Le Burundi réitère son appui à l'intégrité territoriale du Royaume et à son unité nationale    Le projet de loi relatif au processus électoral adopté en commission    Où en sont les travaux qui vont transformer Harhoura ?    La TGR rappelle les mesures d'encouragement pour le paiement des créances publiques    Victoire de l'eurocentrisme fiscal    Les manifestations en Algérie montrent les limites de la stratégie suivie jusque-là par le pouvoir, selon TSA    Iran-AIEA : Téhéran commence la restriction des inspections nucléaires    Présidentielles Nigériennes : Un passage de relais très démocratique    Gianni Infantino salue l'engagement du roi Mohammed VI en faveur du développement du football au Maroc    Enquête sur une personne qui dit avoir reçu deux doses    L'Unesco appelle à considérer le vaccin comme un bien public mondial    Alerte météo: Chutes de neige et fortes averses orageuses du jeudi au samedi au Maroc    Nés en Afrique, «made in Italy»: cinq créateurs de mode à Milan    Des vestiges, et des centres sous perfusion    Michel Onfray et la déconstruction de la philosophie… !    Un exercice 2020 mouvementé pour Saham Assurance    Country Brand Awards : le Maroc premier en Afrique    Les Lionceaux avec la Côte d'Ivoire dans le groupe A    Le MAS présente son nouvel entraineur, l'Argentin Miguel Angel Gamondi    Impact de la pandémie : les femmes encore plus pénalisées    Nouzha Bouchareb: 12 objectifs en ligne de mire    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Tous les établissements pénitentiaires traitent avec les instances représentatives des avocats dans le cadre de la loi    Omar Hilale met à nu le «polisario» et son parrain algérien    Bourita met en avant les réformes audacieuses du Maroc sous l'impulsion de SM le Roi    Le CNDH réitère sa position pour l'abolition de la peine de mort    Laâyoune : une nouvelle station de dessalement de l'eau de mer sera mise en service au second semestre 2021    CAN U20 : Resté confiné à Laâyoune, Targhaline devait rejoindre la Mauritanie hier mercredi    Jeux Olympiques de Tokyo : Le relais olympique lancé le 25 mars sous des conditions drastiques    Coronavirus : le variant britannique présent dans plus de 100 pays [OMS]    Covid-19 : la situation se dégrade en France, le gouvernement annonce des mesures    Algérie : le pouvoir doit prendre acte de l'échec de sa feuille de route, affirme LADDH    Procès à distance : 8.331 affaires mises au rôle du 15 au 19 février    Birmanie: Facebook ferme tous les comptes liés à l'armée    Une Maison de l'Histoire du Maroc pour construire un avenir de paix    Le WAC entame la Ligue des champions par une victoire à Luanda    Prorogation du plan d'action Maroc-CCG jusqu'en 2024    Woods victime de fractures ouvertes à une jambe dans un accident de la route    Biden et Trudeau vantent "l'extraordinaire amitié" américano-canadienne pour clore l'ère Trump    Des responsables palestiniens louent le soutien Royal aux établissements éducatifs de Palestine    Mort de Maradona: La justice convoque des experts pour déterminer d'éventuelles responsabilités    Invaincu 527 minutes,Yassine Bounou bat un record historique à Séville    «Lettres du Maghreb»: Des discussions de haute facture    "Pelé" sur Netflix, redécouverte du footballeur, fenêtre sur l'homme    Gérard Depardieu, entre ombre et lumière    Le dirham s'apprécie face au dollar    L'ONEE lance un grand projet pour le renforcement de l'alimentation électrique dans les provinces du Sud    Exposition : Une rétrospective « Saladi » au Musée de Bank Al-Maghrib    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Vaccin contre la grippe A : quand la balance bénéfice/risque crée la polémique
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 29 - 12 - 2009

Le vaccin contre la grippe A/H1N1 a suscité une vive polémique. Ils sont nombreux à manifester leurs réticences quant à l'obligation de se faire piquer le bras. Le ministère de la Santé rassure.
Le vaccin contre la grippe A/H1N1 suscite de nombreuses interrogations. Le constat est là : les gens ont peur de se faire vacciner. La principale cause est la présence d'adjuvants dans la composition du vaccin.
Les adjuvants sont soupçonnés d'être responsables de plusieurs effets indésirables susceptibles d'apparaître à la suite d'une vaccination. «Les vaccins contre la grippe A contiennent plusieurs substances dont le mercure et le squalène/polysorbates. Ces derniers peuvent causer des troubles neurologiques, ce qui peut engendrer une paralysie irréversible», déclare à ALM Yassir Sabri, pharmacien dans un laboratoire national. «Afin d'accélérer sa production, les vaccins contre la grippe A contiennent dix fois moins d'antigènes. Ce genre d'adjuvant n'a jamais été utilisé dans des vaccins à large échelle. Ce qui a pour conséquence le déclenchement de réactions immunitaires excessives et le développement d'effets secondaires», poursuit- il. Face à cette polémique, le ministère de la Santé se veut rassurant. «Il n'y a actuellement aucune étude dans le monde qui prouve que le vaccin contre la grippe A/H1N1 a des effets secondaires. Qu'on arrête de lire ce qui est écrit sur les sites Internet. C'est du n'importe quoi», déclare à ALM Dr Fouad Jettou, directeur régional du ministère de la Santé du Grand Casablanca. Et d'ajouter : «Jusqu'à présent, l'opération de vaccination a concerné 330.000 Marocains. Ces personnes sont en bonne santé. Les vaccins sont là. Il est primordial d'encourager les citoyens à se faire vacciner au lieu de les inquiéter. Avec les fortes précipitations qui se sont abattues la semaine dernière sur Maroc, nous avons constaté que beaucoup de personnes ne sont pas venues se faire vacciner car elles pensaient qu'avec la pluie, il n'y aura plus de virus».
Pour leur part, les médecins restent nombreux à refuser de tendre le bras pour faire le vaccin. C'est le cas du Dr Saati Soumaya, médecin généraliste à Casablanca : «Personnellement, je préfère éviter de me faire vacciner. Je ne vois pas pourquoi une personne saine et en bonne santé va aller se faire vacciner. Au cas où elle serait atteinte de la grippe A/H1N1, il est préférable qu'elle soit traitée au Tamiflu.Ce médicament est utilisé depuis longtemps et a donné jusque-là des résultats très satisfaisants». Et d'ajouter: «Il est vrai que nous n'avons aucune idée sur les complications qui peuvent survenir d'ici 10 ou 30 ans, vu que le vaccin n'a pas été testé dans le temps, mais il est préférable de prévenir la mortalité». Ce refus a d'autres connotations. «La réticence est due principalement au développement de ce vaccin. Ce dernier s'est produit de manière rapide de sorte que le risque est fortement prévisible», note M. Sabri, soulignant que «la souche virale responsable de la grippe A a été récemment transmise aux laboratoires. Quelques mois après, les fabricants ont annoncé sa livraison sur le marché. Ce record est jugé inadmissible dans notre domaine». Malgré les réticences des personnels de santé à se faire vacciner, le Dr Jettou reste confiant et recommande vivement ces derniers à le faire. «La vaccination des médecins commence à être perceptible. Le médecin est de loin la personne la plus exposée au virus. Il doit non seulement se faire vacciner mais également conseiller son patient à le faire. C'est une obligation morale». Est-il pertinent de vacciner des millions de personnes avec un vaccin fabriqué en seulement quatre mois ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.