Clôture au Cap Draâ des manœuvres militaires maroco-américaines    Encore 3 000 migrants à Sebta, un mois après la marrée inédite    122e semaine du Hirak en Algérie : «Monsieur 23 %, dehors !»    Union Africaine: une pléiade d'experts africains appellent à exclure le polisario    La titrisation est un formidable moyen pour libérer des capacités de financement    Iran : Ebrahim Raïssi élu président avec 62 % des voix, selon des résultats partiels    La terre a tremblé dans la province de Driouch    Copa America : L'Argentine bat l'Uruguay et se hisse en tête    Ligue des Champions / WAC-Kaiser Chefs : La CAF autorise une jauge de 5000 supporters...les autorités marocaines refusent    Officiel : Mohamed Bouldini rejoint Santa Clara    Sofiane Alakouch dans le viseur de deux clubs de Ligue 1    Salé: un policier contraint d'utiliser son arme de service pour interpeller un multirécidiviste dangereux    Temps nuageux prévu pour samedi 19 juin    Covid-19 : Réception d'un million de doses du vaccin Sinopharm    L'Agadir d'Aït Kine à Tata : un grenier collectif symbolisant le riche patrimoine architectural de la région    Antonio Guterres officiellement reconduit pour un second mandat de Secrétaire général de l'ONU    Euro 2020: voici pourquoi la finale pourrait être délocalisée    Younes Belhanda ne retournera pas au Montpellier HSC cet été    Je suis venu travailler au Qatar pour poursuivre mes rêves, mais ma vie est un cauchemar    La star du FC Cologne s'affiche en maillot du Wydad (PHOTO)    Inde: mort du « Flying Sikh » Milkha Singh, l'un des sportifs les plus célèbres du pays    BBC News: Le ministre des Finances du Qatar arrêté dans le cadre d'une enquête pour corruption    En Colombie, le blocage des routes ne sera plus considéré comme manifestation pacifique    Pérou: 27 morts dans un accident d'autocar    « Nous sommes traitées comme des enfants », déclarent des femmes qataries à un groupe de défense des droits    Deux enfants bloqués en Turquie: Ouahbi interpelle Laftit et Bourita    Education nationale: 57% taux de participation aux élections des représentants du personnel    L'«Algérie nouvelle», une illusion d'optique à l'issue des législatives    Ligue des champions d'Afrique : le WAC affûte ses armes avant le match retour    Inauguration en grande pompe du DS Store Massira Al khadra (VIDEO)    Global Capital Bonds Awards 2021: Le Maroc décroche 3 distinctions    Royal Air Maroc : la route touristique Paris Orly-Dakhla opérationnelle    Développement durable, le Maroc trace sa voie    Etat civil : la nouvelle loi finalisée    Evolution du coronavirus au Maroc : 481 nouveaux cas, 525.924 au total, vendredi 18 juin 2021 à 16 heures    Ressources humaines dans la santé : Le Maroc peut-il gagner la bataille ? [Dossier]    Maroc-Espagne : l'opposition creuse la tombe du gouvernement Sanchez    Voici pourquoi un bon nombre de stars de la chanson française sont à Marrakech    [Interview avec Nabil Ayouch] «Haut et fort», de Casablanca à Cannes    Rabat : La joie au coeur de l'exposition « Joy »    Bientôt un prix national des meilleures publications dans les encyclopédies digitales    «Le Feu qui forge» : Une exposition collective à L'Atelier 21    Arizona : un tireur circulant en voiture fait un mort et 12 blessés    La Douane met en service une nouvelle version de la plateforme digitale [email protected]    Pollution: 86,3% des déchets marins au niveau national sont en plastique    Marhaba 2021 : arrivée du premier navire au port Tanger Med [Vidéos]    Le réalisateur de télévision Chakib Benomar n'est plus    Tifinagh...et le football    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Sarkozy entraîne une gauche dispersée à Versailles
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 18 - 06 - 2009

Nicolas Sarkozy prononcera pour la première fois un grand discours qui fera certainement office de feuille de route pour sa majorité pour conquérir d'autres citadelles électorales.
Pour bien formaliser son éclatante victoire dans une élection intermédiaire et tracer la physionomie de sa stratégie à mi-mandat avec l'objectif affiché d'une prolongation de son bail à l'Elysée, Nicolas Sarkozy avait le choix, comme au bon vieux temps de François Mitterrand ou de Jacques Chirac, entre une grande conférence de presse exécutée avec le brio qu'on lui connaît devant un parterre d'influents médias et un joli discours ciselé depuis son bureau sur les grandes chaînes de télévision ou même une grande émission de télévision avec un casting de journalistes choisis. Il ne choisit ni l'une ni l'autre. Il surprit son monde en décidant de mettre en pratique la récente réforme constitutionnelle qui lui permet à loisir de réunir les deux Chambres en congrès à Versailles et d'y prononcer un discours. L'article qui régit cette intervention précise que: «Sa déclaration peut donner lieu, hors sa présence, à un débat qui ne fait l'objet d'aucun vote».
De la part de Nicolas Sarkozy, le choix de Versailles est une gigantesque opération de communication pour, à la fois célébrer sa victoire, ressouder son camp, imposer son leadership et consolider son embellie sondagière que connaît sa cote de popularité. Devant les deux Chambres réunies, Nicolas Sarkozy prononcera pour la première fois un grand discours qui fera certainement office de feuille de route pour sa majorité pour conquérir d'autres citadelles électorales et reconduire dans la foulée son mandat présidentielle, puisque la même reforme constitutionnelle lui ouvre la voie d'un autre quinquennat pour 2012.
Dès que cette décision a été rendue publique, un débat houleux s'est emparé de la classe politique française : Faut-il oui ou non assister à ce congrès ? Faut-il boycotter et pratiquer la chaise vide ? Faut-il cautionner la manœuvre de Nicolas Sarkozy qui vient avec ce congrès endosser le costume d'hyper président qu'il s'était taillé sur mesure au moment de la réforme constitutionnelle de 2008? Deux segments importants de la gauche ont vite tranché leurs postions. Les communistes que dirige Marie-Georges Buffet n'y vont pas par le dos de la cuillère. Le porte-parole de leurs députés: «C'est un simulacre de démocratie, car il n'y aura ni vote ni débat (…) Une opération de communication de Nicolas Sarkozy (qui) instrumentalise les élections européennes pour annoncer à Versailles la poursuite des réformes ultralibérales».
Chez les Verts, le ton est beaucoup plus offensif. Noël Mamère considère ce congrès comme «une mascarade» et «un escamotage» du Parlement. Sa collègue Martine Billard parle «d'une conférence de presse du président de la République qui vient, parle et repart sans parler aux représentants du peuple». Ces appels au boycott ont été contrés par le porte-parole de l'UMP Fréderic Lefebvre : «l'anti-Sarkozysme primaire pousse des parlementaires de la République à un comportement antirépublicain (…) Les lois de la République et la norme suprême, notre Constitution, s'appliquent à tous, même à l'opposition».
Mais c'est au Parti socialiste où le débat de participer ou non au Congrès de Versailles a été le plus douloureux. Alors que la question du boycott portée par les autres composantes de la gauche était dans l'air, des voix influentes du PS comme celle de Laurent Fabius ont donné la tonalité : «la politique de la chaise vide ne serait pas comprise». Après de grandes hésitations qui ont trait plus à l'état d'esprit des socialistes au lendemain de leur défaites aux européennes qu'à la convocation lancée par Nicolas Sarkozy de se rendre à Versailles, les socialistes ont fixé le sort de leur participation comme de véritables centristes: «Nous irons à Versailles, a dit leur porte-parole Benoit Hamon, nous écouterons le président de la République mais nous considérons aujourd'hui que ce qui nous est proposé en terme de débat est un simulacre».
Le député Arnaud Montebourg a été plus clair dans la démarche à suivre : «Nous serons présents parce que nous respectons l'institution mais nous nous ne nous exprimerons pas en signe de protestation».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.