Marhaba 2021: le roi Mohammed VI demande un dispositif spécial d'accompagnement    L'Algérie retire l'accréditation à France 24    Blue Origin. Un milliardaire a déboursé 28 millions de dollars pour être avec Jeff Bezos    Le Raja s'incline contre Berkane et perd du terrain pour la première place    Djokovic-Tsitsipas: les meilleurs moments de la finale (VIDEO)    Jerrada : Nouveaux projets pour renforcer les filières du miel et des arbres fruitiers    Hamid Fettah, nouveau coordinateur de l'Istiqlal à Fès    Législatives algériennes : le parti islamiste MSP revendique la majorité    Retour des MRE : Voici les prix proposés par RAM    Aérien. La RAM dévoile ses nouveaux tarifs vers le Maroc    Botola / HUSA-WAC (3-5) : Un match renversant au score renversé !    Euro 2020 : Les Anglais convaincants ont battu les Croates décevants (1-0)    Facilitation des démarches consulaires, douanières et sanitaires...les nouvelles directives de SM le Roi en faveur des MRE    Evolution du coronavirus au Maroc : 270 nouveaux cas, 523.890 au total, dimanche 13 juin 2021 à 16 heures    La résolution européenne sur le Maroc est "erronée" et "inappropriée", selon une sénatrice italienne    Marge du G7: Bras de fer USA-Chine    Rassemblement à Paris des sympathisants du Hirak contre les législatives voulues par le «pouvoir assassin»    La famille Belkhayat ouvre le capital de Dislog Industries à Mediterrania Capital Partner    Attijari Global Research : des convictions à l'épreuve de la crise    Euro 2021 : l'écroulement de Christian Eriksen réveille les souvenirs de scènes dramatiques    L'Opinion : Désunis jusqu'à la fin !    Déficit budgétaire de 24,6 MMDH à fin mai 2021 (TGR)    Météo Maroc: Temps assez chaud avec nuages dans des régions (dimanche 13 juin)    L'AMDV veut que les réponses du législateur face aux violences sexuelles soient renforcées    Opération Marhaba 2021: des incertitudes planent toujours    Voyageurs : Le ministère de la santé publie les fiches à remplir    La symphonie lumineuse de Florence Arnold    Festival: L'Andalousie vue d'Oujda    L'affaire Brahim Ghali a un nom : Arancha González Laya    France : les réservations vers le Maroc en très forte augmentation    OCP : franc succès pour la nouvelle émission obligataire internationale de 1,5 milliard de dollars    Chine : 12 morts dans l'explosion d'une conduite de gaz dans un complexe résidentiel    Yassine Bounou évoque ses ambitions avec les Lions de l'Atlas    Journée mondiale du donneur de sang: un appel pressant à l'action pour augmenter la collecte de cette matière vitale    Plus de deux tonnes de drogue saisies à Mohammedia    Hakimi et Lukaku dédient leurs buts à Christian Eriksen    UNE RESOLUTION EUROPEENNE DENONCANT LE MAROC : CHERCHEZ L'ERREUR !!!    Laâyoune: le droit à la santé à l'ère de la Covid-19 domine les débats de la CRDH    Karaté : Médaillée d'or, Btissam Sadini se qualifie pour les JO de Tokyo    Bruxelles attend de Biden des engagements clairs sur le partenariat transatlantique    Algérie: les élections législatives ne vont pas régler le problème (Think tank US)    Le message du roi Mohammed VI au président russe Vladimir Poutine    Le tournage de la cinquième partie d'Indiana Jones aura lieu au Maroc    La cinquième aventure d'Indiana Jones sera tournée au Maroc    Les 10 ans de la FNM: Un bilan plus que positif    Education nationale-FNM: Un partenariat pour promouvoir l'accès des élèves aux musées    MEN et FNM instaurent la gratuité des musées et monuments pour les étudiants    Khalid Benzakour traite de la condition de la femme au Maroc    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Alain Juppé joue les solidaires indépendants
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 23 - 12 - 2009

Si Alain Juppé était en train de marquer sa différence pour mieux se préparer un avenir, l'UMP toujours prompte à exécuter toutes formes de critiques à Sarkozy, reste muette sur le cas Juppé.
La moindre des évidences politiques est que Nicolas Sarkozy puisse compter sur les grandes voix de sa majorité présidentielle quand il s'agit de se prononcer sur les grands sujets qui configurent son quinquennat. Or s'agissant d'un débat aussi pointu, aussi sensible que celui organisé sur l'identité nationale, une voix importante commence sérieusement à lui faire défaut. Celle d'Alain Juppé, actuel maire de Bordeaux et ancien fils préféré de Jacques Chirac.
L'homme commence à faire entendre une petite musique qui ressemble étrangement à un air d'opposition et de distinction. Non seulement il s'interroge à haute voix sur l'utilité d'un tel débat, mais fustige, argument à l'appui, sa dangerosité et sa capacité à dresser en France les communautés les unes contre les autres. Pour lui la vraie question est la suivante : «Aujourd'hui, quelle est la capacité d'accueil de la société française vis-à-vis de ceux qui la rejoignent, en particulier les musulmans ?»
Alain Juppé marche ainsi sur les traces de deux anciens Premiers ministres de droite, le premier Dominique de Villepin qu'une odyssée judicaire oppose à Nicolas Sarkozy dans la célèbre affaire Clearstream et Jean-Pierre Raffarin qui, amer, a pris ses distances avec l'Elysée depuis que le président de la République lui avait préféré Gérard Larcher à la présidence du Sénat.
Et pourtant rien ne destinait Alain Juppé à finir, sinon dans l'opposition à Nicolas Sarkozy, du moins dans la critique acerbe de ces projets de réformes. Non seulement son retour au gouvernement était régulièrement annoncé dans les gazettes, mais signe que le président de la République tenait sa stature et éventuellement sa capacité de nuisance en grande estime, il l'avait nommé en compagnie de l'ancien Premier ministre socialiste Michel Rocard à la tête de la commission chargée de réfléchir sur les grands chantiers qui devrait accueillir la semence du grand emprunt national lancé lors du congrès de Versailles.
Le débat sur l'identité nationale, de plus en plus impopulaire chez les Français, n'est pas le premier sujet sur lequel Alain Juppé avait fait entendre sa différence. La taxe professionnelle, le nouveau redécoupage territorial et le grand emprunt l'avaient fait sortir de ses gonds. Après avoir été prononcée sur un ton exaspéré, la critique d'Alain Juppé à l'égard de certaines réformes et autre actions de Nicolas Sarkozy devient méthodique. Et il n'en fallait pas plus pour y déceler le retour d'une ambition, jadis éteinte par les démêlés judicaires issus de l'héritage Chirac et les déboires politiques provoqués par l'encombrement dans le leadership de la famille de la droite.
Et si Alain Juppé était en train de marquer sa différence pour mieux se préparer un avenir. Le parti du président, l'UMP, toujours prompt à exécuter avec une effervescence passionnée, toutes formes d'opposition ou de critiques à Nicolas Sarkozy, reste muet sur le cas Juppé. Ce qui peut être interprété d'une double manière : ou la réflexion n'a pas encore été menée pour identifier Alain Juppé comme un allié objectif de l'opposition comme peuvent l'être Dominique de Villepin ou Jean-Pierre Raffarin. Ou les négociations souterraines pour calmer les ardeurs du maire de Bordeaux n'ont pas encore abouti.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.