Personnes en situation de handicap. 1,8% seulement finissent leurs études    "Matthias et Maxime" de Xavier Dolan, d'amour ou d'amitié...    Le SOC inwi Business, pour une veille en continu contre les cyberattaques…    Al Barid Bank: 16% des transactions réalisées via le canal mobile au T1-2019    Le WAC cherche à plier la finale à Rabat    Open Data. Le Maroc classé 42e sur 178 pays    Agence nationale des ports. Emission d'un emprunt obligataire d'1 MMDH    «Génération Africaine, la force du design» : A la découverte d'une cinquantaine de designers africains    CAN Egypte 2019 : Deux matchs amicaux en juin pour les Lions de l'Atlas    Finale aller de la Ligue des Champions d'Afrique : Huit ans après, le WAC retrouve l'est sur son chemin    Autriche: Eclatement de la coalition droite-extrême droite…    «En cas d'insuffisance rénale ou de dialyse, il faudrait s'abstenir de jeûner»    Lancement de la plateforme dates-concours.ma    Khalid Naciri: «En hommage à celui pleuré, seul, à quatre mille kilomètres d'ici»    Les déficiences du football national!    Certification de documents : L'administration traîne les pieds    Attijariwafa bank fixe son budget pour 2019 : 27 milliards DH de financement en faveur des TPME    Santé. Plus de 3,8 millions de rendez-vous en ligne    Sept réformes phares de l'UE    2004: Les Lions en finale, meilleure performance après le sacre de 1976    Mohamed Saïd Afifi, le «Hamlet» marocain    Edito : Villes en otage    Conseil national de l'entreprise de la CGEM, focus sur la concurrence    Theresa May pose les armes    Traitement impérial pour Trump lors de sa visite au Japon    Santé mentale. Le parent pauvre du système    Le ministère de l'Education nationale réagit au boycott des syndicats    Le Roi Mohammed VI inaugure la section casablancaise du Centre National Mohammed VI des Handicapés    La guerre contre l'Iran n'aura pas lieu    Plus de 30.000 tentatives d'immigration clandestine ont été mises en échec en 2019    Enquête L'Economiste-Sunergia: «La musique est au cœur de l'acte social»    Pas de cessez-le-feu en vue en Libye : Haftar reçu par Macron à Paris    La Chine exige de la sincérité des USA avant toute reprise des négociations sur le commerce    Les vraies fausses raisons d'une démission    La politique sanitaire exposée en séance plénière de la Chambre des représentants    San Francisco relance le débat sur l'interdiction de la reconnaissance faciale    Les mots croisés et sudokus pour muscler le cerveau    Un galop d'essai pour se tester avant les examens du Bac    Divers    Le Groupe socialiste rappelle ses valeurs d'engagement, de responsabilité et de transparence concernant l'action gouvernementale    L'Everest pour la 23ème fois    Insolite : Saints de glace    Les Ultras, plus que des supporters : Une mouvance identitaire    Ces tournages qui ont tourné au drame : The Dark Knight    Lancement du Programme de bourses d'excellence "AusAiducation by AUSIM"    Plongée depuis Dar Souiri dans le patrimoine musical légendaire des "Ghiwane"    2ème Festival Meknès du théâtre : Une édition dédiée au Prix Hassan El Mniai    Raja de Casablanca : Fabrice Ngoma s'engage pour une durée de 3 ans    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les musiques latines animeront les nuits d'automne de Tanger
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 08 - 10 - 2008

Tanger accueille du 5 au 8 novembre la première édition du festival «Tanja Latina». Un événement initié par la Fondation Lorin en partenariat avec le Conseil Régional du Tourisme (CRT) de Tanger et entièrement dédié à la musique latine.
La musique latine viendra réchauffer les nuits d'automne de la ville de Tanger avec le festival Tanja Latina, un événement initié par la Fondation Lorin en partenariat avec le CRT de Tanger. Après le festival Tanjazz où étaient à l'honneur, cet été, les musiques métisses du Jazz, le tour est aux musiques latines. «“Tanja Latina” se veut le premier festival à offrir une programmation entièrement axée sur un style de musique qui séduit de plus en plus le public marocain notamment la musique latine avec ces différentes tendances», indiquent les organisateurs. Programmée du 5 au 8 novembre au Palais des institutions italiennes, la première édition du festival verra la participation de divers artistes de renom qui donneront le tempo. Parmi ceux-là, on cite Yolanda Duke, une chanteuse de Salsa, couronnée de nombreuses récompenses internationales et qui arrivera tout spécialement de New York avec le Grand Orchestre de Tito Puente. Une formation créée par Tito Puente, le maître incontesté de la musique latine qui décéda en 2000 après avoir passé sa vie à fusionner les sons des Caraïbes avec l'énergie new-yorkaise. Par ailleurs, il sera question avec le groupe «Son Iya» d'un voyage au cœur de la Havane et de ses richesses musicales, dépaysement assuré grâce à des musiciens virtuoses issus de la scène latino-jazz et cubaine du sud de la France. Les rythmes brésiliens seront également de la partie avec Marcia Grandini. Pleine d'énergie et artistiquement polyvalente cette chanteuse propose avec son groupe baigné dans le swing brésilien, des rythmes colorés d'influences du monde entier. La formation «Conjunto Massalia» de Doumé et ses compagnons, qui a près de 15 années d'existence, invitera les festivaliers à chanter les «coros» et secouer les reins sur les compositions du groupe.
La troupe «La Cumbia Chicharra» composée de 10 musiciens sera avec ses cuivres syncopés, ses percussions et ses chants chaleureux, la représentante de la «cumbia», le genre de musique populaire originaire de la Colombie, le plus connu, le plus pratiqué sur le continent sud-américain.
Ainsi, sur les pas de ces artistes entre autres, Tanger vibrera au son des musiques les plus gaies et les plus dansantes de l'univers latin: mambo, latino jazz, chachacha, son, cumbia, merengue, samba… et bien sûr l'explosive salsa !
Figurent aussi au menu de cette manifestation plusieurs parades dans les rues de la ville du détroit au son de la «batucada» brésilienne.
Également au programme tous les soirs, après les douze coups de minuit, un grand bal donnera rendez-vous aux nombreux passionnés de danses latines. «Ce festival est né de la volonté de continuer à promouvoir la ville de Tanger et de mettre en avant tout son dynamisme et sa splendeur retrouvée. Il vise également à renforcer l'animation de la ville dans une période creuse», indiquent les organisateurs. Et d'ajouter: «La destination entend bien profiter de cette nouvelle initiative pour remplir davantage ses avions et ses hôtels durant la basse saison ; les organisateurs ayant retenu le week-end de l'anniversaire de la Massira El Khadra coïncidant avec les vacances scolaires».
Ainsi la musique latine, reconnue pour ses vertus festives, remplira en effet pleinement cette mission, réchauffant les cœurs et les corps en ce début d'automne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.