La DGST permet aux Etats-Unis de neutraliser un soldat radicalisé avant de passer à l'acte    Compact II : 304,3 millions de dollars de fonds engagés par MCA-Morocco    Emballage industriel : une nouvelle usine pour DS Smith Tecnicarton à Kénitra    «La startup Factory» reçoit le Label AFRIC'INNOV    BEI/Jaida : 10 M€ pour soutenir l'activité de microcrédit    CHAN / Rwanda-Togo (3-2) : Les Rwandais accompagnent le Maroc en quarts de finale    La 1ère édition du FICIC, du 27 au 31 janvier en format digital    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    Bank of Africa et la SIACE s'allient pour le renforcement du commerce extérieur    Evolution du coronavirus au Maroc : 867 nouveaux cas, 467.493 au total, mardi 26 janvier 2021 à 18 heures    Tremblements de terre : L'Unesco met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce    Plan de relance. Ça va décarboniser    L'ambassadeur israélien arrivé au Maroc...une première depuis deux décennies    Dialogue Stratégique Maroc-USA : la coopération dans la lutte contre la prolifération nucléaire à l'ordre du jour    Décès de Mohieddine Chekrouni    Le textile marocain en quête d'un fil d'Ariane    De Larbi Ben Mbarek à Youssef En-Nesyri: Les Lions de l'Atlas continuent de rugir dans l'arène de la Liga    Le match sera «décisif» pour les deux sélections (Lhoucine Ammouta)    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Formation dans le numérique au profit de de 50.000 étudiants    Moncef Slaoui : fier du succès du vaccin, l'ancien responsable scientifique de Warp Speed parle de politique, de présidents et de futures pandémies    Les milices privées reniables d'Erdoğan déstabilisent le Moyen-Orient    Notre diversité culturelle est une source inépuisable d'enrichissement    Les galeries d'art improvisent pour ne pas disparaître    La FNM lance un concours pour la création graphiques de son Logo    Appel à candidature pour une résidence d'écriture à Meknès    Marrakech. Quand l'Art s'invite au Palmeraie Rotana Resort    Exposition. Spirit of the letter de Larbi Cherkaoui    Maroc: Près de 38% des entreprises ont réduit leurs effectifs    France: l'Institut Pasteur arrête le développement de son principal projet de vaccin    Dakhla : un rallye classique et sportif pour célébrer la marocanité du Sahara    Le gouvernement s'écroule, place aux consultations tous azimuts    Le Maroc, un modèle en matière de préservation des traditions, notamment juives    Le Maroc réitère son appel pour la création d'une Plateforme d'experts africains pour la lutte contre les épidémies    Bouayach : «une source d'inspiration pour un modèle non-institutionnel de dialogue interculturel»    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Vaccins anti-Covid: doit-on craindre des effets indésirables ?    Etats-Unis : Un soldat américain pro Daech arrêté grâce à la DGST marocaine    Une nouvelle émission dédiée le 3 février à la culture juive sur Medi1TV    Maroc-Ouganda, un match couperet    Hommage aux personnalités sportives qui se sont illustrées en 2020 : Malgré la pandémie, la SNRT perpétue la tradition    Législation : Un bilan maigre se profile    Warning du Centre antipoison / «M'khinza» : Attention danger!    Fkih Ben Saleh : Un escroc mis hors d'état de nuire    Marrakech : Une Allemande se jette du 5ème étage d'un immeuble    Pétitions : Enième tentative de réanimation    CHAN / Covid-19 : Baâdi testé positif, il sera remplacé par Nemssaoui    CHAN / Groupe « C » : Ce soir, Maroc-Ouganda, pour rectifier et se qualifier !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Mehdi Qotbi métisse la lettre aux traits des masques africains
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 12 - 2009

Mehdi Qotbi dévoile les œuvres de sa nouvelle exposition «Écrits et esprits» qui se tient du 10 décembre 2009 au 8 janvier 2010 à la galerie Loft Art Gallery de Casablanca.
«De fibre de plume de bois lisse, revêtir le masque des mots», écrivait Aimé Césaire dans «Ausculter le dédale», un livre co-écrit en 1991 avec Mehdi Qotbi, l'artiste-peintre de la lettre calligraphique arabe. Ce dernier est le seul artiste avec Picasso à avoir fait une rencontre écrite avec le grand poète martiniquais. Dix-huit ans après, Mehdi Qotbi, dit «Messie» par l'actuel ministre de la Culture marocain, métisse la lettre arabe aux traits des masques africains. C'est ce que dévoilent les œuvres de sa nouvelle exposition «Écrits et esprits» qui se tient du 10 décembre 2009 au 8 janvier 2010 à la galerie Loft Art Gallery de Casablanca. «Dans mes œuvres, je me suis aventuré à traduire l'essence de la fusion des civilisations africaines et arabo-musulmanes. Plus qu'une fusion, j'ai voulu peindre une symbiose. Ces deux cultures n'en forment qu'une et c'est la mienne», a-t-il indiqué. Ainsi l'Afrique des masques qui avaient inspiré auparavant des artistes tels que Picasso ou Modigliani et révolutionné l'art contemporain, a séduit Mehdi Qotbi.
Avec la rencontre entre l'abstraction arabesque et les contours des visages et des masques, l'art de Mehdi Qotbi acquiert une dimension figurative. Sa palette est celle d'un continent noir, de sa terre rouge, de sa brousse verte et desséchée, de son soleil jaune, du bleu de son aube, le tout incarné dans des masques à l'expression multiple, une expression tour à tour effacée, révélée, révélatrice et masquée, que la lettre calligraphique arabe redessine et réécrit.
L'artiste explore et fait voyager celui qui contemple de près sa toile dans les profondeurs des deux cultures et civilisations, arabe et africaine, deux cultures universelles historiquement et spirituellement liées qu'il fusionne jusqu'à l'union. Mehdi Qotbi est en cela le premier artiste-peintre arabe à avoir osé consciemment cette fusion. «Terre des ancêtres», «Écrits et esprits», «Fleuve de l'âme», «Palabre», «Clameur des esprits», «Clameur de l'aube», «Brouillard des âmes», «Forêt des esprits», «Danse des masques», «Rivières» sont autant de titres des œuvres de la nouvelle exposition de Mehdi Qotbi. Il y peint l'Afrique telle qu'il l'a rêvée, imaginée, «cette terre de la vie et de l'espoir» comme il la qualifie lui-même. Mehdi Qotbi a toujours été passionné par l'Afrique. Déjà en 1986, Mehdi Qotbi avait illustré un recueil de poésie de Léopold Sédar Senghor, le père de la négritude. Aussi dans l'exposition «Écrits et esprits», il rend aussi hommage à Aimé Césaire dont il avait fait la connaissance il y a vingt ans. «L'œuvre de Mehdi Qotbi est elle-même un jeu mystérieux et ostensiblement supérieur avec la calligraphie, une manière de transcender le langage en faisant miroiter la poésie physique des lettres», souligne Frédéric Mitterrand, le ministre de la Culture français qui a préfacé la présentation de l'exposition «Écrits et esprits». Pour sa part, Bensalem Himmich, le ministre de la Culture a écrit : «La peinture de Mehdi Qotbi a toujours eu une forte dimension spirituelle et un air de lévitation qui invitent les visiteurs avertis à répondre par l'affirmative à l'appel de Pablo Neruda : «Monte et nais avec moi, frère».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.