3ème Edition de la conférence « Parlons Développement » : Faire des jeunes les moteurs du développement durable    Sensibilisation sur le civisme fiscal en RDC : Instituer une culture fiscale dans le pays    Radisson Hotel Group : Une expansion record au Maroc et en Afrique du Nord    Industries manufacturières: Hausse de 19,9% de l'indice de la production au T2-2021    CIH Bank : Renouvellement de la quadruple certification ISO 9001 version 2015    Flambée des prix : des augmentations abusives ?    Cours de change des devises étrangères contre le dirham    Allemagne : le site fédéral des élections probablement visé par une cyberattaque    La France a éliminé Abou Walid Al-Sahraoui, ancien membre du Polisario et chef de l'EI au Grand Sahara    Rapatriement jeudi des dépouilles des deux camionneurs marocains tués au Mali    Tokyo 2020: les athlètes médaillés célébrés par la Fondation Mohammed VI    Vaccination volontaire des adolescents de 12 à 17 ans : plus d'un million d'injections administrées    Prévisions météorologiques pour ce jeudi    Vladimir Poutine annonce que des dizaines de personnes de son entourage ont le Covid    Les contours de la majorité gouvernementale seront probablement dévoilés la semaine prochaine    Les certificats Covid-19 délivrés par le Maroc désormais valides au sein de l'UE    La DGM célèbre la Journée météorologique arabe 2021    Téhéran, l'AIEA et la surveillance du programme nucléaire iranien    Les premiers touristes spatiaux prêts à décoller mercredi    Eyal David rejoint la mission israélienne à Rabat en tant que chef adjoint    Sahel : Des opérateurs Wagner au Mali ?    Un RNPG déficitaire au 1er semestre    Retour sur la saga des héros paralympiques    «Lewy» et le Bayern surclassent encore le Barça    Lukaku tire Chelsea du piège du Zenit, Ziyech décevant    Match nul pour Séville, En Nesyri voit rouge    Abdelkader Bourhim: "Le sport, parent pauvre des programmes électoraux"    Botola Pro D1 et D2 "Inwi" (2ème journée): Le programme    Le modèle marocain cité en exemple par un nouveau rapport    Disparitions forcées : le Maroc soumet sa copie préliminaire à l'ONU    Formation du gouvernement. Aziz Akhannouch boucle aujourd'hui le premier round des consultations    Le roi Mohammed VI nomme le général Belkhir El Farouk inspecteur général des FAR    Le plus haut gradé américain craignait que Trump n'attaque la Chine    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 15 septembre 2021 à 16H00    La vaccination des 12 à 17 : Plus d'un million d'élèves ont reçu la première dose    Cinéma : L'IF du Maroc rouvre ses salles de projection    Le festival JIDAR fait sensation sur les réseaux    Echange culturel pour lutter contre les idées extrémistes    New District présente son premier artiste Hassa1    Hicham Lahlou invité au Salone Del Mobile 2021, à Milan    ART: Des projets communs lancés par l'IMA et la FNM    Espagne: négociations sous haute tension entre Madrid et les séparatistes catalans    La nomination de Staffan de Mistura en tant qu'Envoyé Personnel au Sahara, se fera dans les prochains jours    DataPathology : Witamax injecte 2 MDH    Plafonnement des prix des tests PCR : les laboratoires demandent une baisse des coût des réactifs    La Burundaise Niyonsaba bat le record du monde 2000 m en athlétisme    Des ateliers consultatifs de la musique du 17 au 28 septembre    Arts plastiques : Samira Ait El Maalam expose sous le thème «Vortex»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



France : Eric Besson s'enlise dans l'identité nationale
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 04 - 02 - 2010

Il est vrai que depuis un certain temps, le débat sur l'identité nationale piloté par le ministre de l'Immigration commençait à patiner dans le vide.
Le coup semblait mûrement préparé et fait partie de ces sorties de communication politique qui ne souffrent d'aucune once d'improvisation. Eric Besson, ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale vient de faire savoir qu'il a refusé d'accorder la nationalité française à un ressortissant étranger qui aurait imposé à son épouse française le port de la burqa. Selon des informations non officielles, ce ressortissant serait un Marocain membre du mouvement fondamentaliste «Tabligh» dont la dissémination de la piété et la conversion semblent être la principale préoccupation.
Sitôt connue, la décision d'Eric Besson fait un grand bruit. Avant d'être validée par le Premier ministre François Fillon qui a déclaré qu'il allait signer le décret refusant d'accorder la nationalité à ce Marocain, l'affaire provoqua de nombreuses réactions, toutes aussi marquées les unes que les autres.
Cette privation de nationalité intervient alors que le débat fait encore rage de savoir de quelle manière interdire radicalement la burqa sur le territoire de la République. Ceux qui militaient pour qu'une loi l'élimine définitivement ont bruyamment applaudi la décision d'Eric Besson estimant qu'il apporte une grande clarification dans ce débat. Ceux qui ont tout fait pour freiner les ardeurs à légiférer absolument sur un phénomène qui ne touche qu'une infime minorité mais qui peut avoir de fâcheuses conséquences sur tous les Français musulmans, ont stigmatisé cette instrumentalisation de la burqa par Eric Besson. Il est vrai que depuis un certain temps, le débat sur l'identité nationale piloté par le ministre de l'Immigration commençait à patiner dans le vide. Sans vraiment donner la preuve qu'il remplissait la mission pour laquelle il a été programmé, à savoir remobiliser l'ensemble des droites sur un projet jugé fédérateur, celui de l'identité et de la nation, ce débat commençait à devenir lourd à gérer pour la majorité présidentielle. La mauvaise humeur y était si vive que le Premier ministre François Fillon était obligé de reporter un colloque sur ce débat qu'Eric Besson aurait dû présider jeudi pour y présenter un rapport de synthèse et de le remplacer par un séminaire gouvernemental programmé à la hâte pour le lundi 8 février. Ce brusque changement de calendrier a été perçu par beaucoup comme le début d'un dessaisissement progressif d'Eric Besson de ce débat au profit de Matignon. Une sorte de discrédit jeté sur sa manière de le gérer et qui avait provoqué de béantes fissures au sein de la majorité. La crainte pour Eric Besson est qu'au cours de ce séminaire où les ministres auront libre parole, certains ne vont pas se gêner pour exprimer leur opposition à ce débat sur l'identité et à le mettre par conséquent en difficulté. Qu'Eric Besson, sentant le vent qui commençait à tourner, ait chevauché la thématique burqa-nationalité pour rester dans la course n'est pas un péché politique en soi. L'opportunisme et l'instrumentalisation sont une seconde nature chez de nombreux politiques. Il n'en prouve pas moins que la vraie finalité de ce débat, comme ses détracteurs n'ont cessé de le répéter depuis le début, n'est pas de réfléchir ensemble sur les contours de l'identité française, mais plutôt de concentrer le feu de la critique sur les immigrés.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.