Le PPS va continuer d'œuvrer pour servir l'intérêt supérieur de la Nation, à partir de sa position dans l'opposition nationale démocratique    Publication d'un guide pratique sur les mécanismes consultatifs de plaidoyer civil dans les foras internationaux    Le retour au débat politique    Pour un nouveau contrat social [ Par Jamal Berraoui ]    Transports urbains. Casablanca disposera d'un musée dédié    Macron et Biden tentent un « retour à la normale »    Somalie : Rien ne va plus entre le Président et son Premier ministre    L'ambassadeur Hilale reçu en audience par le président de la République Centrafricaine    Guatemala : Le volcan Fuego entre en éruption    Le MCO s'incline à domicile face à l'AS FAR    Qualification historique pour les Lions de l'Atlas !    MDJS lance « Nt7arko w Nktachfo »    Coronavirus. La pandémie prendra fin dans un an selon le PDG de Moderna    Hommage à feu Noureddine Sail, figure incontournable de la scène culturelle marocaine    L'Oriental Fashion Show sur le podium    Festival du cinéma d'Alexandrie: le film «La dernière vague» de Mustapha Farmati présent à la compétition des courts métrages    Entretien avec Omar Mahfoudi, artiste plasticien    Le label New District présente son premier artiste, Hassa1    Tendance baissière du covid-19 au maroc depuis 5 semaines    Qui est Ali Ben Lmadani?    Partenariat Transdev-SIE pour promouvoir des solutions de performance énergétique    Lamiaa Amghar: "Des exonérations fiscales au profit des établissements d'animation touristique"    Pass sanitaire. La France reconnait désormais les vaccins chinois, mais à une seule condition    Bientôt un test pour distinguer la grippe de la covid-19, fabriqué et commercialisé au Maroc    Un nouveau single égyptien en vidéoclip dédié au Maroc    Streaming: Spotify célèbre la sauce Hip-Hop made in Morocco    Genève : Initiative conjointe du Maroc, du Bahreïn, d'Israël et des EAU pour promouvoir le rôle des femmes dans la paix et la diplomatie    Bilan mondial Covid-19 : 4 715 000 morts dans le monde, la pression hospitalière poursuit sa décrue au Maroc    Casablanca : Un trio d'agresseurs écroué    El Mustapha Tanaoui du PI élu président du conseil communal de Settat    Khammar Mrabit : « Il est important d'avoir une application nucléaire sûre et sécurisée en Afrique »    Mondial Futsal 2021: Le Maroc affrontera le Brésil ou le Japon en quart !    Cyclisme: les Mondiaux 2025 à Kigali, au détriment de Tanger    L'ASMEX prospecte les opportunités d'affaires au Japon    ''Maroc-Mantlet 2021'' : Le Maroc et les Etats-Unis coopèrent sur la gestion des catastrophes    Une autre décision bizarre : l'Algérie ferme son espace aérien à tous les avions marocains    Barid Al-Maghrib et FNM émettent un timbre-poste à l'occasion de l'exposition «Delacroix»    Tunisie : Kaïs Saïed renforce les pouvoirs de la présidence    Tanger : Mise en échec d'une grosse opération de trafic de cocaïne    Equivalence du pass sanitaire marocain : Les clarifications de l'UE    Ligue 1 : Un doublé victorieux de Hakimi face à Metz !    Qualifications Coupe du monde 2022 : Le Soudan "reçoit" le Maroc au Caire en novembre prochain    Manche : 66 migrants embarqués vers l'Angleterre sauvés    Affaire du meurtre de deux experts de l'ONU en RDC: Incuplation d'un journaliste congolais    CDG Capital Insight s'attend au maintien du taux directeur à 1,50%    «Intelcia IT Solutions» lance deux business lines dédiées au opérateurs télécoms    Washington réitère son engagement à accompagner l'agenda de réformes de SM le Roi Mohammed VI    Le CSPJ annonce l'arrêt de la liste définitive des candidats à l'élection des représentants des magistrats    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Eric Besson démystifie la relation démographie et immigration
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 23 - 11 - 2009

Eric Besson vient de jeter un gros pavé dans la mare en affirmant que «la France n'a pas de raison quantitative d'encourager l'immigration».
Ce n'est pas un hasard si les commentateurs trouvent une ressemblance à la limite du mimétisme entre Nicolas Sarkozy et son ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale Eric Besson. A tel point que dans le casting gouvernemental actuel, l'ex-éminence économique du Parti socialiste campe le rôle de la plus fidèle reproduction du président de la République. Eric Besson a compris une chose essentielle : il est à la tête d'un ministère qui, dans un contexte électoral de crise, peut lui garantir une présence permanente au-devant de la scène. Le ministre de l'Immigration ne s'en prive pas. Après avoir lancé le débat sur l'identité nationale, censé pousser les Français à réfléchir à haute voix sur ce qu'il veut être, voilà qu'il s'est mis en tête de démystifier quelques idées reçues sur l'immigration au risque d'y aller avec la délicatesse et la passion des nouveaux convertis. Eric Besson vient de jeter un gros pavé dans la mare en affirmant que «la France n'a pas de raison quantitative d'encourager l'immigration» et qu'il n'y a pas de besoin démographique qui la justifierait. L'écho provoqué par une telle déclaration provient du fait qu'elle s'oppose frontalement à une idée largement établie à gauche comme à droite selon laquelle la population française vieillissante et au faible taux de natalité aurait besoin, pour maintenir une compétitivité et une production, d'ouvrir ses portes aux gens venus d'ailleurs pour l'enrichir et la féconder. Pour défendre cette posture qui va à contre-courant de la religion établie en la matière, Eric Besson invoque deux points essentiels qu'il veut connexes : la lutte sans merci qu'il compte mener aux réseaux et aux filières de l'immigration clandestine et la défense des intérêts des immigrés réguliers. Il fait de la morale à ceux de plus en plus nombreux et bruyants qui se mobilisent en France pour appeler à une régularisation des immigrés clandestins : «Ceux qui font profession de défendre les sans-papiers devraient s'intéresser aussi aux étrangers en situation régulière, touchés à hauteur de 26% par le chômage, en butte parfois à des discriminations». Avant cette sortie sur la démographie qui n'est plus un besoin pour justifier le recours à l'immigration, Eric Besson s'était attiré les grands titres de l'actualité en dénonçant ce qu'il avait appelé «les mariages gris», ces mariages mixtes sur lesquels pèse une lourde suspicion d'être plus un moyen d'obtenir davantage un titre de séjour que de fonder un foyer. L'expression «mariage gris» a été qualifiée par le Syndicat de la magistrature «d'expression volontairement indigne et infamante». La gauche est montée au créneau pour la dénoncer avec violence: «Le mariage entre Français et étrangers, voilà la nouvelle phobie revendiquée par ce ministre qui une fois encore déshonore la République avec de tels propos. On savait qu'Eric Besson n'aimait pas «la France solidaire», on sait maintenant qu'il déteste aussi «la France qui aime». Pris dans ce piège, Eric Besson rétorque en affirmant qu'il défendait bel et bien «les mariages mixtes (qui) contribuent au métissage de la société française», mais que son souci principal était de combattre «les escroqueries à la naturalisation».
Les détracteurs du ministre Besson l'accusent d'agiter ainsi le chiffon rouge de l'immigration pour tenter de ratisser large les espaces politiques occupés par l'extrême droite. Et ce, en s'emparant de tous leurs leviers de contestation. Alors que certains voient dans ce passage de vitesse en voulant absolument crever quelques abcès, une manière de reconnaître que le débat sur l'identité nationale qu'il a initié ne remplit pas l'ensemble des missions. Le temps était venu de lui donner un coup de fouet qui claque et mobilise.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.