Pegasus : le corps du délit, ce grand absent    Justice : Voici les nouveaux procureurs du Roi et présidents de la Cour d'appel    Chambres professionnelles/élections : dans le Souss-Massa, le RNI ratisse large    Automobile: 107 383 unités écoulées à fin juillet, selon l'AIVAM    Blanchiment de capitaux et financement du terrorisme. La Douane sensibilise sur les nouvelles dispositions de lutte    Bonnes performances du secteur des exportations des produits agro-alimentaires en 2021    OMPIC. Un bilan 2020 positif et une feuille de route bien affûtée    En Algérie, «le meilleur système de santé au Maghreb et en Afrique» s'effondre    Comment se préparer aux Jeux Olympiques ? Une expérience de deux médecins anciens champions sportifs    JO-2020: Le programme du jeudi 5 août 2021    Covid-19 : Le théâtre national Mohammed V suspend ses activités    Covid-19. Les Etats-Unis classe le Maroc comme pays à risque élevé pour les voyageurs    Covid-19 : le théâtre national Mohammed V procède à un arrêt provisoire ses activités    Mohamed Amine Kihal ou la prédilection pour les rôles à dimension psychologique    Variant Delta. Ces dernières données permettant de mieux cerner la dangerosité du virus    Législatives 2021: la candidature de Saad Eddine El Otmani entérinée    Andrea Cozzolino salue le message royal de réconciliation avec l'Algérie    Question de littérature : Les nouveaux auteurs sont-ils sous le seuil de la pauvreté littéraire ?    Campagne électorale et médias : La Haca rappelle les règles du jeu    CRDH : Soulaiman Raissouni se trouve «dans un état très stable»    Un an après les explosions de Beyrouth, les besoins des enfants restent critiques (UNICEF)    Traitement Covid-19 : Entre forte demande et pénurie    Elections : Pour un pluralisme politique dans les médias    Armement : Le Maroc s'apprête à acquérir 22 hélicoptères d'attaque turcs    Covid-19 : Le pic épidémique attendu dans les prochains jours    Covid-19 : Israël renforce les restrictions sanitaires    Edito : XXIème    Ouvert jusqu'au 12 août : L'appel à projet de Madaëf éco 6 Al Hoceima sur les rails    Mobilité électrique : Signature d'un accord de transfert de technologie Maroc-Brésil    Maroc/Météo: Temps assez chaud sur le Sud-Est et les plaines intérieures et stable ailleurs, ce mercredi 4 août    Finale de l'Euro 2020 : la fédération anglaise visée par une procédure disciplinaire de l'UEFA    ONU : Les accusations généralisées contre les travailleurs humanitaires au Tigray sont "injustes"    Covid : Vaccination obligatoire à New York pour aller au restaurant, dans les salles de spectacle et de gym    Israël membre observateur au sein de l'UA : revers majeur pour Ramtane Lamamra    Liban: un enfant sur trois traumatisé un an après l'explosion (ONU)    L'ex-président de la CAF, Issa Hayatou, suspendu un an de toute activité relative au football par la FIFA    Tunisie: Saied poursuit la purge des ministres et les arrestations de députés    Attaque du pétrolier israélien: Washington pour une «réponse collective», Téhéran répondra à tout «aventurisme»    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    Elections professionnelles. Le rendez-vous du 6 août    Tokyo 2020/Athlétisme: Le Marocain Soufiane Boukentar éliminé du 1er tour de 5.000 m    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    JO-2020 / 3000 m steeple : Soufiane El Bakkali, un champion en or    Merci Soufiane    JO 2020. Abdellatif Sadiqui qualifié pour les demi-finales du 1500 m    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



«Les preuves d'amour» de Rama Yade à Nicolas Sarkozy
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 17 - 02 - 2009

Rama Yade avait crânement refusé une tête de liste UMP et un siège de député à Bruxelles arguant qu'elle voulait faire sa carrière politique dans l'Hexagone.
Le discours politique vient de prendre un sacré coup de jeune, d'autres diront un fulgurant coup de chaud, par les déclarations dégoulinantes de sentimentalité que vient de lancer Rama Yade, secrétaire d'Etat aux Droits de l'Homme à l'encontre de Nicolas Sarkozy. Lorsque parlant du président de la République avec qui les relations traversent une zone tendue et perturbée, la jeune et unique ministre noire du gouvernement décrit cette relation de cette manière très personnelle: «il y a des péripéties dans la vie politique. Mais est-ce que ça veut dire qu'on ne s'aime pas ? Si ! Vous avez sans doute un mari avec qui vous vous disputez de temps en temps, des enfants avec qui, de temps en temps, vous avez des bisbilles. Après, votre relation, elle est éprouvée, mais elle est renforcée. Et donc... » Et lorsque son interlocuteur lui affirmait que la meilleure preuve d'amour aurait été d'accepter la proposition de Nicolas Sarkozy de diriger la liste UMP de l'Ile-de-France pour les européennes de juin prochain, elle répondit avec un tact assuré: «Il y a tellement de preuves d'amour qu'on peut trouver et imaginer, et j'y travaille, je vous rassure». Les âmes charitables et un brin moqueur peuvent toujours conseiller à Rama Yade de doser son langage, les preuves d'amour étant un domaine exclusivement réservé à Carla Bruni Sarkozy.
Il faut rappeler que Rama Yade avait crânement refusé une tête de liste UMP et un siège de député à Bruxelles arguant qu'elle voulait faire sa carrière politique dans l'Hexagone, cachant à peine son irrésistible envie de briguer un mandat à l'imprenable, en tout cas pour ses semblables, Palais Bourbon. Nicolas Sarkozy en prit un foudroyant ombrage de voir sa créature se rebeller ouvertement contre lui. Il ne rata aucune occasion de distiller son amertume. Et malgré de nombreux gestes, boîtes de chocolat caramélisé et mots doux enrobés, pour calmer le courroux du parrain, Nicolas Sarkozy ne décolère pas, jusqu'à ce qu'une rencontre en tête-à-tête, juste après un Conseil des ministre, que Rama Yade avait fiévreusement demandé à Claude Guéant, secrétaire général de l'Elysée, qu'il finisse par aplatir le différend et chasse les démons boudeurs.
Nicolas Sarkozy profita de son émission «Face à la crise» pour dissiper définitivement la brouille: «Amertume, rancune, ça ne fait pas partie de mon vocabulaire (…) Je trouvais que c'était dommage qu'elle ne joue pas cette carte ( de l'élection européenne) (…) Je crois qu'elle-même a bien compris qu'elle avait eu tort, mais maintenant il y a bien d'autres choses à faire et je suis sûr que je pourrai compter sur son travail et son talent».
C'est qu'entre-temps, profitant des démêlés de Bernard Kouchner, son ministre de tutelle, avec la France-Afrique, la morale et l'argent, Rama Yade a pris la tête du classement des personnalités politiques préférées des Français avec 60% des bonnes opinions dans le dernier baromètre Ipsos/ Le Point. Ce qui est loin d'être négligeable pour une ministre benjamine du gouvernement issue des minorités. Toute heureuse d'avoir pris sa revanche contre Bernard Kouchner qui contestait l'utilité de son secrétariat d'Etat aux Droits de l'Homme, Rama Yade joue pourtant les modestes : «Ce n'est qu'un sondage (…) C'est peut être la marque d'un attachement aux Droits de l'Homme. Cela ne me donne aucun droit particulier. Seulement des devoirs».
En attendant la fabrication de ces preuves d'amour censées garantir un retour d'affection présidentielle définitif, Rama Yade continue de jouer les poils à gratter sur deux sujets brûlants. Le premier est la crise sociale et économique des Antilles où son diagnostic ne va pas faire tomber la pression: «C'est vrai que là-bas, il y a un lourd malaise dû à la cherté de la vie, au niveau du pouvoir d'achat, et, au-delà, à un problème de répartition des richesses (…) (qui exacerbe) les tensions à l'égard de la minorité blanche…On ne peut pas avoir une société à deux vitesses en Guadeloupe, ni en Martinique, ni à la Réunion». Le second sujet d'actualité sur lequel Rama Yade ajoute son grain de sel est la politique de délation encouragée par Eric Besson à l'égard des clandestins qui dénoncent leurs filières en échange de papiers de résidence. Sans remettre en cause l'esprit de cette politique, elle se permet un conseil d'une étrange saveur : «Il faut faire très attention à ce que ceux qui prennent le risque de dénoncer des passeurs ne se trouvent dans une situation où ils risquent leur vie».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.