Luca De Meo, DG du Groupe Renault : La relation entre le Maroc et le Groupe est une "relation d'exception"    Marché boursier : Les levées de capitaux en actions en repli de 70% en 2020    Généralisation de la couverture médicale : L'UE accompagne le Maroc    JO-2020 : Le programme du vendredi 6 août 2021    JO de Tokyo/Athlétisme : Le Marocain Abdellatif Sadiki éliminé en demi-finale du 1.500 m    Covid-19 : Pfizer et BioNTech s'engagent à fournir leur vaccin au Maroc au cours de 2021    Casablanca : interpellation d'un individu pour son implication présumée dans un matricide    Covid-19 : Sur la 3ème dose du vaccin, l'OMS veut un moratoire    [ Interview avec Aziz El Fekkaki, président de l'Association des Jeunes du 21ème siècle ] L'application du NMD tributaire des mentalités des responsables    Emprunt national : toujours peu de visibilité sur la date de lancement    Voici la date et l'heure du match Raja-AS Rome    Les prix du pétrole en chute    Automobile : le secteur reprend des couleurs en juillet    Corruption : Extradition des Emirats Arabes Unis vers l'Algérie d'un ancien PDG de Sonatrach    Covid-19 : Un nouveau protocole de prise en charge des malades    BCG et tuberculose : Centenaire du doyen des vaccins encore d'actualité    Technopark Casablanca lance une opération de vaccination massive    Mesures de restrictions : Suspense sur la rentrée scolaire    Covid-19: du changement dans le protocole thérapeutique national    Affaire Pegasus : la CNDP entre en jeu    Maroc-Algérie : l'eurodéputé Andrea Cozzolino prend fait et cause pour le discours d'apaisement du roi Mohammed VI    HCP. Radioscopie de l'emploi au second trimestre 2021    Europa Oil & Gas : "de ressources potentielles et non de réserves prouvées" tempère ONHYM    La France promet 100 millions d'euros d'aide en faveur du Liban    Le légendaire gardien de but Ahmed Belkorchi n'est plus    Afghanistan : Les attaques se multiplient à Kaboul, les Talibans revendiquent    Chambres professionnelles : Défis et enjeux d'un scrutin d'une conjoncture particulière    Records du monde ou dopage technologique...    Regragui se rapproche, Chaabani s'éloigne    Le pdt de la délégation Maghreb au PE salue un geste Royal hautement généreux en direction de l'Algérie (Vidéo)    Fin du « potentiel détournement » d'un pétrolier britannique    Affaire Pegasus : la CNDP se saisit du dossier    «Prisonnière du silence» remporte le grand prix    Lucien Amiel, doyen des galeristes marocains, n'est plus    JO-2020/Athlétisme: le Kényan Emmanuel Korir champion olympique du 800 m    Issa Hayatou sanctionné par la FIFA    Affaire Pegasus : La riposte marocaine se poursuit    Législatives: El Othmani se présentera dans la circonscription de Rabat-Océan    En Algérie, «le meilleur système de santé au Maghreb et en Afrique» s'effondre    Covid-19 : le théâtre national Mohammed V procède à un arrêt provisoire ses activités    Mohamed Amine Kihal ou la prédilection pour les rôles à dimension psychologique    Question de littérature : Les nouveaux auteurs sont-ils sous le seuil de la pauvreté littéraire ?    Armement : Le Maroc s'apprête à acquérir 22 hélicoptères d'attaque turcs    ONU : Les accusations généralisées contre les travailleurs humanitaires au Tigray sont "injustes"    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    Liban : un enfant sur trois traumatisé un an après l'explosion, selon l'ONU    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Alain Juppé, un ministrable en devenir
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 13 - 03 - 2009

Après avoir été qualifié par Jacques Chirac de «meilleur d'entre nous», une suprême distinction qui l'a plus plombé que servi, Alain Juppé a vécu une puissante déflagration au crépuscule de l'ère Sarkozy.
Quelle est la meilleure recette d'un homme politique, dont l'étoile est en train de pâlir, de dire qu'il existe encore et qu'il est disponible pour le service ? C'est celle qui consiste à publier un livre, à s'assurer une tournée de promotion en vue de glisser de temps à autre des petites phrases qui en disent long sur la vivacité de son appétit politique. C'est ce qui vient d'arriver à Alain Juppé, ancien Premier ministre de Jacques Chirac et actuel maire de Bordeaux. Il publie cette semaine un livre de confessions politiques au titre gastronomique avec des relents écologiques : «Je ne mangerai plus de cerises en hiver» aux éditions Plon.
Après avoir été qualifié par Jacques Chirac de «meilleur d'entre nous», une suprême distinction qui l'a plus plombé que servi, Alain Juppé a vécu une puissante déflagration au crépuscule de l'ère Sarkozy. De retour du Canada où il était parti cuver ses défaites et ses ennuis judicaires dans l'affaire des emplois fictifs du RPR de Paris qui lui avait valu une lourde sentence d'inéligibilité, Alain Juppé avait occupé le haut du pavé du premier gouvernement de François Fillon dans un ministère qui en disait plus sur l'importance du périmètre politique du personnage que de son rayon d'action. Au bout de quelques jours seulement, la mort dans l'âme, Alain Juppé a dû quitter ce gouvernement.
C'est qu'entre-temps, il avait trébuché lors des législatives de 2007. Les Bordelais ne l'ont pas jugé apte pour les représenter au Palais Bourbon.
Un violent déracinement qui venait exacerber une blessure déjà béante du statut du «mal aimé» sur qui le sort semble impitoyablement s'acharner. Devant les soupirs moqueurs des ses anciens amis et les quolibets sadiques de ses adversaires, Alain Juppé dut avaler toute sa fierté et son amour propre de personnage à épaisseur nationale réduit au rang d'un agent local sans réel pourvoir ni vraie aura. Cette grande traversée de l'amertume dura jusqu'aux municipales de 2008 où la mairie de Bordeaux ouvrit grands ses portes à son conquérant. Alain Juppé, la renaissance. Alain Juppé pourra toujours ressasser «la leçon de ses maîtres : En politique, on ne disparaît que quand on est mort physiquement».
Depuis cette victoire, il ne se passe pas une rumeur de remaniement sans que les échotiers annoncent le retour probable d'Alain Juppé au devant de la scène nationale. Et la meilleure preuve que le rapprochement entre les frères ennemis d'hier est à l'œuvre et à trouver dans l'insistance d'Alain Juppé de prendre un distance publique à l'égard de la gouvernance de Nicolas Sarkozy en se permettant même le luxe de l'écorcher. Sur le concept cher au président de la République «la rupture», et qui a été le signe le plus distinctif de sa démarche, Alain Juppé le balaie d'un revers de manche : «Je ne crois pas qu'on fasse table rase (…) Un pays a son histoire, ses résistances au changement. Il faut en tenir compte et d'ailleurs c'est ce qu'on fait quand on diffère la réforme des lycées ou qu'on remet en chantier le décret sur les enseignants-chercheurs». Et d'insister au cas où le message ne serait pas bien saisi : «Je n'aime pas beaucoup l'idée selon laquelle nous sommes en situation de rupture totale par rapport à tout ce qui a existé auparavant».
Alain Juppé analyse les difficultés que rencontre Nicolas Sarkozy et croit avoir identifié le mécanisme qui engendre ses blocages. Pour lui, Nicolas Sarkozy «s'est attaqué à tous les dossiers, et sur tous les fronts. C'est peut-être cela le problème».
Et s'inspirant de sa propres expérience, il argumente son analyse: «En 1995, j'ai fait l'erreur de lancer trop de chantiers en même temps (…) Il y a un peu de cela aujourd'hui. Il faut changer, mais sans trop perturber (...) le corps social, surtout en situation de crise».
Après avoir bien marqué le terrain de son action et décrit le profil de sa possible contribution, Alain Juppé exprime sa totale disponibilité à rejoindre l'équipe Sarkozy : «Je souhaite que Nicolas Sarkozy réussisse et je le lui ai dit. Si je peux l'aider je le ferai bien volontiers. Cela dit, je garde ma liberté entière de jugement. Quand j'ai envie de dire des choses qui ne se résument pas à un amen, je le dis». Alain Juppé décrit même les conditions de son retour probable au gouvernement : «S'il faut un grand rassemblement autour du président pour faire face à une crise majeure, ça peut être une hypothèse».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.