Sommet arabe : Tebboune envoie un nouveau message à l'émir du Qatar    Maroc – Malawi : Achraf Hakimi présent pour les derniers réglages    Lydec renouvelle ses réseaux de Maârif    Des Wissams Royaux accordés à des fonctionnaires de l'Education nationale    Le pain ou la maladie: l'étendue du dilemme marocain    Environnement: HIT RADIO et l'UE récompensent les meilleurs projets (VIDEO)    USFP. Jawad Chafik: « Il n'existe aucun amendement servant l'intérêt de Lachgar! » (VIDEO)    Sahara marocain: des experts US taclent l'Algérie    Covid-19 : Une sortie de la phase aiguë de la pandémie est possible cette année pour l'OMS    Banques: la position de change s'améliore    La Bourse de Casablanca débute ce lundi en légère hausse    Les Houthis tirent des missiles contre les Emirats et l'Arabie    Présidentielle. Macron: « J'annoncerai ma décision en temps voulu »    Retour des l'ambassadrice du Maroc en Allemagne au cours de cette semaine    Chelsea: Ziyech s'exprime après son superbe but contre Tottenham    CAN-2021: La Gambie se qualifie aux quarts de finale aux dépens de la Guinée (1-0)    CAN: tout ce qu'il faut savoir sur le match Maroc-Malawi    Real Madrid-Elche: Benzema cambriolé pendant le match (PHOTO)    Maroc: reprise des cours en présentiel dans plusieurs écoles    Alerte météo: chutes de neige dans plusieurs villes du Maroc    Maroc/Covid-19 : le point sur la campagne nationale de vaccination à date du 24 janvier    Omicron au Maroc: le pic de la vague atteint (Dr Merabet)    Narjis El Hallak célèbre le baptême de sa fille: la cérémonie comme si vous y étiez (VIDEOS)    «L'homme est né pour se perdre dans l'étendue inconnue de son périple»    «Indigo» de Selma Bargach dans les salles de cinéma    Les Industries Culturelles et Créatives présentent une étude sur la transformation du secteur    Enquêtes de conjoncture: le HCP appelle les entreprises à souscrire à la plateforme digitale    Liban: l'ex-Premier ministre Saad Hariri annonce son retrait de la vie politique    Rapport de HRW: la partie réservée au Maroc présente des données « sans fondements ni réels ni juridiques    PL : Tottenham envisage d'enrôler Sofyan Amrabat    CAN 2021: les Comores défient le Cameroun, la Guinée affronte la Gambie    Covid-19: Que sait-on du sous variant d'Omicron BA.2 ? (Spécialiste)    La Fondation Zakoura fête ses 25 ans d'engagement en faveur du développement humain    Mondial (Qatar-2022)- Matchs barrage-Afrique. L'Algérie ... encore «sabotée» ?    L'écosystème marocain face à un nouveau risque, les abeilles désertent    HRW accusée d'implication dans une «campagne politique systématique hostile» au Maroc    Turquie: l'aéroport d'Istanbul paralysé par la neige    Meknès : Restauration des mosaïques de Volubilis    Pour financer sa croissance, Mutandis augmente son capital à la bourse de Casablanca    Aide à l'Ukraine: la Commission européenne prépare un nouveau « paquet » de 1,2 milliard d'euros    Paris : La Bourse plonge nettement sous les 7.000 points    Stof, la punk attitude comme manière de vivre...Un documentaire fort et percutant à (re)voir en Replay    Températures prévues pour le mardi 25 janvier 2022    Burkina Faso. Le président Kaboré détenu dans un camp militaire    Covid-19/France : Le pass vaccinal remplace le pass sanitaire à compter de ce lundi    Armand Boua révèle ses «enfants de Yopougon» et de Tanger chez Montresso    « Les constellations de la Terre », le paysage plastique au Maroc    La justice britannique examine la demande d'appel de Julian Assange pour suspendre son extradition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Dr Abdelhilah Bennani : «En principe, les diabétiques ne doivent pas jeûner»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 03 - 09 - 2008

La religion exempte les malades du devoir de jeûne, surtout si le fait de jeûner peut avoir des conséquences néfastes sur la santé de l'individu, affirme, dans un entretien accordé à ALM, le Dr Abdelhilah Bennani endocrinologue et spécialiste en diabète.
ALM : En tant qu'endocrinologue et spécialiste en diabète, quels sont selon vous les cas où les malades diabétiques doivent s'abstenir de jeûner ?
Abdelhilah Bennani : Il faut d'abord rappeler que le diabète est une maladie chronique qui se caractérise par une hyperglycémie. C'est-à-dire une augmentation du taux du sucre dans le sang. Dès que ce taux est supérieur à 1,26 g par litre de sang à jeun, on parle de diabète.
Le diabète est une maladie chronique et le diabétique doit apprendre à vivre avec sa maladie, savoir quel type de diabète il a et savoir ce qu'il faut faire pour normaliser le taux de sucre. Pour ce qui est des cas où le jeûne est unanimement interdit; il s'agit du diabète insulino traité, diabète non insulino-dépendant déséquilibré, diabète avec complications dégénératives, diabète et grossesse, diabète et allaitement, diabète instable. Il existe également un risque plus élevé d'acidocétose chez les diabétiques (principalement de type 1) qui jeûnent pendant le Ramadan, surtout s'ils étaient hyperglycémiques avant le début de la période de jeûne. Ce risque est d'autant plus élevé que de nombreux patients diminuent leurs doses d'insuline en estimant que pendant le mois du Ramadan, leur prise alimentaire est réduite. Autre risque auquel sont exposés les diabétiques pendant le Ramadan: la déshydratation. Celle-ci conduit à une hypovolémie et à une augmentation de la viscosité sanguine et donc à un risque d'hypotension orthostatique et de thrombose, en particulier chez les personnes âgées.
Quels sont les risques du jeûne chez le diabétique ?
Les problèmes potentiels posés par le jeûne sont : l'hypoglycémie qui demeure le risque majeur. Elle est induite par les médicaments (sulfamides d'action retard ou l'insuline) et peut être favorisée par les efforts physiques au cours de la journée. Lorsqu'elle survient en fin d'après-midi, elle requiert une rupture du jeûne sans délai, avec un apport sucré d'assimilation rapide avec une collation sucrée. Si le malade est inconscient, une hospitalisation est obligatoire pour une perfusion glucosée par voie intraveineuse. A côté de l'hypoglycémie, nous avons l'hyperglycémie avec ou sans cétose. Elle peut être induite par une suralimentation la nuit et par des doses relatives de médicaments réduits ou oubliés chez les patients mal équilibrés ou par une surinfection fébrile, avec une polyurie abondante, voire une déshydratation.
Il y a certainement des cas où les diabétiques peuvent se permettre de jeûner tranquillement et sans risque ?
En principe, les diabétiques ne doivent pas jeûner. Pourtant la majorité de ces malades s'entêtent à faire le Ramadan. Il existe néanmoins certains cas où le patient est autorisé à jeûner. Il s'agit du diabète non insulino-dépendant, bien équilibré, stable, indemne de toute affection intercurrente ou dégénérative. Ces malades doivent être constamment soumis à une surveillance médicale régulière afin de détecter toute complication aiguë susceptible de faire interrompre le jeûne. Il faut savoir déterminer les glycémies , savoir adapter les doses des traitements…
Une consultation à la veille du Ramadan pour les patients diabétiques, est-elle recommandée ?
Absolument. Cela permet d'apprécier l'état sychologique du patient, l'informer et le sécuriser quant au bien-fondé de l'abstention du jeûne vis-à-vis de sa santé, de la société et de la religion islamique. C'est aussi une manière d'éviter les complications graves en particulier l'hypoglycémie…
Une consultation à la veille du Ramadan permet de dépister également l'absence ou la stabilité des complications dégénératives oculaires, rénales, cardiaqu).
Quels sont les aliments à éviter pendant le mois sacré du Ramadan?
Il faut garder le rythme de trois repas espacées, éviter les sucreries, les fritures (chabakia, béghrir, patisserie, sodas, les fruits oléagineux (amandes, noix, avocat…), les viandes rouges et grasses et favoriser les viandes blanches. Il faut limiter les œufs et fromages à trois fois par semaine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.