LDC: ce qu'a dit l'entraîneur du WAC sur le but refusé d'El Karti    Compteur coronavirus :112 nouveaux cas, 6.171.437 personnes vaccinées    Le beau message de Saad Lamjarred à Khadija Assad (VIDEO)    Frappe aérienne à Gaza: 10 membres d'une famille tués    Le sport est un vecteur de rapprochement des peuples, affirme l'ambassadeur du Maroc en Afrique du Sud    Israël détruit l'immeuble des médias à Gaza    Deux tornades frappent la Chine : le bilan passe à 12 morts    Une sûreté sur tous les fronts: La DGSN fête son 65 anniversaire    Les célébrités marocaines rendent hommage à Hammadi Ammor (PHOTOS)    Soutien à la Palestine: le chanteur Ahmed Chaouki devient la risée de la Toile (PHOTOS)    Marrakech : « Kwayria », la plateforme de promotion des jeunes talents du ballon rond (Reportage)    DGSN : 65 ans d'existence et d'abnégation    L'ECONOMIE, OTAGE D'UN VIRUS    Le roi Mohammed VI écrit au président du Paraguay    Décès de Hammadi Ammor: les confessions touchantes de son fils (VIDEO)    Condamnation unanime de l'accueil par l'Espagne du chef du Polisario    Ingérence Iranienne au Sahara: Téhéran se voile la face    Exploration de l'espace : la Chine réussit à poser un robot sur la planète Mars    Maroc-Rwanda: Vers un retrait de la reconnaissance de la RASD par Kigali?    L'Egypte ouvre sa frontière avec Gaza pour évacuer des blessés    Le Gunner déchu, Matteo Guendouzi, annoncé de retour en France    Mesures restrictives: Les Marocains sont à bout    Covid-19 : L'OMS prédit un bilan plus élevé en 2021    Inde: Les exportations agricoles en hausse de 17,5% en 2020-2021    Le mouvement "Neturei Karta" appelle à présenter les criminels de l'entité sioniste devant la CPI (WAFA)    Documentaire: Ne manquez pas "Homo Sapiens: les nouvelles origines" sur 2M, ce dimanche à 21h50    Heure GMT+1 au Maroc: n'oubliez pas de régler vos montres    Le Roi Mohammed VI ordonne l'envoi d'une aide humanitaire d'urgence à la Palestine    Innovations financières: BAM engagé pour le développement des fintechs    L'acteur marocain Hammadi Ammor n'est plus    Programme foot: les matchs à suivre ce week-end    E-commerce : Les nouvelles attentes des clients (étude internationale)    Une association bulgare dénonce l'accueil par l'Espagne de Brahim Ghali    Coronavirus : le Royaume-Uni accélère l'administration de la deuxième dose    Bassin hydraulique de Sebou : Un taux de remplissage des barrages de 74%    VIDEO. Casablanca: le parc de la Ligue arabe comme vous ne l'avez jamais vu    Maroc/Météo: Temps passagèrement nuageux ce samedi 15 mai    Josep Borell : L'UE suit de près la situation des droits de l'homme en Algérie    Fiorentina : Sofyan Amrabat n'est pas satisfait    Les confidences de Munir El Haddadi sur son choix pour le Maroc    Palestiniens censurés, nouvelles conditions d'utilisation de Whatsapp... dans la "Chronique Geek" de la semaine    65e anniversaire des Forces armées royales : message de fidélité et de loyalisme de la famille des FAR au Roi    Un politologue espagnol porte plainte contre Brahim Ghali    Podcast: Punk, en toute transparence    Usurpation de l'identité visuelle du parlement européen : Les eurodéputés s'attaquent aux manoeuvres du Polisario    Rabat : Goethe-Institut organise une exposition autour de la migration du 17 mai au 04 juin    La SNRT a affiché une tendance haussière pendant le Ramadan    "La femme dans le cinéma marocain, devant et derrière la caméra": L'hommage mérité aux comédiennes et cinéastes marocaines    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Journée nationale de la femme : les inégalités femmes-hommes persistent toujours au sein de la société marocaine
Publié dans Barlamane le 10 - 10 - 2019

Le Maroc célèbre la journée nationale de la femme marocaine. C'est une journée qui met en avant la lutte pour les droits des femmes et notamment pour la réduction des inégalités par rapport aux hommes.
La journée nationale de la femme marocaine est célébrée dans un contexte marqué de vifs débats sur les droits de la femme et dans le contexte d'un remaniement où la représentativité féminine reste mineure.
En effet, la présence modeste de la femme, aussi bien dans les postes de prise de décision, ou dans les institutions représentatives, telles que le Parlement et les collectivités territoriales, ou dans les partis politiques témoigne de l'exclusion des femmes du processus de développement social.
Selon Saida Drissi, ex-présidente de l'Association Démocratique des Femmes au Maroc (ADFM) et militante pour les droits de la femme, les chiffres parlent d'eux-même de la situation de la femme au Maroc. « Les statistiques officielles montrent que les femmes continuent à souffrir de l'analphabétisme et du chômage, beaucoup plus que les hommes. D'ailleurs, l'activité économique des femmes a baissé dernièrement sans que cela interpelle personne. S'ajoute à cela que les femmes souffrent souvent de la pauvreté et de la marginalisation et ce, plus que les hommes« , a-t-elle expliqué.
Pour elle, aucune avancée en ce qui concerne l'amélioration du statut de la femme n'a été enregistrée dernièrement. « Certes, le principe d'égalité entre hommes et femmes au Maroc a été institué dans la Constitution de 2011 et plus précisément au niveau de l'article 19. Toutefois, il faut noter que la parité et l'égalité, qui sont stipulées par la Constitution, restent toujours un vœu pieux. Avec un gouvernement pareil conservateur, on ne peut pas espérer plus. Il n'y a pas de volonté politique pour concrétiser cette égalité hommes-femmes. Il faut aujourd'hui établir un dispositif bien fondé pour promouvoir la parité au Maroc« , a-t-elle expliqué.
Pour Mme Drissi, il est important « d'ouvrir le chantier d'une réforme globale de toutes les lois discriminatoires, en l'occurrence le Droit de la famille, qui a démontré ses failles par rapport à la tutelle légale qui est octroyée uniquement au père, et le Code pénal« .
D'après elle, le seul point positif est la loi sur les terres collectives. « Il s'agit d'une loi qui reconnait les femmes comme des ayants droit aux terres collectives, tout comme les hommes, et qu'elles peuvent bénéficier des terres comme elles peuvent aussi représenter leurs jmaas ou les associations des douars. Cette loi va régler plusieurs problèmes des femmes par rapport aux terres collectives », a-t-elle relevé.
Pour sa part, Jamila Sayouri, avocate militante des droits de l'Homme et présidente de l'association Adala (justice) pour le droit à un procès équitable, a indiqué à Barlamane.com/fr que le Maroc a déployé plusieurs efforts pour améliorer le statut de la femme au Maroc. Toutefois, la promotion des droits des femmes demeure un grand défi.
« Le Maroc a lancé une série de mesures pour améliorer ce statut, à savoir la Moudawana, le code de la nationalité, la scolarisation des filles, l'accès des femmes aux postes de décision, l'adoption de l'approche genre dans tous les domaines et les programmes de lutte contre la violence à l'égard des femmes. Cependant, ceci n'a pas permis de juguler les inégalités femmes-hommes« , a-t-elle indiqué tout en précisant que la promotion des droits de femmes pose un grand défi dans la réalité, notamment au niveau de la mise en œuvre des dispositions de la nouvelle Constitution, de la consolidation de la représentativité des femme dans la vie politique et du changement de la perception négative à l'égard des femmes.
« La condition féminine sur les plans économique et social n'a pas connu de changement sur le fond, puisque la pauvreté dans le Royaume est essentiellement féminine et c'est une réalité lamentable. Il n'existe pas jusqu'à présent des politiques publiques claires en matière des droits des femmes, ce qui constitue un grand défi en rapport avec les challenges stratégiques d'avenir », a-t-elle expliqué.
Il semble ainsi que l'égalité femme-homme fait encore débat. Alors que la parité et l'égalité sont, bel et bien, stipulées par la Constitution, elles restent toujours un vœu pieux. Par conséquent, il serait important de penser à des mesures efficaces qui pourraient renforcer les concepts de l'égalité et de la parité totale entre les hommes et les femmes au niveau des droits de citoyenneté. Il faut aussi s'assurer que les femmes aient leur propre autonomie pour qu'elles puissent contribuer pleinement et équitablement à toute activité notamment politique en contribuant aux décisions et en participant à la gestion des affaires publiques aux côtés des hommes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.