Driss Lachguar se réunit avec la Commission provinciale des élections à El Jadida    Prévisions météorologiques pour le lundi 1er mars 2021    El Othmani rend visite à Ramid après une opération chirurgicale réussie    Covid 19: Décès de l'acteur égyptien Youssef Chaabane    Ligue des Champions / WAC-Kaizer (4-0) : Le Wydad... un match de référence !    IRT-MCO (1-2) : Une victoire pour se relancer !    Démission de Azami Idrissi des instances dirigeantes du PJD : le parti dit niet    Vaccination anti-Covid : Le Maroc toujours dans le top 10 mondial    Ligue des champions : le Wydad écrase les Sud-africains de Kaizer Chiefs (4-0)    Coronavirus au Maroc : 244 nouveaux cas en 24 heures, 8 décès    Cannabis : La Tunisie emboîte le pas au Maroc    Russie : l'opposant Navalny transféré dans un camp à 200 km de Moscou    La folle histoire qui lie Winston Churchill à la ville de Marrakech    Participation du Maroc au Championnat d'Afrique de cyclisme en Egypte    CAN U20. L'EN éliminée par la Tunisie    Signature d' une convention de partenariat entre le ministère de la Justice et la CNDP    Séisme d'Agadir : les vérités sur un drame qui transcende le temps (I)    Syrie : Biden entre en guerre    Habib El Malki se félicite de la coopération avec le FOPREL    Dakhla : L'ASMEX se dote d'une délégation régionale    Credit Bureau: «les solutions apportées par les différents intervenants ont permis de limiter l'envolée des impayés»    "Biggie " , le géant éphémère du rap    Portrait: ElGrande Toto, un as de trèfle qui pique le cœur    Alerte météo : fortes averses orageuses et chutes de neige jusqu'au 2 mars dans plusieurs provinces    La Bourse de Casablanca dans le rouge du 22 au 26 février    Les indices s'enfoncent malgré un léger reflux des taux    Victoire in extremis du HUSA, les FAR et le Chabab se neutralisent    Liga: Barcelone bat le FC Séville et enchaîne    Le FUS s'offre l'AS FAR à domicile    Transavia annonce le lancement d'une nouvelle ligne aérienne entre le Corse et le Maroc    Les arméniens réclament le départ du Premier ministre    Un «mini Maghreb» sans le Maroc et la Mauritanie, une idée aussi incongrue qu'irréaliste    Libye : près de 150 migrants secourus en mer Méditerranée    La 316 ème fortune de France s'implante à Marrakech    Voyages : voici les pays européens prêts à lancer leurs passeports vaccinaux    Le Maroc peut profiter de la guerre géopolitique du Gaz européen    «Nidaa Oujda», un appel contre le discours de division    La France doit être «plus claire» et reconnaitre la souveraineté du Maroc sur le Sahara    Appel à Biden pour appuyer la décision américaine reconnaissant la souveraineté du Maroc sur son Sahara    HPS: des revenus en hausse en dépit de la crise    Présentation du beau livre «Pour une Maison de l'Histoire du Maroc»    «Tout ira bien», nouveau recueil de poèmes de Driss Meliani    Interview avec Selma Benomar, l'ambassadrice du luxe à la marocaine    Covid-19 : les Etats-Unis autorisent un troisième vaccin    Manuels et cahiers scolaires : les imprimeurs gagnent leur bataille pour la préférence nationale    Anniversaire : SAR la Princesse Lalla Khadija souffle sa 14ème bougie    Marrakech se dote du premier radiotélescope au niveau national    Harcèlement sexuel : de nouvelles allégations contre le gouverneur de New York Andrew Cuomo    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pas d'amélioration de l'accès aux soins pour les malades chroniques
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 28 - 01 - 2010

Plus d'une centaine de médicaments connaîtront une révision à la baisse. Pour certains laboratoires, cette baisse pourrait osciller de 10 à 60%. Des efforts qui ne répondent pas aux attentes des patients atteints de maladies chroniques.
«La baisse des prix des médicaments ne réglera pas les problèmes de santé au Maroc. La prise en charge des malades, le manque d'équipement et de personnel médical, les mauvais traitements prescrits en raison d'un dépistage tardif sont autant de problèmes que le ministère de la Santé doit prendre au sérieux», affirme un responsable d'un laboratoire pharmaceutique. Le 13 janvier dernier, la ministre de la Santé, Yasmina Baddou, avait annoncé une baisse des prix des médicaments. Celle-ci concernera 160 produits fabriqués par quinze laboratoires. Des médicaments concernant l'hépatite, l'hypertension artérielle, la cardiologie, la cancérologie, le diabète, les antibiotiques «Nous allons revoir à la baisse le prix d'une vingtaine de nos produits. Cette baisse oscille de 10 à 50, voire 60% en fonction du médicament. Celle-ci sera effective à partir du 1 er février 2010», déclare une source bien informée d'un laboratoire. Une décision qui ne changera pas grand-chose pour les patients atteints de maladies chroniques qui sont contraints chaque mois de débourser des sommes colossales. Sans une prise en charge totale, peu de Marocains atteints de ces maladies peuvent faire face au traitement. C'est notamment le cas pour les patients atteints d'hépatite C qui se chiffrent au nombre de 300.000 au Maroc. Contacté par ALM, Pr Driss Jamil, président de l'association SOS Hépatites avoue ne pas être au courant de cette baisse des prix des médicaments. «Nous revendiquons une prise en charge à 100% de cette pathologie. Actuellement, les patients sont pris en charge à hauteur de 97% par la CNSS et l'AMO. La situation est loin d'être réjouissante par les patients affiliés aux assurances privées qui sont contraints de prendre à leur charge les 20% restants. Pour ceux qui ne disposent pas de couverture sociale, ces derniers n'ont d'autre choix que de débourser 12.000 dirhams mensuellement sans compter les analyses et coûts élevés des médicaments que le malade est amené à prendre à vie», déplore le Pr Driss Jamil, président de l'association SOS Hépatites.
Pour le président de cette association, la mise en application et la généralisation du RAMED est urgente. «La mise en place du RAMED pourra sauver des centaines de malades marocains atteints d'hépatites d'une mort certaine». Chaque année, des centaines de malades se retrouvent privés du traitement en raison des coûts qui restent inabordables. Étant des maladies graves et chronique, les hépatites nécessitent un traitement onéreux surtout si elles sont diagnostiquées tardivement comme c'est le cas pour la majorité des patients. En l'absence de médicaments adéquats, l'évolution vers une cirrhose de foie qui constitue la troisième cause de mortalité au Maroc devient imminente.
Rappelons qu'en plus de la baisse des prix des médicaments, Yasmina Baddou avait fait également état d'une promotion des produits génériques. Les discussions avec les industriels sont toujours en cours et on ignore la date d'entrée en vigueur de cette baisse.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.