Drame d'Essaouira: Motion d'interpellation du PAM    Au-delà du rapport de la Cour des comptes: La redevabilité, le principe et l'approche    Enseignement supérieur: L'Agence d'évaluation se dote de son référentiel    Rapport de la Cour des comptes: Les enseignants sous-employés    Gestion du stress hydrique: Le grand chaos    Tanger/Bni Makada: Un 2e centre pour la Fondation Ali Zaoua    Le bitcoin ne passe pas au Maroc    GPC inaugure deux unités à Kénitra    La planification urbaine comme levier de développement à Fès    Hausse des prix des actifs immobiliers au T3-2017    Emmerson Mnangagwa sera investi président vendredi au Zimbabwe    Le Premier ministre libanais Saad Hariri suspend sa démission    News    Ligue des champions : Le Real s'amuse, Dortmund sort la tête basse    Suspension à vie pour 3 ex-responsables de la Fifa    Mondial 2018: 2,4 millions de dollars de prime pour les joueurs nigérians    La délégation de l'UE salue la politique du Maroc en matière de migration    La version actualisée du Plan national en matière de démocratie et de droits de l'Homme serait fin prête    Mohamed Ben Abdelkader : Il ne faut pas réduire l'excellence administrative à son aspect de gestion en omettant la question de la moralisation    Les chimpanzés capables d'évaluer un danger et d'en avertir leurs congénères    Divers    La stratégie de lutte contre le cancer passe par la surveillance, la planification et la recherche    L'analphabétisme touche plus les filles que les garçons    Les meilleurs films de tous les temps    La Lune de Jupiter : Un thriller fantastique sur les migrants    Le Maroc prend part au Festival international du film du Caire    Enseignement français au Maroc, la PEEP appelle les parents à la mobilisation    Perpétuité pour Ratko Mladic, le « Boucher des Balkans »    Des prières rogatoires seront accomplies vendredi dans l'ensemble des mosquées du Royaume    Qui est David T. Fischer, le nouvel ambassadeur des Etats-Unis au Maroc ?    «Inspirations Africaines» : Quand le design s'entremêle avec l'artisanat    Zagora : Rachid El Morabity remporte le Grand Trail de la vallée du Drâa    Les dépôts bancaires des particuliers moins dynamiques en 2017    ALD Automotive Maroc «Elu Service Client de l'Année 2018»    2ème forum des avocats MRE: De nouvelles compétences au-delà des frontières se rassemblent à Agadir    Hariri met sa démission en suspens dans l'attente de consultations    Botola Pro : L'IRT se sépare de Badou Zaki    Le retard des pluies n'affectera pas la saison agricole    Le PPS se félicitent du lancement par le Maroc d'un satellite    Rabat : Décès du général de corps d'armées Abdelhak El Kadiri    Evénements d'Al Hoceima: renvoi au 28 novembre du procès des mis en cause    Nezha Bidouane ambassadrice de l'IAAF pour l'Afrique    Mondial 2018 : Les supporters marocains devront casquer    Afrique du Rire: «franc succès» de la tournée marocaine    Vibrant hommage au recteur de l'IRCAM en ouverture de la Rencontre de M'diq du livre et de l'auteur    Zimbabwe : Robert Mugabé démissionne enfin !    LOSC : Marcelo Bielsa écarte Hamza Mendyl du groupe    C'est parti pour la saison 4    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Abdessamad Qaiouh : La politique, une histoire de famille
Publié dans Aujourd'hui le Maroc le 09 - 02 - 2012

Né le 11 avril 1966 à Ouled Taïma, chef-lieu des Houara dans la province de Taroudant, et père de deux enfants, Abdessamad Qaiouh a grandi dans une famille de propriétaires terriens et de commerçants.
Né le 11 avril 1966 à Ouled Taïma, chef-lieu des Houara dans la province de Taroudant, et père de deux enfants, Abdessamad Qaiouh a grandi dans une famille de propriétaires terriens et de commerçants. Il fait partie d'une fratrie de six enfants, quatre frères et deux sœurs. Bercé dans un milieu à la fois conservateur et moderne, il apprend dès son jeune âge les rudiments de l'agriculture et l'amour de la terre. La politique, elle, fait partie intégrante de son environnement. Son père, Haj Ali Qaiouh, est connu pour être l'un des «champions de la longévité parlementaire» avec 6 mandatures successives comme député et une présence dans l'hémicycle depuis 1977, d'abord avec le Parti national démocrate, ensuite sous l'étiquette de l'Istiqlal. Il est également membre de la Chambre des conseillers depuis 2006. Après un baccalauréat obtenu à Agadir en 1986, Abdessamad Qaiouh part à Casablanca pour intégrer les premières promotions de l'enseignement privé au Maroc, et retourne à sa ville natale en 1988 avec un diplôme en commerce international en poche. Néanmoins, M. Qaiouh préfère de loin le travail sur le terrain et le monde des affaires. Ainsi, il rejoint aussitôt l'affaire familiale pour prendre, en 1992, la direction générale d'une société agricole privée spécialisée dans la production d'agrumes destinés à l'export. Son expérience s'enrichit davantage après une formation approfondie sur la gestion agricole en Afrique du Sud au milieu des années 1990. De retour au Maroc, Abdessamad Qaiouh rejoint le parti de son père (PND), à contrecœur, selon lui. A 31 ans, il devient député de sa région natale, en 1997, et le restera pour les trois prochains mandats. En 2002, il se présente, pour un deuxième mandat, dans la même liste que son père Ali Qaiouh, en deuxième position. Une liste qui n'obtient pas moins de 40.000 voix. Une année après, en 2003, il devient président du conseil provincial de Taroudant, poste qu'il occupera jusqu'à 2009. Entre-temps, le «clan Qaiouh» se sépare du PND et rejoint en 2004 le parti de l'Istiqlal. Une alliance stratégique et décisive qui donnera ses fruits quelques années plus tard. Au fil du temps, l'expérience politique et la popularité d'Abdessamad Qaiouh s'accroissent, notamment grâce aux différents postes qu'il a pu occuper, notamment la vice-présidence du conseil de la région Souss-Massa-Drâa et celle de la municipalité d'Ouled Taïma. Il est également membre des conseils d'administration de l'agence urbaine et de l'agence du bassin hydraulique de la région Souss-Massa-Drâa, de l'Académie régionale de l'enseignement et de l'Office de la mise en valeur agricole de la même région et d'Ouarzazate-Draâ-Ziz. En 2007, il se présente en tant que tête de liste du parti de l'Istiqlal dans la circonscription de Taroudant sud. Sa liste obtient 39.400 voix et décroche deux des quatre sièges prévus dans cette circonscription qui compte plus de 236.000 électeurs. Deux ans plus tard, en 2009, Abdessamad Qaiouh devient membre du comité exécutif du parti de l'Istiqlal, et aussi coordonnateur du parti dans la région de Souss-Massa-Drâa, chargé du dossier agricole, jusqu'à 2011 où il est invité à faire partie de l'équipe gouvernementale de Abdelilah Benkirane. Le 3 janvier 2012, Abdessamad Qaiouh est nommé par SM le Roi ministre de l'artisanat. A 46 ans, M. Qaiouh peut se targuer d'un parcours politique exemplaire. Désormais à la tête de l'artisanat marocain, il devra, entre autres, assurer la continuité de la Vision 2015 ainsi que celle du Plan de développement régional de l'artisanat (PDRA). Des challenges de plus… pour un habitué des challenges.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.