Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



350.000 Marocains exigent des excuses officielles de Bouteflika
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 22 - 05 - 2009

Plus de 33 ans après leur expulsion d'Algérie, 350.000 Marocains demandent que justice soit rendue. Ils attendent toujours des excuses officielles de la part de Abdelaziz Bouteflika, témoin de cette opération de déportation.
Plus de 33 ans de souffrance, mais jamais sans perdre espoir. L'espoir de retrouver une dignité bafouée par l'Algérie en 1975. C'était Aid El Kébir quand l'Etat algérien a décidé de «sacrifier» 350.000 Marocains. Refoulés dans des conditions inhumaines, maltraités pour certains, dépouillés de leurs biens, séparés de leurs proches, arrachés à leur terre natale… Ces familles portent, jusqu'à aujourd'hui, les séquelles d'une opération d'expulsion, montée et exécutée au lendemain de la Marche Verte. En témoigne le récit poignant de Kaïma Belaouchi (Voir entretien page 6). À cœur ouvert, cette journaliste sportive raconte ce qu'elle a enduré avec sa famille alors qu'elle avait à peine 10 ans. En pansant ses blessures, Kaïma exige qu'une journée commémorative soit célébrée.
Histoire de jeter toute la lumière sur un épisode, certes triste, mais qui ne doit en aucun cas tomber dans les oubliettes. Plus de 33 ans après, que veulent ces Marocains au juste ?
Tout a été explicité dans une lettre envoyée, il y a trois ans, à Abdelaziz Bouteflika qui vient de rempiler pour un troisième mandat et qui connaît très bien cet épisode puisqu'il était à l'époque ministre des Affaires étrangères. Aucune réponse.
Et ce n'est pas cela qui va ébranler la ferme volonté de ces victimes qui ont constitué en 2005 une Association de défense des Marocains victimes des expulsions arbitraires d'Algérie (ADEMA).
«Nous avons la loi de notre côté. Nous ne renoncerons jamais à nos droits», assure Mohamed El Herouachi, président de l'ADEMA, et lui-même victime. «En 2006, nous avons envoyé une lettre à Bouteflika pour lui expliquer nos revendications qui sont au nombre de cinq. Tout d'abord nous revendiquons l'ouverture des frontières entre le Maroc et l'Algérie. Nous revendiquons en second lieu à ce que les propriétés qui ont été soustraites aux victimes leur soient rendues. Nous demandons également une réparation des préjudices subis par les victimes. Nous revendiquons en quatrième lieu des excuses officielles de l'Etat algérien. Et enfin, nous plaidons pour des investigations à propos des crimes qui ont été commis par l'Algérie», souligne-t-il. Multipliant les conférences et les rencontres avec les associations de droits humains, ces Marocains n'épargnent aucun effort pour faire connaître les tenants et les aboutissants de cette affaire. Croyant dur comme fer à leur cause, ils demandent que justice soit rendue. «Le motif qui explique l'acte algérien est purement politique. La rage du pouvoir algérien qui n'a pu accéder au Sahara, c'est-à-dire à l'océan Atlantique. La rage de Boumediene qui n'a pas pu enclaver le Maroc, ce qui l'a empêché de prendre le leadership du Maghreb et en conséquence de l'Afrique», affirme Abderrahim Bouhmidi, président de l'Institut marocain des juristes francophones. Aujourd'hui, Malika Benradi, avocate à Rabat, estime qu'une enquête internationale est nécessaire pour lever le voile sur toutes les violations subies par les Marocains et responsabiliser l'Algérie pour l'amener à reconnaître la situation et à présenter officiellement ses excuses aux Marocains.
«Encore faut-il que l'Algérie reconnaisse sa responsabilité. Mais avec leur «nif» (orgueil mal placé), les responsables de ces crimes sont loin de devenir raisonnables», tient à préciser Bouhmidi. La dignité de 350.000 Marocains est sacrifiée sur l'autel de l'orgueil, conclut une autre victime qui a été contrainte de tout laisser en Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.