Plus de 1,3 tonne de cocaïne saisie à Tanger Med    La CGEM décline son software    V.E Maroc publie son évaluation sur les risques de durabilité en 2021    Deux startups marocaines participent pour la première fois    Prémices d'une nouvelle guerre civile au Liban ?    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    Le WAC domine et s'incline, le Raja s'impose face aux Libériens de LPRC Oilers    La montagne qui a accouché d'une souris    L'union européenne est-elle soumise à un gouvernement des juges?    Appel à promouvoir la médecine d'urgence au Maroc    Le ministère public présente le guide de la « Kafala » des enfants abandonnés    «Osmoses», nouvelle exposition de Hiba Baddou    «J'utilise le fantastique pour raconter, pour voir la réalité avec un autre angle»    Penser le visage avec Emmanuel Levinas    Arabie Saoudite : Levée des restrictions liées au Covid-19    Le PLF2022 table sur un taux de croissance de 3,2 pc et un déficit budgétaire de 5,9 pc du PIB    Coiffe saoudienne... à l'anglaise    Béni Mellal-Khénifra : Exposition collective... aux couleurs de l'automne    Le PLF-2022 table sur un taux de croissance de 3,2 % et un déficit budgétaire de 5,9 %    Daech et les Talibans : un casse-tête ou une menace ?    L'Opinion : Du sécuritaire à l'humanitaire    Couture : Maison Sara Chraibi divulgue sa collection printemps-été 2022    Faux printemps arabes    Covid-19. Colin Powell, secrétaire d'Etat sous George W. Bush, est décédé    Casablanca : Nabila Rmili annonce une vaste campagne de nettoyage    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 18 octobre 2021 à 16H00    Espagne : les séparatistes basques reconnaissent la «douleur» subie par les victimes de l'ETA    Relations entre la Russie et l'OTAN : Moscou suspend sa mission et celle de l'Alliance    Les villes les mieux équipées en guichets automatiques bancaires    Para-basket : L'OCS accède à la première division du Championnat national    Casablanca : Interpellation d'un individu impliqué dans l'agression d'un mineur à l'aide d'un chien féroce    Feuille de route de l'exécutif : ambitions démesurées, petits moyens ?    Transmission du Covid-19: le Maroc passe au « niveau faible »    Face aux résistances des vieux briscards : Les Pionniers!    Relations Maroc-Mali : Interview exclusive avec Abdoulaye Diop, ministre malien des Affaires étrangères    Pegasus : avant son procès le 25 octobre, Rosa Moussaoui fait une crise de panique    Ligue des champions /2ème tour « aller » : Le Wydad risque de se faire balancer vers la Coupe de la CAF !    Le taux de fécondité chez les femmes marocaines en forte baisse    Dr Saïd Afif: « L'obligation du pass vaccinal permettrait le retour à la vie normale »    «Te Amo» : Nouveau tube de Khaoula Moujahid    Maroc: ce qui va changer dans le secteur de la Santé    Unité flottante de stockage du gaz au Maroc : les dernières infos du ministère    Cameroun : neuf morts dans un accident provoqué par des vents forts    Laâyoune-Sakia El Hamra : Avortement de trois tentatives d'immigration clandestine    France-Algérie : Quand le régime d'Abdelmadjid Tebboune use de la truanderie politique pour faire plier Paris    Classement FIFA. Le Maroc devrait doubler l'Algérie et intégrer le Top 30 mondial pour la première fois    Fin de la «Crise des sous-marins»?    Magazine : Sarim Fassi-Fihri, maux croisés    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



“L'écriture, une brûlure permanente”
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 14 - 01 - 2002

L'écrivain Abdellatif Laâbi s'est exprimé jeudi dernier, lors d'une conférence à la Sochepress, Casablanca, sur l'ensemble de son œuvre. En réponse aux questions de «Aujourd'hui le Maroc», il a tenu à lever toute équivoque sur le caractère littéraire de son œuvre.
Aujourd'hui le Maroc : que pensez-vous de votre littérature que l'on réduit souvent à votre engagement politique ?
Abdelatif Laâbi : Je crois que beaucoup d'écrivains ne sont pas toujours lus en fonction de ce qu'ils apportent à la littérature marocaine et à la littérature universelle, mais en fonction de grilles de lectures très réductrices. On essaie de prendre, finalement, ce que l'on veut. C'est-à-dire qu'il n'y a pas une véritable lecture du texte, mais une lecture des enjeux idéologiques et politiques de l'écriture. Je ne dis pas que la littérature est complètement détachée du reste.
Donc, le texte peut-il être détaché de la réalité ?
Je suis un écrivain, je suis aussi un citoyen. Et mes écrits portent la marque de cette préoccupation fondamentale qui est la mienne : faire avancer la littérature, mais aussi faire avancer la société.
Toutefois, ma littérature ne se réduit pas à cela. J'ai lu il y a quelques jours des articles de journaux marocains où l'on parle de moi comme l'écrivain des prisons. Je veux bien ! J'ai été en prison, très bien ! Mais je ne veux pas qu'on m'enferme de nouveau, à vie, dans une prison ! Depuis que j'ai quitté ce lieu, j'ai vécu d'autres vies. J'ai mené d'autres combats. J'ai découvert le monde. Mes horizons humains et culturels se sont élargis. Et cela a ses retombées au niveau de mon travail d'écrivain. Ajoutez à cela que contrairement à l'image reçue de moi comme l'auteur des prisons, engagé - ce que je ne renie pas-, je suis un écrivain et l'écrivain est une personne qui pose toujours des questions, qui essaie tout le temps de se remettre en question. Si vous vous endormez sur vos lauriers, et bien, vous êtes mort en tant qu'écrivain. L'écriture, c'est une brûlure permanente. C'est un besoin permanent de regarder le monde, la vie avec des yeux neufs. Et moi, je suis dans cette démarche-là. Pas seulement au niveau du fond, mais au niveau de la forme aussi. Je crois au travail d'un écrivain, au cheminement d'une œuvre à une autre… S'il n'y a pas un renouvellement de l'écriture, des formes littéraires, et bien, c'est que l'écrivain s'est installé dans une certaine routine et par conséquent, il a failli en quelque sorte à sa fonction d'écrivain.
Comment concevez-vous le rôle d'un écrivain dans une société? Est-ce qu'il doit l'exprimer dans sa littérature ou y a-t-il d'autres façons pour
le manifester ?
Si on pose le problème à l'échelle universelle, il y a des pays où l'écrivain effectivement peut se permettre le luxe de ne se consacrer qu'à son œuvre littéraire et ne pas s'impliquer ailleurs. Mais quand on y réfléchit, quand on voit par exemple l'histoire de l'Europe et l'histoire de la naissance de la culture occidentale, cela ne s'est pas passé sans conséquences néfastes sur les œuvres de l'esprit en Occident. Ce retrait du créateur, de l'intellectuel, de l'écrivain du champ social a été assez désastreux finalement. Je peux avouer que par exemple en France, il est rare que je trouve un livre qui m'intéresse. Je lis davantage les écrivains latino-américains, russes et surtout les écrivains qui viennent de la périphérie, et qui sont en train de bousculer les normes littéraires à l'échelle universelle.
Cela est-il valable pour les intellectuels
Marocains ?
Au Maroc, nous sommes dans une situation où l'intellectuel ne peut pas se fermer les yeux, ne serait-ce que pour sauvegarder sa fonction… Nous sommes en train de se battre, et je le répète depuis des années, pour que la fonction d'un intellectuel soit reconnue d'utilité publique. Ne pas considérer l'intellectuel comme un parasite nuisible, mais comme une personne qui apporte quelque chose à la société.
En ce qui me concerne, je n'ai jamais séparé mon travail d'écrivain de mes devoirs, de mes préoccupations de citoyen. Les deux vont de pair et ils sont inséparables. Mais quand j'écris, quand je suis devant la terrible page blanche dont parlait Mallarmé, il n'y a que moi… Je suis un homme libre, j'essaie du moins de l'être, je ne suis dans aucune organisation ou officine politique quelconque. J'ai mes idées politiques, j'ai ma façon de voir la réalité marocaine, je sais ce qu'il faudrait faire pour que les choses changent dans le bon sens. Mais quand j'écris, je suis terriblement seul. Ce que j'écris, c'est le résultat de la douleur qui est la mienne, des espérances qui sont les miennes, du regard que j'ai sur mes semblables, sur le monde.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.