La direction des prisons dément une nouvelle fake news    Les préparatifs de la session extraordinaire au menu d' une réunion du bureau de la Chambre des représentants    Visa For Music 2021: l'appel à candidatures est lancé !    Hausse de 95,5% des exportations marocaines vers le Brésil en janvier    La TVA a une incidence directe sur le secteur informel (HCP)    La Chambre des représentants approuve le projet de loi organique relative à la nomination aux postes supérieurs    Le Maroc a reçu lundi son 5ème lot de vaccins, 8 millions de doses au total    L'accord agricole entre le Maroc et l'UE résiste aux menées séparatistes    Université Euromed de Fès-OFPPT : signature d'une convention-cadre de partenariat    Le double jeu de l'Allemagne contre les intérêts stratégiques du royaume    Hirak : à la recherche d'une maturité    Assurances : le géant allemand Allianz accusé de bafouer le droit international    Arabie Saoudite: des civils blessés par un projectile houthi à Jazan    Baie de Cocody : les ouvrages maritimes achevés    L'Opinion : La goutte qui fait déborder le vase    Une banque sur tous les fronts    Marché des voitures neuves au Maroc : des ventes qui progressent de 6,23%    Le Maroc invité d'honneur de la 7e édition de l'Africa Agri Forum    Chelsea: Ziyech sera-t-il titulaire contre Liverpool ?    CAN U17 / Arbitrage : Quatre arbitres marocains, deux femmes et deux hommes    Elections 2021: la participation électorale cheval de bataille pour les partis    Algérie: Affrontements entre la police et des manifestants    Covid-19: «Les vaccins seuls ne protégerons pas»    L'Iran accusé d'avoir attaqué un navire israélien en mer d'Oman    Jack Lang s'exprime sur l'enseignement de l'arabe en France (Entretien)    Les Morisques et la langue aljamia    Conseil de gouvernement : la légalisation du cannabis médical encore au menu    « Booker » 2021 : Youssef Fadel et Abdelmajid Sebbata sur la longue liste    Sofia Alaoui : symbole d'une irrésistible ascension du cinéma marocain    Tamallalt : Un aide-chauffeur d'autocar détourne une voyageuse mineure et la viole    Berrechid : Arrestation du meurtrier d'une collégienne de 14 ans    Villareal ne lâche pas Amine Harit    Master 1000 de Miami: Roger Federer déclare forfait    Le groupe Somagec jette l'éponge pour le téléphérique de Tanger    Ennahda, ou la tentation anti-marocaine    Salah, Mané, Ziyech et Hakimi stars des réseaux sociaux    La star Youssef Chaabane s'en va    Hatim Ammor offre sa notoriété à Oppo    Casablanca : Hicham Maidi présente une exposition mêlant l'âme et la matière    Région de Casablanca: 270 MDH pour améliorer les infrastructures    Relations franco-algériennes : Tebboune accuse de puissants lobbys de perturber les relations entre les deux pays    El Kelâa des Sraghna : la foudre fait deux morts et six blessés    Le CDH interpellé sur les violations des droits de l'Homme à Tindouf    Edito : Régions centralisées    Intempéries à Tétouan : la ville sous l'eau [Vidéo]    La France et l'Allemagne peinent à écouler leurs vaccins AstraZeneca    Demi-finale de la CAN U20 / Tunisie-Ouganda (1-4) : Les Tunisiens n'étaient pas si forts que ça !    Demi-finale de la CAN U20 / Ghana-Gambie (1-0) : Un autre regret pour nos Juniors !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Ahmed Toufiq, le ministre indélogeable
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 26 - 01 - 2012

Le ministre des habous et des affaires islamiques est connu pour son appartenance à la confrérie des Boutchichis. A travers sa reconduction dans ses fonctions, c'est aussi le soufisme qui garde une place de choix dans le paysage religieux au Maroc.
C'est l'un des visages connus du paysage religieux marocain. Depuis 2002, il occupe le poste de ministre des habous et des affaires islamiques. Personne ne s'attendait à sa reconduction à son poste au sein du gouvernement Benkirane, et pourtant c'est fait. Ahmed Toufiq, nommé mardi 3 janvier à la tête du ministère du culte par SM le Roi Mohammed VI, est ainsi à son troisième mandat consécutif, après les gouvernements de Driss Jettou et de Abbas El Fassi. Peu de temps avant les élections du 25 novembre et parallèlement au processus de concertation mené par le chef de gouvernement, M. Benkirane, pour la formation de sa majorité gouvernementale, M. Toufiq a figuré, à plusieurs reprises, à la Une des journaux. Mais ce n'était pas pour le citer parmi les technocrates donnés favoris pour occuper un poste ministériel. En fait, M. Toufiq avait fait face à l'un des mouvements de protestation des plus ardus. Plusieurs imams en colère sont descendus dans la rue pour revendiquer l'augmentation de leurs salaires et l'amélioration de leurs conditions de travail. Né le 22 juin 1943 à Marigha en Haut Atlas, le ministre des habous et des affaires islamiques est connu pour son appartenance à la confrérie des Boutchichis. A travers sa reconduction dans ses fonctions, c'est aussi le soufisme qui garde une place de choix dans le paysage religieux au Maroc. Après ses études primaires et secondaires à Marrakech, M. Toufiq a obtenu en 1968 une licence es-Lettres, option histoire, de la Faculté des lettres et des sciences humaines de Rabat. Il est également titulaire d'un certificat d'archéologie. Dans le domaine scientifique, M. Toufiq s'est distingué essentiellement par ses diverses contributions. En effet, il est l'auteur de nombreuses études et communications sur l'histoire du Maroc. Parmi ces études l'on peut citer notamment sa thèse magistrale sur la société marocaine au XIXème siècle - Inoultane 1850-1912 ( 1984), Islam et Développement, Les juifs de Demnat et le Maroc et l'Afrique occidentale à travers les âges. Il a également entrepris plusieurs activités scientifiques et collaboré à la rédaction de l'Encyclopédie du Maroc, un dictionnaire alphabétique des connaissances concernant le passé et le présent du Maroc. Il était aussi membre du comité de rédaction de la revue de la Faculté des lettres de Rabat et de l'Annuaire Bibliographique, le Livre Marocain et distingué en tant que romancier avec «Jarat Abi Mussa» (Les voisines d'Abi Moussa- 1997) puis «Assayl» (le torrent-1998) et «l'Arbre et la Lune». Pour ce qui est de son parcours professionnel, M. Toufiq ne s'est pas éloigné du domaine académique. Il a été vice-doyen de la Faculté des lettres de Rabat de 1976 à 1978 où il est professeur d'Histoire. Il a été, ensuite, nommé directeur de l'Institut des études africaines de 1989 à 1995, puis directeur de la Bibliothèque Générale de 1995 à 2002.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.