Fête du trône : les vœux du roi Felipe VI d'Espagne    Fête du Trône : Plusieurs édifices emblématiques du Canada illuminés aux couleurs du drapeau marocain    Maroc: Le dirham s'apprécie de 0,20% face au dollar du 23 au 28 juillet (Bank Al-Maghrib)    Sa Majesté le Roi Mohammed VI reçoit le Wali de Bank Al-Maghrib    Youssoufia : Sessions de formation à partir du 02 août sur le rôle des coopératives dans l'économie sociale    Le Roi d'Espagne félicite SM le Roi à l'occasion de la Fête du Trône    France: plus de 200 mille manifestants conte le pass sanitaire    Fès: la salle omnisports 11 janvier transformée en centre de vaccination    Compteur coronavirus : 7.529 nouvelles infections, le nombre des cas actifs dépasse les 51.000 personnes    Maroc : la découverte d'un biface acheuléen jette une nouvelle lumière sur la préhistoire de l'Afrique du Nord    En Algérie, deux superstructures sécuritaires à couteaux tirés pour s'emparer des leviers du régime    JO 2020. Les Marocains El Guesse et Oussama qualifiés pour les demi-finales du 800 m    JO-2020: Le programme du dimanche 1er août    Maroc. Radisson Hotel Group ouvre quatre nouvelles plateformes hôtelières    Monétique: le CMI affiche des chiffres records pour le mois de juillet    Covid-19. Les vaccins, une voie à la fois sûre et fiable vers l'immunité    Liban : l'UE est prête à imposer des sanctions pour peser sur la formation d'un gouvernement    Elections : L'Istiqlal déterminé à renforcer la position des Chambres de Commerce, d'Industrie et des Services    Etats-Unis : les déclarations d'impôts de Trump doivent être transmises au Congrès    Libye : de retour, le fils de Kadhafi songe à se présenter à la présidentielle    Le Président du Parlement arabe salue les réalisations accomplies par le Maroc sous le leadership du Roi Mohammed VI    Levée des subventions sur le gaz butane, le sucre et la farine: ce qu'il en est vraiment    Finale de la Coupe du Trône de basketball (2020-2021) : Le FUS Rabat remporte le titre face au Kawkab Marrakech    Au sujet des paris sportifs... L'ITIA et la FRMT suspendent à vie Mohamed Hirs et 35 000 $ d'amende !    Conjoncture économique: les prévisions du HCP pour 2021 et 2022    Fête du trône : les vœux de Justin Trudeau    En Algérie, le scandale de faux comptes de désinformation liés au régime    Al Haouz: Fermeture d'un établissement hôtelier pour violation des mesures sanitaires    Covid-19 : Les objectifs de vaccination sont loin d'être atteints (OMS)    Maroc/Météo:Temps chaud, ce samedi 31 juillet    Pays-Bas : découverte d'un grand laboratoire de drogues de synthèse    Covid-19 au Maroc. Port du masque: les autorités serrent la vis    Le Maroc s'inscrit, conformément à ses priorités, dans une perspective diplomatique multilatérale (ambassadeur)    La sélection nationale de Breakdance se prépare à Ifrane au Championnat du monde    Tunisie : le président Kaïs Saïed confie le portefeuille de l'intérieur à Ridha Gharsallaoui    Tunisie : L'hôpital de campagne marocain à Manouba opérationnel    ONCF. De bonnes performances et une nouvelle feuille de route à l'horizon    JO 2020. Les Marocains El Bakkali et Tindouft qualifiés pour la finale du 3 000 m steeple    Slalom Kayak aux J.O de Tokyo : Le Marocain Mathis Saoudi perd en demi-finale    Basket-ball : La finale féminine de la Coupe du Trône reportée à cause de la Covid-19    "Allayla Sahratena": Une soirée spéciale fête du Trône, samedi à 21h45    Yassine Saibi, la musique dans la peau    Pegasus, médiatus, propagus    "Réduction des risques... le Manifeste" : un ouvrage qui décortique les urgences du monde en temps de pandémie    Lever de rideau sur le 22è Festival international de luth    Art contemporain : La Fondation nationale des musées met en avant la jeune scène artistique    "Nektachfou Bladna"-Replay: Visiter le Maroc autrement avec les artistes    Fête du Trône : «Nehzzo lwan dyialna !», l'appel pour exprimer la fierté du pays    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Eric Besson, la victime expiatoire
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 31 - 12 - 2009

Il y a presque une unanimité au sein de la majorité à accuser Eric Besson d'avoir fourvoyé le président de la République dans un chemin miné.
Qui aurai cru un instant qu'Eric Besson, un obscur technocrate du Parti socialiste, allait devenir en si peu de temps, non seulement le ministre préféré de Nicolas Sarkozy mais aussi «l'homme le plus détesté de France», pour reprendre le titre incendiaire d'un magazine polémique ? Personne. Même par Eric Besson lui-même. L'homme n'avait aucun ingrédient pour accomplir une telle performance. Une déclamation timide en forme de murmures qui refroidirait les foules les plus enthousiastes, un look d'un agent comptable d'un grand groupe de distribution, tout juste apte à quantifier les entrées et les sorties. Bref, le charisme politique et Eric Besson appartenaient de toute évidence à deux mondes différents.
Et pourtant aujourd'hui, à l'heure où la Sarkozie se tâte pour voir quelle direction prendre, Eric Besson, ministre de l'Immigration et de l'Identité nationale, est à la fois le plus populaire et le plus contesté des ministres du gouvernement de François Fillon. Si contesté que même la majorité présidentielle commence à le considérer comme un vrai danger. D'ailleurs à ce sujet, une blague politiquement salace fait déjà le bonheur des chansonniers : Et si la trahison d'Eric Besson au profit de Nicolas Sarkozy n'était en réalité qu'une stratégie électorale sournoisement montée comme une opération de camouflage par l'état-major du Parti socialiste pour faire perdre Nicolas Sarkozy en 2012 ?
Ce genre d'interrogations, certes farfelues et issues d'une imagination fertile, traduit le grand malaise qui traverse la majorité présidentielle. La grande famille de la droite coalisée autour de Nicolas Sarkozy semble avoir besoin d'un bouc émissaire sur lequel accrocher ses misères et ses angoisses. Eric Besson a le profil rêvé : Un renégat qui peut encaisser les coups et les critiques sans grandes conséquences.
Eric Besson, dans ses grands moments de lucidité, a beau affirmer que le débat sur l'identité nationale dont on lui reproche aujourd'hui les dérives, n'était qu'une concrétisation d'une promesse électorale du candidat Sarkozy, rien n'y fait. Il y a presque une unanimité au sein de la majorité à accuser Eric Besson d'avoir fourvoyé le président de la République dans un chemin miné.
Les plus indulgents s'abstiennent de lui reprocher la paternité d'un tel débat mais mettent la responsabilité de sa mauvaise gestion sur les épaules d'Eric Besson dont les qualités de pyromane et d'amateur brillent brusquement de mille feux. Si Eric Besson ne trouve plus grâce aux yeux de la famille politique de Nicolas Sarkozy, c'est un déchainement de colère et de haine qu'il continue de provoquer au sein des ex amis socialistes qui poussent la déception jusqu'à le qualifier «d'exécuteurs de basse œuvres de Nicolas Sarkozy» et de comparer son itinéraire et son action à ceux des collaborateurs du temps du Maréchal Pétain sous domination allemande. Malgré lui, Eric Besson campe le rôle de la victime expiatoire dans l'équation Sarkozy. Comment le sortir de l'œil du cyclone de la haine nationale et par la même occasion extraire l'ensemble du pays de ce débat sur l'identité nationale sans donner l'impression d'une reculade ? Tel est le pari sur lequel l'action du président de la République sera évaluée en 2010.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.