Abdessamad Kayouh s'entretient à Paris avec le président du Sénat    New-York. Un ancien ambassadeur marocain poursuivi pour "fraude sur les visas"    Meknès. Arrestation d'un partisan de Daesh qui planifiait un attentat-suicide    Le roi Mohamed VI félicite Abdelmadjid Tebboune    Découvrez les vainqueurs de la 8ème Course de Tafilalet    Plus de 25 entreprises portugaises en mission d' affaires multisectorielle au Maroc    La torture est-elle toujours de rigueur ?    Volonté du Maroc de renforcer sa coopération avec les Parlements d'Amérique latine et des Caraïbes    L'ONU réaffirme son soutien au processus politique en cours au Sahara    Omar El-Béchir, l'autocrate déchu aux multiples visages    Pompeo promet une réponse ferme si l'Iran nuit aux intérêts américains en Irak    Les mesures restrictives prennent de l' ampleur au niveau du commerce mondial    Signature à Montréal d' un accord de partenariat entre Attijariwafa Bank et la Banque nationale du Canada    Klopp : Le projet d'expansion de la Ligue des champions à 32 clubs est du grand n 'importe quoi    Tokyo dévoile son stade olympique conçu pour affronter la chaleur    Un camion douche pour voir la vie sous un nouveau jour    Oujda aura son Centre d' accueil des enfants et adolescents autistes    Divers    L'USFP démarre les "Forums Socialistes " par la question économique sous le thème    "Un autre ciel" de Mohammed Al Horr présentée Journées Théâtrales de Carthage    Le public rbati découvre l'Amazonie brésilienne à travers la musique et le cinéma    Mordu par un chat au Maroc, il succombe quelques jours après en Espagne    L'Assemblée générale du Royal Golf Anfa Mohammedia est reportée    Casablanca. Rencontre-débat sur la promotion du don d'organes    Communiqué du Cabinet Royal    Agadir, un paradis de retraite où il fait bon vivre    Enseigner autrement!    Entretien avec le cinéaste et romancier Atiq Rahimi    Botola Pro D1: Les mises à jour se poursuivent    Un site structurant à dimension internationale    Météo : Fortes vagues attendues sur l'Atlantique    Skhirat: Deux médecins chercheuses marocaines en diabète primées par SANOFI    Oujda. Formation sur la gouvernance au profit des conseillères communales    Abdennabaoui insiste sur le rôle « central » du corps du Secrétariat-greffe    HCP : Les solutions à la réduction des inégalités, selon les Marocains    Inde: 200 millions de musulmans, une minorité indésirable?    L'APSB s'associe à la naissance de l'Association des sociétés de bourse africaines    L'olive tient salon à Taourirt    Les Gnaoua au patrimoine de l'Unesco salués par André Azoulay    Cinéma et migration : « Rafaël » remporte le grand prix du Festival d'Agadir    Casablanca: Annonce des projets primés au Festival international du film de l'étudiant    Attijariwafa bank renforce son engagement en faveur des MRE du Canada    Forum parlementaire: Le Maroc et la France, partenaires pour la sécurité et le développement en Afrique    L'Organisation de Coopération Islamique fait le bilan de 20 ans d'activités    Botola Pro D1 : Le classico Wydad-AS FAR vole la vedette    Complexe Mohammed VI: Le modus operandi    Des entreprises portugaises en mission d'affaires multisectorielle au Maroc    L'art Gnaoua inscrit au patrimoine immatériel universel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Avec le même couteau, il poignarde sa femme et tente de se suicider
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 07 - 07 - 2010

Souffrant de troubles psychiques, un père de deux enfants, âgé de quarante-neuf ans, n'a pas hésité à tuer sa femme et à tenter de se suicider pour un simple malentendu.
Sans aucun doute, la place la plus convenable pour une personne qui souffre de troubles psychiques n'est que l'hôpital. Sinon, elle risque d'arriver à un état où elle ne peut plus se contrôler. Ce qui s'est produit, ce dimanche 20 juin, au douar Chafîi dans la région El Brouj, province de Settat, en est l'exemple. Dans l'après-midi de ce jour de week-end, un appel téléphonique a été reçu par la Gendarmerie royale d'Ouled Friha, faisant état qu'une femme venait de rendre l'âme suite aux graves blessures que lui avait infligées son mari en criblant son corps de plusieurs coups de couteau. Aussitôt, les limiers de la Gendarmerie royale se sont dépêchés sur les lieux. La porte du domicile était fermée. Après avoir informé le procureur du Roi près le Tribunal de première instance de Settat, ils l'ont défoncée. En y accédant, ils ont remarqué le corps de la femme, âgée de trente-neuf ans, étendu au vestibule, criblé de coups de couteau, gisant dans une mare de sang. Et à la chambre à coucher, ils ont constaté le corps de l'époux, éventré, gisant également dans une mare de sang et un couteau était toujours à sa main droite. Contrairement à l'épouse qui est morte, il semble qu'il a uniquement perdu connaissance. Rapidement, une ambulance est arrivée pour évacuer le mari vers le service des Urgences de l'hôpital Hassan II pour être soigné, alors que le cadavre de sa femme a été transporté par le fourgon mortuaire pour être remis à la morgue du même hôpital afin d'être autopsié. En attendant que la santé du mari soit rétablie, les enquêteurs ont recueilli des témoignages faisant état que le mis en cause souffre de troubles psychiques et qu'il perd, de temps en temps, tout contrôle. Les témoins dont les deux enfants de la défunte et le meurtrier ont attesté que le couple n'avait jamais de problème. Six jours plus tard, samedi 26 juin, le médecin-chef de l'hôpital a alerté les éléments de la Gendarmerie royale d'Ouled Friha que la santé du mis en cause s'est rétablie. Ils y sont arrivés cinq minutes plus tard et ont commencé à l'interroger. En fait, il a avoué son crime.
Né en 1961, il n'a jamais mis les pieds à l'école. Après avoir passé son adolescence à aider son père dans l'agriculture, il est allé à Tétouan pour être un marchand ambulant. En début de 2002, il est retourné à son douar pour se marier. Deux enfants étaient le fruit de leur relation conjugale. Seulement, en août 2009, il a commencé à souffrir de troubles psychiques. Depuis, il suit un traitement médical que lui a prescrit un psychiatre de la capitale économique. «J'aime ma femme. Elle m'aidait toujours et prenait soin de moi. Mais je ne savais pas ce qui m'est arrivé ce jour pour la tuer. Je n'avais pas l'intention de l'assassiner», a-t-il déclaré aux enquêteurs. Le jour «J», l'épouse lui a demandé de lui permettre d'aller rendre visite à sa sœur qui demeure au même douar. «En fait, j'ai remarqué qu'elle avait changé depuis le moment que j'ai commencé à souffrir de troubles psychiques… Elle me demandait même de sortir et de ne plus rester chez moi», a-t-il ajouté. Il a refusé de lui permettre d'aller chez sa sœur. Pourquoi ? Sans raison apparente. Et elle l'a insulté. Hors de lui, il a saisi un couteau et il l'a criblée de coups. Quand elle s'est effondrée, il est rentré dans la chambre à coucher et a tenté de se suicider en s'éventrant avec l'arme blanche avec laquelle il a tué sa femme.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.