Massacre des Algériens : la France commémore les 60 ans    El Othmani gouverne... son cabinet de psychiatrie    RDV de l'Ausim / Migration vers le Cloud : un impératif pour la transformation digitale des entreprises    L'Opinion : Le défi malien    Hydrocarbures : Une OPEP du gaz siérait bien à Moscou    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 17 octobre 2021 à 16H00    Alphabétisation dans les mosquées : Vers plus de bénéficiaires    Sidi Kacem : 35 bus pour le transport scolaire rural    Kénitra : un individu interpellé pour trafic de comprimés psychotropes    Meknès : Un patrimoine architectural et urbanistique à préserver    Le concours « Ana Maghribi.a » revient pour sa 8ème édition    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    Quatre migrants morts et 13 autres interceptés au large de l'Algérie    Les Emirats Arabes Unis ouvrent la possibilité d'un visa de 5 ans pour les Marocains    La BM et le FMI célébrent le «Success story» de Tanger Med    OVH réussit son entrée à la Bourse de Paris    Eqdom: AGR reste à l'achat avec un cours objectif relevé    L'ADFM appelle à une réforme du code de la famille    Laâyoune: Inauguration d'un hôpital de campagne anti-Coronavirus    Préparation du projet de loi de Finances 2022    Le CNDH discute des recommandations à présenter au gouvernement    Le Livre Blanc de la CGEM : 10 priorités pour l'opérationnalisation du « Nouveau modèle de développement »    Fathallah Sijilmassi en devient le premier Directeur Général    Des experts africains appellent à l'expulsion de la «rasd» de l'UA    Journalistes et youtubeurs analysent les extériorisations anti-marocaines de l'Algérie    Championnat d'Afrique de natation : Le Maroc récolte 10 médailles et finit 3ème    La RS Berkane bat l'US Ben Guerdane et met un pied en phase de poules    Le Comité international olympique inquiet    17 octobre 1961 : Valérie Pécresse évoque 22 policiers tués par le FLN, nœud de l'actuel régime algérien    L'Israélien Ratio Petroleum vient chercher du pétrole à Dakhla    Une ode à la grâce et à l'élégance    Clôture du FICAM 2021: une édition professionnelle qui a tenu toutes ses promesses!    Immobilier: une assurance pour les loyers impayés, pourquoi pas ?    Ligue des champions / Ce dimanche à16h00 : Oilers-Raja sur Al Maghribia et Hearts of Oak-Wydad sur Arriyadia    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Le Projet de Loi de Finances 2022 au menu du Conseil du Gouvernement de ce Samedi    Créer au pont de Saint-Ange    Contraception masculine : La pilule existe, mais elle a du mal à passer    Interview avec Sébastien Vaumoron : Télétravail, un mode alternatif à double face    Michel Barnier : élu, je ne «donnerais pas dans la repentance» sur les questions mémorielles avec l'Algérie    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    DHJ-JSS (3-2) : Les Jdidis caracolent en tête de tableau !    Migrants: au moins 8 victimes et 17 disparus au large de l'Espagne    Covid-19: le Maroc vaccine à toute allure, et appelle les réticents à se manifester    Bruits de bottes    FRMB : Abdeljaouad Belhaj réélu président pour un nouveau mandat    Couture : maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    L'Icesco lance à Rabat un laboratoire international de pensée et de littérature    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Oujda : Préserver la biodiversité de la Moulouya
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 17 - 02 - 2009

Un atelier a été organisé pour réfléchir sur les problèmes qui menacent la zone humide de la Moulouya et sensibiliser à l'importance d'une approche rationnelle.
Dans le but de sensibiliser décideurs et intervenants dans la gestion du bassin hydrographique de la Moulouya, l'Espace de solidarité et de coopération de l'Oriental a organisé une journée d'étude sur le thème de la «Gestion durable du bassin hydrographique de la Moulouya et de sa zone humide». Une journée qui vise à rationnaliser l'ensemble des activités se rapportant à l'agriculture, la pêche, l'industrie ou le tourisme dans cette zone. Elle tend également à contribuer à une meilleure compréhension du fonctionnement des bassins hydrographiques, aux conséquences des divers usages comme le gaspillage, la pollution et la dégradation du couvercle végétal.
Intervenant lors de cette journée, le professeur Abdelkader Sbai a rapporté que l'interface entre la terre et la mer au niveau des côtes de l'Oriental souffre d'une incohérence juridique. Cela entrave la mise en place d'un arsenal juridique adapté à la spécificité des problèmes inhérents aux zones côtières.
«Le littoral national ne fait l'objet d'aucune législation conçue pour son développement économique et la sauvegarde de sa biodiversité écologique», a-t-il fait remarquer.
Le même son de cloche est relevé chez le chercheur Mohammed Melhaoui qui a mis en garde contre les menaces pesant sur la biodiversité aquatique de la Moulouya : «Le défi à relever c'est de savoir comment développer l'Oriental en protégeant l'environnement et sa diversité biologique et paysagère». Répondant à une question d'ALM, Mohammed Benata, président de L'Espace de solidarité et de coopération de l'Oriental, a précisé que l'action menée par les écologistes ne vise pas à entraver le développement de la région mais à sensibiliser à l'importance de la zone humide de la Moulouya.
En effet, celle-ci forme une barrière naturelle de protection contre la pression anthropique ou les crues qui ont ravagé ces derniers temps Saidia et sa nouvelle station. Sa végétation absorbe l'azote et aide à préserver et améliorer la qualité de l'eau et de la végétation. Pour ces atouts, elle est considérée, à juste titre, comme l'un des écosystèmes les plus riches au monde. En somme, un atout à valoriser dans toute action de développement.
«Les décideurs commencent à écouter nos points de vue. Ce qui prouve que cette peur est de plus en plus partagée. Avec des gens sensibles aux problèmes, on peut mieux maitriser les attentes, qu'elles soient d'ordre économique ou environnemental », ont noté d'autres intervenants.
L'Oriental peut toucher plusieurs types de tourisme s'il parvient à concilier qualité de vie, richesse écologique et attraits touristiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.