Devises vs Dirham: les cours de change de ce mercredi 2 décembre    L'international marocain Mohamed Abarhoun n'est plus    Officiel : L'Assemblée Générale du Raja est fixée au 21 décembre 2020    LDC: le Real Madrid s'incline face au Shakhtar Donetsk (VIDEO)    Coopération au Développement maroco-allemande: Le Maroc bénéficie d'une enveloppe de 1,387 milliard d'euros    Addoha : Forte baisse du CA à fin septembre    SM le Roi appuie le droit du peuple palestinien à établir un Etat indépendant    L'américain BayBridgeDigital à la recherche de 150 profils en CDI au Maroc    Régularisation fiscale : les promoteurs immobiliers arrachent un accord avec le Fisc    Dialogue inter-libyen à Tanger: Le Haut Conseil de l'Etat libyen satisfait des résultats    Covid-19 : soins à domicile, bonne alternative ou danger ?    Evolution du coronavirus au Maroc : 3508 nouveaux cas, 359.844 au total, mardi 1er décembre à 18 heures    Loi sur le blanchiment d'argent : les députés se penchent sur la réforme proposée par le gouvernement    Maroc-UE : Nasser Bourita invite les Européens à aller vers le « more for more »    Emploi. Le handicap n'est pas une fatalité    Jennifer Lopez complètement nue    La réalisatrice Sofia Alaoui sélectionnée aux César 2021    « Qendil ». Le nouveau single rock de Ayoub Hattab    Ikken: World Ptx Summit, un véritable carrefour pour la communauté des hydrogènes verts    Paris: la Tour Eiffel rouvrira à cette date    L'Opinion : Maquiller l'échec par l'intox    Une association appelle à la gratuité du vaccin anti-Covid    Phase II : Lancement de l'accompagnement psychiatrique pour les enfants bénéficiaires de la Grâce Royale    L'Observatoire marocain de lutte contre le terrorisme et l'extrémisme dénonce l' agression perpétrée par les nervis du Polisario contre la manifestation pacifique des Marocains à Paris    Driss Lachguar : Pour les Marocains, la cause palestinienne compte tout autant que la cause nationale    Nouveau revers pour Donald Trump    Oujda : La culture et l'art, créneaux de développement    El Otmani met en évidence l'élan de développement    L'Union européenne verse 8,5 milliards d'euros pour en soutien aux programmes de chômage partiel    Algérie: trois ans de prison requis contre Karim Tabbou    Mission française au Maroc: le masque désormais obligatoire dès le CP    Les outils d'échanges et la passion de la lecture    2è festival Al-Mahsar pour la culture et le patrimoine hassanis    «Mohamed Choukri... Tanger et les écrivains étrangers»    Le FUS s'appuiera sur la jeunesse    Le Youssoufia Berrechid, les prémices d'une saison prometteuse    Ouaddar, Boukaa, Ahrach et Colman représenteront le Maroc    BAM: vers une nouvelle baisse du taux directeur ?    Les objectifs (très ambitieux) d'Ait Taleb pour 2021    Le chef du gouvernement espagnol attendu à Rabat    Message du roi Mohammed VI au président roumain    Qualifications CAN U20: Ce ne sera pas facile pour l'équipe nationale !    Supercoupe de la CAF : La RSB cherche à jouer au Qatar !    L'Espagne défend la centralité de l'ONU dans le règlement de la question du Sahara    Covid-19: l'OMS a fait une promesse    L'OCI réaffirme son attachement à l'accord de Skhirat comme base à toute solution définitive en Libye    Coup d' envoi du Salon du Maroc des arts plastiques à Fès    Outat Al Haj: décès du camarade Mohamed Idrisi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Manar Slimi : «13.000 associations relevant du PJD s'activent aujourd'hui au niveau local»
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 16 - 01 - 2012

Manar Slimi estime que le climat politique général est favorable à une nouvelle victoire du PJD ou du moins à un bon score lors des Communales.
ALM : Comment évaluez-vous les chances du PJD lors des prochaines élections communales?
Manar Slimi : Tout d'abord, il faut rappeler que les élections locales diffèrent fondamentalement des Législatives. Pour les Communales, les partis politiques tablent sur la proximité avec les citoyens. On s'éloigne un peu de la politique, dans le sens de la lutte stratégique au niveau national entre les formations politiques, et on mise sur tout ce qui a un caractère local. D'ailleurs, il n'est pas étonnant de savoir que, lors des élections communales de 2009, les élites des associations civiles qui s'activent au niveau local ont constitué 16% des personnes élues. Par contre, pour ce qui est des Législatives, on ne parie pas trop sur cette question de proximité. S'agissant des chances du PJD, on peut dire qu'il y a plusieurs facteurs qui peuvent l'aider à réaliser un bon score lors des prochaines échéances.
Quels sont ces facteurs?
Tout d'abord, en raison de leur grande victoire lors du scrutin du 25 novembre, le climat politique général est favorable à une nouvelle victoire des islamistes ou du moins à un bon score lors des Communales. Aussi, depuis la nomination des membres du gouvernement de Benkirane, on remarque que les ministres du PJD entreprennent de temps en temps des initiatives qui accroissent la popularité du parti auprès des citoyens. On a vu, par exemple, le chef de gouvernement accomplir la prière aux côtés des citoyens. On l'a également vu pleurer lors de la prière rogatoire. Tout ce «marketing» aura des répercussions positives sur l'image du parti et sur ses résultats lors des prochaines Communales. Un autre facteur qui pourrait aider les islamistes, la chute du système des notables. Le mouvement de protestation qu'a connu récemment la ville de Khénifra montre clairement qu'il y a une transformation qui s'opère au niveau de la représentativité au sein de l'Etat. Ce qui prouve que le système des notables est en net recul. Un autre élément est lié au fait qu'au niveau des villes gérées par le PJD il n'y a pas de grands problèmes, à quelques exceptions.
Quid des autres partis?
Seuls le PJD, l'Istiqlal et le MP peuvent réaliser un bon score lors des prochaines Communales. On peut dire que les autres partis ne sont pas encore prêts. Certains souffrent de problèmes organisationnels liés aux bases tel le RNI. Il y en a d'autres qui cherchent à se restructurer à travers le passage à l'opposition tel l'USFP ou le PAM. Certes, le PJD ne réalisera pas un raz-de-marée lors des Communales comme cela a été le cas pour les Législatives avec ce grand écart avec l'Istiqlal. Mais, le PJD arrivera au moins à la première ou à la deuxième place.
On sait que la présence du PJD est relativement faible au niveau des communes rurales. Comment pourra-t-il remédier à ce problème?
Il ne faut pas perdre de vue que le PJD a réussi lors des dernières Législatives à atteindre des régions profondes qu'on croyait difficiles. Etant donné que les élections communales auront lieu fort probablement en juin prochain, le PJD pourra réaliser un bon score car on sera toujours au stade de la mobilisation et on n'aura pas encore atteint le stade de l'évaluation du rendement du gouvernement. Il faut savoir, en outre, qu'on a aujourd'hui environ 13.000 associations relevant du PJD qui s'activent au niveau local.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.