Europa League : Milan à la relance, Tottenham et Naples pour faire le trou    ANAM. Trois cliniques sanctionnées pour surfacturation    Kaspersky : Quand l'organisation traditionnelle du travail n'est plus souhaitable    Guerguarate: la Chambre des représentants de Belgique salue l'intervention marocaine    La campagne marocaine de vaccination anti-Covid démarre le 4 décembre    Evolution du coronavirus au Maroc : 4979 nouveaux cas, 336.506 au total, mercredi 25 novembre à 18 heures    Le Souverain, se recueille sur la tombe de Feu SM le Roi Hassan II    Décès de Maradona: l'UEFA a fait une annonce    La Colombie commémore l'anniversaire de l'accord de paix avec les FARC sur fond de divisions et de violence    La Suède demande à l'Iran d'annuler l'exécution d' un scientifique irano-suédois    Abdellatif Jouahri appelle à renforcer la résilience économique pour affronter les défis futurs    OMS: la pandémie a légèrement ralenti en une semaine    Musée Mohammed VI: L' art de découvrir Rabat autrement    Beyoncé en tête des nominations aux Grammys, devant Taylor Swift et Dua Lipa    Ahmad Ahmad saisit le TAS après la décision de la FIFA    Le Raja fixe une nouvelle date pour son assemblée générale    Immobilier: Aradei Capital n'envisage plus sa conversion en OPCI    Digital Brunch. Quelles tendances digitales en 2021 ? Les experts répondent (VIDEO)    Message du roi Mohammed VI au président du Suriname    Alerte météo au Maroc: averses orageuses et chutes de neige à partir de ce mercredi    La Toile sous le choc: une mère indigne torture sa fille à Larache    Diplomatie d'entreprise ou comment tirer son épingle du jeu    Communiqué du bureau politique du PPS du mardi 24 novembre 2020    El Guerguerat: les Marocains du Danemark à bras le corps pour la patrie    Commerçants et hôteliers broient du noir    Migration: Le Maroc joue un rôle constructif et fédérateur sur les plans régional et international    Réouverture des mosquées : le retour à la normale se confirme    Yto Berrada expose au Mathaf de Doha    Vers le lancement de l'Observatoire national de la criminalité    Hommage à Hassan II : Un Royaume solide en héritage    Le silence de la haine ou la solution finale pour les Palestiniens    Lewandowski, Mané ou encore Mbappé en lice pour le prix    Université Moulay Ismail : l'offre de formation renforcée    Tennis : Medvedev, le maître de Londres    Haut Karabakh: Paris réclame un «droit de regard»    Lotfi Bouchaara sur BBC : "le Maroc est disposé à négocier avec des parties et non pas avec un fantôme"    Les beaux-arts et la nourriture de l'esprit    Edition digitale réussie : 15.000 e-spectateurs pour Visa for Music    Nouvelle publication chez Orion éditions : Linda Chiouar s'immerge dans l'univers des anxiolytiques    Fidadoc 2020 : Une édition digitale du 14 au 19 décembre 2020    Les Ateliers de l'Atlas 2020 dévoilent les projets retenus    Droits compensateurs aux engrais marocains : l'OCP réagit à la décision des Etats-Unis    FLDF : Les violences faites aux femmes exposent !    Equipe nationale / 5 joueurs covidés : Un possible cluster lors du dernier rassemblement !    Equipe nationale : Le Maroc participera à la Coupe Arabe de la FIFA (Qatar 2021)    Inclusion financière au Maroc : Pour combler les écarts, un "véritable" choc s'impose    L'ONU salue la poursuite du dialogue inter-libyen au Maroc    USA: Trump prêt à céder le pouvoir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed Toufiq, le ministre indélogeable
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 26 - 01 - 2012

Le ministre des habous et des affaires islamiques est connu pour son appartenance à la confrérie des Boutchichis. A travers sa reconduction dans ses fonctions, c'est aussi le soufisme qui garde une place de choix dans le paysage religieux au Maroc.
C'est l'un des visages connus du paysage religieux marocain. Depuis 2002, il occupe le poste de ministre des habous et des affaires islamiques. Personne ne s'attendait à sa reconduction à son poste au sein du gouvernement Benkirane, et pourtant c'est fait. Ahmed Toufiq, nommé mardi 3 janvier à la tête du ministère du culte par SM le Roi Mohammed VI, est ainsi à son troisième mandat consécutif, après les gouvernements de Driss Jettou et de Abbas El Fassi. Peu de temps avant les élections du 25 novembre et parallèlement au processus de concertation mené par le chef de gouvernement, M. Benkirane, pour la formation de sa majorité gouvernementale, M. Toufiq a figuré, à plusieurs reprises, à la Une des journaux. Mais ce n'était pas pour le citer parmi les technocrates donnés favoris pour occuper un poste ministériel. En fait, M. Toufiq avait fait face à l'un des mouvements de protestation des plus ardus. Plusieurs imams en colère sont descendus dans la rue pour revendiquer l'augmentation de leurs salaires et l'amélioration de leurs conditions de travail. Né le 22 juin 1943 à Marigha en Haut Atlas, le ministre des habous et des affaires islamiques est connu pour son appartenance à la confrérie des Boutchichis. A travers sa reconduction dans ses fonctions, c'est aussi le soufisme qui garde une place de choix dans le paysage religieux au Maroc. Après ses études primaires et secondaires à Marrakech, M. Toufiq a obtenu en 1968 une licence es-Lettres, option histoire, de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Rabat. Il est également titulaire d'un certificat d'archéologie. Dans le domaine scientifique, M. Toufiq s'est distingué essentiellement par ses diverses contributions. En effet, il est l'auteur de nombreuses études et communications sur l'histoire du Maroc. Parmi ces études l'on peut citer notamment sa thèse magistrale sur la société marocaine au XIXème siècle - Inoultane 1850-1912 ( 1984), Islam et Développement, Les juifs de Demnat et le Maroc et l'Afrique occidentale à travers les âges. Il a également entrepris plusieurs activités scientifiques et collaboré à la rédaction de l'Encyclopédie du Maroc, un dictionnaire alphabétique des connaissances concernant le passé et le présent du Maroc. Il était aussi membre du comité de rédaction de la revue de la Faculté des lettres de Rabat et de l'Annuaire Bibliographique, le Livre Marocain et distingué en tant que romancier avec «Jarat Abi Mussa» (Les voisines d'Abi Moussa- 1997) puis «Assayl» (le torrent-1998) et «l'Arbre et la Lune». Pour ce qui est de son parcours professionnel, M. Toufiq ne s'est pas éloigné du domaine académique. Il a été vice-doyen de la Faculté des lettres de Rabat de 1976 à 1978 où il est professeur d'Histoire. Il a été, ensuite, nommé directeur de l'Institut des études africaines de 1989 à 1995, puis directeur de la Bibliothèque Générale de 1995 à 2002.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.