Bourita : La reprise des relations maroco-israéliennes se fera ressentir dans le futur    Conseils des régions. Le RNI, le PAM et l'Istiqlal se partagent la présidence    Le Maroc interpelle le HCR sur la responsabilité du régime Algérien    Futur gouvernement: l'USFP contre la participation du PAM?    Le Maroc, premier fournisseur de l'Union Européenne    Deux Marocains remportent le prix « IEC 1906 Award» 2021    Umnia Bank: point sur l'activité au premier semestre 2021    Hapag-Lloyd : Après son implantation au Maroc, l'armateur mondial ambitionne de devenir un pionnier en Afrique    Selon la CNUCED, l'impact de la crise du Covid-19 est plus ressenti en Afrique que dans le reste du monde    Elections communales 2021. Nourredine Kammouch du Parti de l'Istiqlal élu président du Conseil communal de Safi    Attaque armée : Rapatriement des dépouilles des camionneurs marocains tués au Mali    Plus de 18 millions de marocains complètement vaccinés    Consécration: Najia El Abbadi élue présidente de la fédération mondiale des sociétés neurochirurgicales    Falsification des documents sanitaires : 300 fraudeurs arrêtés    Décès liés au travail : Le nombre s'élève à près de 2 millions chaque année    Classement THE : 6 universités marocaines dans le top mondial    Exposition : l'art à travers trois générations    Le Maroc compte développer une industrie de drones kamikazes pour Israël    Algérie : une vague d'arrestations arbitraires contre le Mouvement pour l'autonomie de la Kabylie    Mondial de futsal : le Maroc devant un exploit historique    Un détachement des FAR prend part au traditionnel défilé militaire en commémoration de l'indépendance du Mexique    Stations-service : Yoom obtient la certification ISO 9001    Emprunts extérieurs: gare au revers de l'alourdissement de la dette    Votre e-magazine « Attahadi » du vendredi 17 septembre 2021    Elections 2021 : Les efforts engagés n'arrivent toujours pas à féminiser la vie politique du Royaume    Maroc: Suppression de l'Education islamique: ce qu'il est en vraiment    Lancement du programme ClimOliveMed avec la contribution du Maroc    Quatre responsables de la sûreté nationale suspendus pour manquements dans l'exercice de leurs fonctions    Fatima Zahra Mansouri élue maire de Marrakech    Imane Feriani dévoile sa nouvelle série à la galerie Bab El-Kebir    Washington valide un contrat de maintenance d'armement avec l'Arabie saoudite    La chef de la diplomatie néerlandaise annonce sa démission après l'évacuation chaotique d'Afghanistan    Gouvernement: le groupe parlementaire du PAM charge Ouahbi de poursuivre les consultations    Prix de l'année 2021 / La championne Dina Asher-Smith et sa chronique gagnante sur le racisme : « C'est ma première médaille pour l'écriture »    Sahel : Le chef de l'EIGS et mercenaire du « Polisario » tué par la force Barkhane    Mise en échec d'une tentative d'immigration à Mellilia : l'Espagne loue les efforts du Maroc    Attente...    Cinéma : L'Institut Français du Maroc rouvre ses salles de projection    Festival : la 14ème édition du Festival national du Zajal se donne à voir en digital    Classement FIFA: Les Lions de l'Atlas au 33ème rang    Interview avec Neta Elkayam : «Je m'intéresse à beaucoup de musiciens marocains contemporains»    Xander Pratt dévoile son nouveau titre en hommage à Casablanca    Tokyo 2020: les athlètes médaillés célébrés par la Fondation Mohammed VI    Rapatriement jeudi des dépouilles des deux camionneurs marocains tués au Mali    Retour sur la saga des héros paralympiques    «Lewy» et le Bayern surclassent encore le Barça    Lukaku tire Chelsea du piège du Zenit, Ziyech décevant    Des ateliers consultatifs de la musique du 17 au 28 septembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rama Yade gagne son bras de fer contre Sarkozy
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 25 - 11 - 2009

Le refus de Yade d'appliquer la consigne sous prétexte qu'elle «condamne le parachutage ethnique» comme elle l'avait répliqué non sans panache, venait de compliquer davantage un rapport déjà difficile avec Sarkozy.
C'est une partie extrêmement sensible, un épisode politiquement tendu qui vient de connaître, dans un silence retenu, un épilogue provisoire. Celui qui opposait depuis de longues semaines Rama Yade, la jeune secrétaire d'Etat aux Sports, à la hiérarchie de l'UMP et à Nicolas Sarkozy. Les barons de la majorité présidentielle qui concoctaient en douce l'architecture de la carte de la droite pour les élections régionales de mars prochain, avaient décidé de parachuter Rama Yade dans le département du Val-d'Oise alors qu'elle avait manifesté le désir de concourir dans le département des Hauts-de-Seine où elle est élue aux municipales dans la ville socialiste de Colombes.
Tout indiquait que l'oracle qui avait décidé d'envoyer Rama Yade dans le Val-d'Oise était d'inspiration élyséenne. La meilleure preuve de cette paternité est à trouver dans le déchaînement des proches de Nicolas Sarkozy contre Rama Yade et qui était d'une violence inédite. Avec un soupçon de condescendance comme le laisse transpirer une personnalité de l'UMP : «Rama Yade dans le Val-d'Oise sera bien plus couleur locale que dans les Hauts-de-Seine». Quand certains l'accusaient publiquement de ne pas jouer collectif, de trahir ouvertement sa famille politique, d'autres lui conseillent de «fermer sa gueule» ou de démissionner.
Le refus de Rama Yade d'appliquer la consigne sous prétexte qu'elle «condamne le parachutage ethnique» comme elle l'avait répliqué non sans panache, venait de compliquer davantage un rapport déjà difficile avec Nicolas Sarkozy. Le président de la République qui, dans une autre époque, avait l'occasion de la présenter, mi-fier mi-taquin, comme sa «Condoleezza Rice», à lui, lui en voulait déjà beaucoup. Son ire à son égard s'est enflammée le jour où, contre toute attente, la benjamine du gouvernement ose refuser l'offre royale de conduire la tête de liste UMP en Ile-de-France pour les élections européennes.
Cette rébellion ouverte contre le président de la République était à l'origine de sa dégradation du secrétariat aux Droits de l'Homme sous la tutelle de Bernard Kouchner à celui du Sport sous celle de Roselyne Bachelot. D'ailleurs, Rama Yade ne devait ce strapontin qu'à l'incapacité manifeste pour Nicolas Sarkozy de se débarrasser d'un coup de deux icônes de la diversité, après le renvoi sans ménagement de Rachida Dati du ministère de la Justice au Parlement de Strasbourg. Après son baptême de feu européen qui l'a vu refuser publiquement une volonté présidentielle, son épreuve régionale, allait en principe l'achever. Et ce qui a compliqué davantage la situation c'est qu'entre ces deux grandes parenthèses électorales, Rama Yade a fait montre d'une indépendance de parole et d'une liberté de critique assez rares dans les rangs du gouvernement. Elle l'a montré dans l'affaire de Frédéric Mitterrand accusé de faire l'apologie du tourisme sexuel, dans l'affaire de Jean Sarkozy soupçonné de népotisme et de favoritisme. Même si sous la pression de son service de communication, il lui arrivait souvent de renier ces critiques, il n'en demeure pas moins qu'avec ses sorties à contre-courant, elle avait largement participé à la culture d'ulcères dans sa majorité. Aujourd'hui, une fois que la décision a été prise par Nicolas Sarkozy de la maintenir dans le département des Hauts-de-Seine, l'ensemble de la machine qui s'était investi dans le dessein contraire fait une crispante marche arrière. La ministre de l'Enseignement supérieur et tête de liste UMP en Ile-de-France, Valérie Pécresse, a eu cet enrobage difficile qui en dit long sur la manœuvre et la couleuvre : «Nous sommes tous d'accord pour dire que c'est plus cohérent pour Rama Yade d'aller dans les Hauts-de-Seine. J'avais proposé à Rama Yade d'être tête de liste dans le Val-d'Oise. Pourquoi ? Parce que je souhaitais une tête de liste pour Rama».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.