Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le retour de la Turquie
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 08 - 02 - 2011

Personne ne sait, à l'heure présente, où vont nous conduire les événements qui se sont déjà produits, et qui se déroulent actuellement, en Tunisie et en Egypte.
L'emploi du «nous» inclut, bien entendu, l'ensemble du monde arabe qui ne peut pas ne pas se sentir interpellé par cette prise de parole de la part de populations jusque-là réduites au silence. Mais il inclut aussi le monde dans sa totalité car la nature des régimes politiques qui vont finir par sortir de ces révoltes populaires aura de grandes conséquences sur les équilibres internationaux. Ainsi, quelle attitude adoptera un nouveau pouvoir égyptien réellement élu démocratiquement à l'égard d'Israël, à l'égard des Palestiniens de Gaza comme de ceux de Cisjordanie, à l'égard de ce que l'on appelle «le processus de paix» ? Aujourd'hui, tous les pays arabes, mais aussi toutes les puissances régionales et mondiales, s'inquiètent et s'efforcent d'ajuster leurs politiques. Parmi les phénomènes inattendus et qui méritent qu'on y prête attention : l'intérêt que suscite soudain, en Egypte comme en Tunisie, mais aussi aux Etats-Unis, ce que l'on appelle de plus en plus «le modèle turc». Comme chacun le sait, dans les années 1920, après l'effondrement de l'Empire ottoman, Mustafa Kemal Ataturk a sauvé la Turquie de la disparition en lui faisant subir une laïcisation forcée mais efficace. On ne peut cependant effacer facilement plusieurs siècles de vie religieuse. Progressivement, l'Islam conservateur a reconquis des positions. Depuis 2002, même si l'armée continue de veiller sur les institutions kémalistes, une formation islamiste, le Parti de la justice et du développement (AKP), dirige le pays. Ce parti et le gouvernement qui en est issu ont fait le choix du pragmatisme. Ils n'ont pas remis en cause les règles du jeu de la laïcité kémaliste. Ils ont maintenu l'alliance privilégiée de la Turquie avec les Etats-Unis. Ils n'ont pas davantage dénoncé la reconnaissance d'Israël, même si, depuis la guerre contre Gaza, ils se montrent davantage défenseurs des droits des Palestiniens. Ainsi finissent-ils par représenter une sorte de mariage réussi entre démocratie et Islam. Il est vrai que la manière dont le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan dirige la Turquie apparaît à beaucoup comme un succès. Il est ainsi tout à fait révélateur et intéressant d'entendre le leader islamiste tunisien Rachid Ghannouchi, au retour de son long exil à Londres, revendiquer une filiation avec la formation gouvernementale turque. Les Frères musulmans égyptiens, quant à eux, n'en sont pas encore là, mais, en leur sein, les plus modernistes pourraient être favorables à une telle mutation. Les dirigeants turcs, évidemment, se réjouissent de cette opportunité qui se présente à eux soudain de pouvoir étendre l'influence régionale de la Turquie. Et il apparaît que les Etats-Unis, dès lors que leurs grands intérêts sont préservés (intérêts en matière d'approvisionnement énergétique et en ce qui concerne la protection d'Israël), ne seraient pas hostiles à cette diffusion du «modèle turc». Etrange retour de l'histoire, quand on se rappelle que les peuples arabes (à l'exception notable du Maroc) ont connu pendant quatre siècles le joug turc et ont cru pouvoir enfin renaître le jour où ils en ont été libérés !

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.