Le CSCA avertit Radio Méditerranée Internationale pour « publicité clandestine »    Le Groupe Barid Al-Maghrib lance le e-paiement des impôts pour les auto-entrepreneurs    Plus de 7 milliards de DH de financements Mourabaha à fin juillet 2019    Jack Lang : «Trésors de l'Islam en Afrique, de Tombouctou à Zanzibar témoigne de l'histoire du Maroc»    «Pour Sama» : Le témoignage bouleversant d'une jeune mère à Alep    Journées musicales de Carthage. Vive la Tunisie libre !    Eric Zemmour saisit la Cour européenne des droits de l'Homme    Maroc-Afrique du Sud : Dégel des relations    Eliminatoires CHAN 2020 : Maroc-Algérie à guichets fermés    El Bouzidi: les étudiants (es) de Taounate sans bourse et sans cité universitaires?    Lancement du programme au titre de l'année scolaire 2019-2020 : «Etudes et sport» forme les champions en herbe    Nabil Benabdallah: «il faut être présent au sein des institutions qui font la loi»    SM le Roi Mohammed VI accorde Sa grâce à Hajar Raissouni et ses codétenus    Christine Lagarde formellement nommée à la tête de la BCE    Les dossiers du futur président tunisien    À Marrakech, Elalamy évoque les progrès du textile marocain    ITF juniors au Maroc: Le RUC passe le relais au Riad    Filière équine. L'écosystème se développe à grande vitesse    Coupe du Trône de tennis: L'ACSA pour la 9e fois    Les violations des droits de l'Homme dans les camps de Tindouf mise à nu    Tanger-Tétouan-Al Hoceima : Qui pour remplacer Ilyas El Omari ?    Feu vert à la création de la zone d'accélération industrielle Fès-Meknès    AMMC. 3ème participation consécutive à la «World Investor Week»    Syrie: Washington arrache une trêve à Erdogan, en vue de la création d'une « zone de sécurité »    Et la vie continue…dans un autre corps    Les lauréats du Prix de la culture amazighe dévoilés    Brexit: Après l'accord trouvé à Bruxelles, Johnson s'attelle à convaincre Westminster    Casablanca : Le groupe Akdital ouvre deux nouveaux établissements de santé    Réforme de l'enseignement. La Commission de suivi prépare sa réunion inaugurale    Attijariwafa bank, Top Performer RSE de l'année    Loi de Finances 2020 : Benchaâboun passe l'oral devant les parlementaires    Raja. Le trésorier du club détaille le rapport financier    Gouvernement. Faut-il un nouveau programme ?    Météo: Le temps qu'il fera ce vendredi    Tanger : Un nouvel espace d'insertion pour les jeunes handicapés mentaux    Rencontre commémorative à Marrakech    Victoire des socialistes portugais aux législatives    Biles, à toute épreuve    Découverte au Maroc de la plus ancienne organisation collective et sociale datant de 480 millions d'années    Divers    La situation actuelle du KACM au centre d'une réunion à Marrakech    Sixième Soulier d'or pour Lionel Messi    Une progression de 93% des ordres de paiement entre 2006 et 2018    Activités de la Chabiba ittihadia à Bouznika    Annulation de l'élection d'Iman Sabir    Les films à voir absolument une fois dans sa vie    André Chénier : Le poète de la liberté    Yassine Belattar s'attire les foudres des Rifains    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les musiques latines animeront les nuits d'automne de Tanger
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 08 - 10 - 2008

Tanger accueille du 5 au 8 novembre la première édition du festival «Tanja Latina». Un événement initié par la Fondation Lorin en partenariat avec le Conseil Régional du Tourisme (CRT) de Tanger et entièrement dédié à la musique latine.
La musique latine viendra réchauffer les nuits d'automne de la ville de Tanger avec le festival Tanja Latina, un événement initié par la Fondation Lorin en partenariat avec le CRT de Tanger. Après le festival Tanjazz où étaient à l'honneur, cet été, les musiques métisses du Jazz, le tour est aux musiques latines. «“Tanja Latina” se veut le premier festival à offrir une programmation entièrement axée sur un style de musique qui séduit de plus en plus le public marocain notamment la musique latine avec ces différentes tendances», indiquent les organisateurs. Programmée du 5 au 8 novembre au Palais des institutions italiennes, la première édition du festival verra la participation de divers artistes de renom qui donneront le tempo. Parmi ceux-là, on cite Yolanda Duke, une chanteuse de Salsa, couronnée de nombreuses récompenses internationales et qui arrivera tout spécialement de New York avec le Grand Orchestre de Tito Puente. Une formation créée par Tito Puente, le maître incontesté de la musique latine qui décéda en 2000 après avoir passé sa vie à fusionner les sons des Caraïbes avec l'énergie new-yorkaise. Par ailleurs, il sera question avec le groupe «Son Iya» d'un voyage au cœur de la Havane et de ses richesses musicales, dépaysement assuré grâce à des musiciens virtuoses issus de la scène latino-jazz et cubaine du sud de la France. Les rythmes brésiliens seront également de la partie avec Marcia Grandini. Pleine d'énergie et artistiquement polyvalente cette chanteuse propose avec son groupe baigné dans le swing brésilien, des rythmes colorés d'influences du monde entier. La formation «Conjunto Massalia» de Doumé et ses compagnons, qui a près de 15 années d'existence, invitera les festivaliers à chanter les «coros» et secouer les reins sur les compositions du groupe.
La troupe «La Cumbia Chicharra» composée de 10 musiciens sera avec ses cuivres syncopés, ses percussions et ses chants chaleureux, la représentante de la «cumbia», le genre de musique populaire originaire de la Colombie, le plus connu, le plus pratiqué sur le continent sud-américain.
Ainsi, sur les pas de ces artistes entre autres, Tanger vibrera au son des musiques les plus gaies et les plus dansantes de l'univers latin: mambo, latino jazz, chachacha, son, cumbia, merengue, samba… et bien sûr l'explosive salsa !
Figurent aussi au menu de cette manifestation plusieurs parades dans les rues de la ville du détroit au son de la «batucada» brésilienne.
Également au programme tous les soirs, après les douze coups de minuit, un grand bal donnera rendez-vous aux nombreux passionnés de danses latines. «Ce festival est né de la volonté de continuer à promouvoir la ville de Tanger et de mettre en avant tout son dynamisme et sa splendeur retrouvée. Il vise également à renforcer l'animation de la ville dans une période creuse», indiquent les organisateurs. Et d'ajouter: «La destination entend bien profiter de cette nouvelle initiative pour remplir davantage ses avions et ses hôtels durant la basse saison ; les organisateurs ayant retenu le week-end de l'anniversaire de la Massira El Khadra coïncidant avec les vacances scolaires».
Ainsi la musique latine, reconnue pour ses vertus festives, remplira en effet pleinement cette mission, réchauffant les cœurs et les corps en ce début d'automne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.