas, plus de 17,2 millions de personnes complètement vaccinées    Technologie. Une nouvelle gomme increvable signée Michelin    Transport aérien: Emirates lance une campagne de recrutement mondiale incluant le Maroc    Elections du 8 septembre: la stratégie digitale des partis politiques disséquée    Les provinces du Sud connaissent un essor remarquable sur tous les plans    Attente...    PJD : après la déroute électorale, la dure thérapie de groupe    Libye : l'Egypte, le Maroc et la communauté internationale appellent les autorités à tenir les élections comme prévu    Israël : Vers le lancement d'un projet de fabrication de drones au Maroc    Le Maroc se dote d'une série de drones autonomes    M. Babou Sène, nommé Consul général de la République du Sénégal à Dakhla    ONDA : Plus de 3,56 millions de passagers internationaux entre le 15 juin et le 31 août    Technologie : Des fenêtres qui fournissent de l'énergie    L'économie mondiale va rebondir mais de manière inégale selon les régions    Initié par l'Ambassade des Pays-Bas au Maroc, un Demo Day pour couronner les 3ème Orange Corners Morocco    Contrôles continus: le ministère fait une annonce    La CDG intègre le programme DATA TIKA de la CNDP    Cinéma : L'Institut Français du Maroc rouvre ses salles de projection    Festival : la 14ème édition du Festival national du Zajal se donne à voir en digital    Botola Pro D1 / FAR-JSS (0-3) : Victoire méritée de Chabab Soualem    Le changement climatique pourrait pousser 1,9 million de Marocains à migrer d'ici 2050    Covid-19 : plus de 70% de la population chinoise entièrement vaccinée    Le Maroc reçoit 5 millions de doses du vaccin Sinopharm    Pakistan: 7 soldats et 5 terroristes tués au Waziristan du Sud    Hamdi Ould Errachid reconduit à la tête du conseil de Laâyoune-Sakia El Hamra    Classement FIFA: Les Lions de l'Atlas au 33ème rang    Interview avec Neta Elkayam : «Je m'intéresse à beaucoup de musiciens marocains contemporains»    Xander Pratt dévoile son nouveau titre en hommage à Casablanca    Radisson Hotel Group : Une expansion record au Maroc et en Afrique du Nord    Allemagne : le site fédéral des élections probablement visé par une cyberattaque    Retour sur la saga des héros paralympiques    «Lewy» et le Bayern surclassent encore le Barça    Lukaku tire Chelsea du piège du Zenit, Ziyech décevant    Match nul pour Séville, En Nesyri voit rouge    Abdelkader Bourhim: "Le sport, parent pauvre des programmes électoraux"    Le plus haut gradé américain craignait que Trump n'attaque la Chine    Cinéma : L'IF du Maroc rouvre ses salles de projection    Des ateliers consultatifs de la musique du 17 au 28 septembre    Arts plastiques : Samira Ait El Maalam expose sous le thème «Vortex»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Sarkozy et Fillon se disent unis comme les deux doigts de la main
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 30 - 06 - 2009

Entre Nicolas Sarkozy et François Fillon, c'est une intense histoire d'estime et de rejet. Leur séparation était souvent envisagée, mais son impossibilité révélait leurs faiblesses respectives à travers leur interdépendance.
La question ne devrait même pas se poser mais elle taraude les esprits avec virulence et anime les dîners en ville avec obsession : François Fillon a-t-il encore un rôle à jouer auprès d'un président de la République qui vient de cannibaliser avec gourmandise son exécutif? Par deux gestes forts, l'interrogation de savoir à quoi sert le Premier ministre devient percutante. Le premier a été de formuler, à Versailles devant le Congrès réuni, une véritable déclaration de politique générale qui avait fait passer le Premier ministre pour un observateur étranger détaché de la réalité politique du pays. Le second, c'est quand il avait procédé à un grand remaniement ministériel qui a vu huit portefeuilles changer de titulaire sans que les observateurs puissent reconnaître l'influence de Matignon dans ces nouveaux castings. L'opposition avait tout de suite flairé le piège dans lequel Nicolas Sarkozy tentait d'enfermer les institutions. Une campagne de critiques a été diligentée contre François Fillon pour son impuissance et son incapacité. Un défi lui a même été lancé de venir engager la responsabilité de son gouvernement devant l'Assemblée nationale. Ce à quoi, François Fillon avait tenté de répondre en utilisant l'arme de l'ironie : «Ces changements de personnes ne signifient pas un changement de politique (…) Il n'est pas question de changer de politique au milieu d'une crise aussi grave (…) Vous pouvez déposer une motion de censure, ce sera la troisième en deux ans (…) Ce sera d'ailleurs l'occasion d'éclairer les Français sur les propositions alternatives du Parti socialiste. Pour le moment, ils n'ont pas complètement discerné».
Parce que son autorité a été ostensiblement remise en cause, François Fillon est à la recherche de tous les moyens d'expression pour se ressaisir d'une équipe gouvernementale qui subit un effet tournesol irrésistible de la part de l'Elysée. Parmi ses moyens se trouve l'idée du séminaire gouvernemental qui s'est tenu dimanche. L'objectif d'une telle réunion est de permettre à François Fillon de dire à ses ministres que malgré la prééminence de la parole présidentielle, le Premier ministre garde une capacité d'organisation et de coordination de l'action gouvernementale. C'était d'ailleurs le sens de la remontrance qu'il a adressée à ses ministres sitôt connue la physionomie du gouvernement Fillon 4 : «Aucun ministre n'est là pour défendre son pré carré et encore moins son image personnelle (…) Les responsables politiques ne sont pas des stars. Ce sont des hommes et des femmes qui sont choisis à un moment de leur existence par les Français pour exercer une responsabilité». Les ministres, comme l'opposition, profitent de la mauvaise relation supposée entre Nicolas Sarkozy pour tenter d'agir sur le moral du Premier ministre. Et à tous ceux qui lui reprochent son immobilisme face à l'hyper action du locataire de l'Elysée, François Fillon tente de défendre sa démarche avec un excès qui en dit long sur sa blessure interne : «Qu'est-ce qu'ils veulent? Que le Premier ministre s'oppose au président de la République? (...) Le président de la République et moi nous sommes comme les deux doigts de la main (...) Aucun de ces commentateurs ni aucun de ces observateurs ne pourra glisser une feuille de papier à cigarettes entre nous».
Entre Nicolas Sarkozy et François Fillon, c'est une intense histoire d'estime et de rejet. Leur séparation était souvent envisagée, mais son impossibilité révélait leurs faiblesses respectives à travers leur interdépendance. Alors que François Fillon disait régulièrement qu'un mandat à Matignon qui couvrait l'ensemble du quinquennat avait sa préférence pour une plus grande efficacité du travail gouvernemental, le voilà qui estime que le simple fait de durer dans son poste est déjà une victoire contre les détracteurs et les envieux. Les vues les plus pessimistes pour François Fillon donnent son départ au lendemain des élections régionales de 2010. Nicolas Sarkozy aura besoin, à mi-mandat, d'une autre monture à chevaucher pour renouveler son bail à l'Elysée. En attendant, il pourra toujours jouer les reines d'Angleterre taciturnes le jour et bougonnes la nuit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.