Coronavirus : 146 nouveaux cas, 13.434 au total, samedi 4 juillet à 10h    Danemark : La Petite Sirène de Copenhague vandalisée et accusée de racisme    Coronavirus au Maroc-Situation à 10h: 146 nouveaux cas, 13.434 au total    Un média argentin dénonce le détournement des aides humanitaires auquel se livrent le polisario et l'Algérie    Des rapatriés victimes d'une intoxication à Agadir: ce que l'on sait    Mohammedia: un individu arrêté après avoir agressé une mineure    La terre a tremblé dans cette province du Maroc    L'ex-PDG de Platinum Power rebondit mais...    Investissement: 94 projets en cours de réalisation à Fès-Meknès    ONCF: 350.000 voyageurs depuis le 25 juin    Bac 2020: L'examen démarre avec des mesures sanitaires strictes    Industrie culturelle: Les premières mesures avant la stratégie    Achraf Hakimi débarque à l'Inter Milan    "Night Walk" : Premier long métrage marocain distribué à Hollywood    Les stars de la musique appellent à sauver la scène britannique    Tom Hanks : Je ne sais pas quand est ce que je vais pouvoir reprendre mon travail    Exposé de Mohamed Benabdelkader sur le schéma directeur de la transformation digitale du système judiciaire    Les allégations algéro-polisariennes mises à nu devant le CDH    Le Maroc demande officiellement à Amnesty International d'apporter la preuve de ses accusations    L'ouverture des frontières espagnoles aux Marocains conditionnée par la réciprocité    Rapatriement d'un nouveau groupe de Marocains bloqués en Egypte    Le Maroc appelle l'Unesco à plancher sur un multilatéralisme innovant, pragmatique et inclusif    L'ovalie nationale est plus que jamais sur la touche    L'EN de futsal se hisse au 24è rang mondial    Les prix font un bond de 2,9% dans la métallurgie en mai    L'ANP et l'AFD renforcent leur partenariat pour un développement durable et compétitif des ports    Les médias palestiniens se félicitent de l'initiative du Premier secrétaire de l'USFP    Macron nomme Jean Castex nouveau premier ministre    Bourita: le Maroc ne peut accepter les allégations sans preuves claires    «En créer l'atmosphère nécessaire, d'unité et d'enthousiasme»    Mise à nu de la propagande de l'Algérie et du «Polisario» sur les droits de l'Homme au Sahara    Crise du Covid-19: le Maroc salué par la Commission européenne    Le groupe BCP dévoile une nouvelle organisation pour soutenir sa dynamique    Premier League: Manchester City corrige Liverpool!    Quand les footballeurs marocains font le bonheur des clubs égyptiens    Liga: le Real Madrid creuse l'écart, Messi veut claquer la porte!    Très touchée par La pandémie l'Espagne revient a La vie    «L'art pour l'espoir»: 27 regards à l'ère de la pandémie    L'Espagne maintiendra les frontières avec le Maroc et l'Algérie fermées par manque de réciprocité    Le roi Mohammed VI a écrit au président biélorusse    Libération de dix humanitaires au Niger après deux semaines de captivité    France: Jean Castex Premier ministre à la place d'Edouard Philippe    A la demande du gouvernement, RAM devra céder 20 appareils et donc réduire ses effectifs du tiers    Un PJDiste ose : « Les Amazighs et les Juifs marocains d'Israël sont des traitres »    Remaniement : le Premier ministre français Édouard Philippe démissionne, son remplaçant désigné dans quelques heures    Le beau message de Bachir Abdou à Saad Lamjarred (PHOTO)    « Folle de lui » de TiiwTiiw & LACRIM enflamme la toile    Ali Essafi et Tala Hadid rejoignent l'Académie des Oscars    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Maroc réagit officiellement à l'amputation de son hymne national par les autorités algériennes
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 05 - 05 - 2008

Les autorités marocaines ont exigé des explications à leurs homologues algériennes suite à l'interruption dont a fait l'objet l'hymne national lors du match Maroc-Algérie, samedi dernier.
Les autorités marocaines ont demandé par le canal diplomatique des explications au gouvernement algérien sur l'arrêt avant terme de l'hymne national marocain lors de l'ouverture du match opposant l'équipe nationale du Maroc à son homologue algérienne, samedi 3 mai à Kolea (70 km d'Alger).
En effet, les téléspectateurs marocains qui suivaient le match devant la télé ont tous été choqués de voir comment l'hymne national du Royaume a été amputé de sa partie finale. Un acte qui a suscité l'indignation du public marocain et des responsables marocains présents à la tribune d'honneur. Un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, rendu public samedi soir, a indiqué que cet acte «porte atteinte au sentiment du peuple marocain et concerne les symboles fondamentaux de la nation et dont le peuple algérien frère et plus précisément les spectateurs dans le stade ne portent aucune responsabilité».
La réaction ferme des autorités marocaines s'explique par le fait qu'il ne s'agit pas de la première fois qu'un événement sportif est exploité à des fins politiques par les autorités algériennes. Le 6 avril dernier, des actes d'agression ont été perpétrés à l'encontre des responsables et du public marocain ayant assisté au match opposant l'OCK au club algérien «Wifak Stif». Ce match a été marqué par des attaques verbales et des tentatives d'agression physique contre des responsables diplomatiques marocains. Selon des sources informées, ces actes étaient prémédités puisque les autorités algériennes avaient procédé à la préparation d'un climat hostile à l'équipe et à la délégation officielle marocaines plusieurs jours avant le match. Ainsi, la presse avait appelé à travers de grands titres à la Une à la mobilisation du public incitant les «supporters» à «utiliser tous les moyens disponibles» pour que l'équipe algérienne puisse gagner. Des arguments plus politiques que sportifs ont été instrumentalisés à cette fin. «Il faut leur montrer que les Algériens aiment l'Algérie» ou «Il faut gagner face au Khouribga le Marocain», lisait-on dans la presse. Cette préparation médiatique d'un climat tendu appelant à la violence a été suivie d'une mobilisation d'individus ayant pour mission de provoquer des incidents le jour du match. Répartis en petits groupes de quatre ou cinq dans tous les coins du stade, ils avaient pour mission de fomenter la tension et de pousser le public à scander des slogans anti-marocains comme : «S'il n'y avait pas l'Algérie, le Sahara serait devenu marocain», «Le Sahara ne sera jamais marocain», «Vive le Polisario», «Vive l'Algérie», ainsi que insultes à l'égard des fondements sacrés de l'Etat marocain. Outre ces insultes, certains individus ont commencé, au vu et au su des autorités algériennes, à jeter des pierres et des projectiles contre les représentants de la délégation diplomatique marocaine se trouvant dans la tribune d'honneur. Des incidents qui n'ont fait l'objet d'aucune explication officielle de la part des responsables algériens. Ce qui s'est passé donc, samedi, n'est pas une première. Il s'agit d'un épisode parmi d'autres dans une série de provocations que les autorités algériennes programment à chaque fois qu'elles en ont l'occasion.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.