Officiel: un pass vaccinal « provisoire » dès la première dose    La RAM reprend ses vols à destination du Canada dès le 29 octobre    Le Maroc autorise les vols exceptionnels vers le Royaume-Uni    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 22 octobre 2021 à 16H00    Sahara Marocain: Alger doit prendre part aux tables rondes, tranche l'ONU    Chambre des représentants : séance plénière le 25 octobre consacrée aux questions orales    Rendez-vous de L'Opinion : A bâtons rompus avec Habboub Cherkaoui (Vidéo)    Botola Pro D1 / WAC-OCS (1-0) : Le Wydad vainqueur en fin du match!    Amical : L'Espagne bat le Maroc en match de préparation à la CAN féminine    Zoom: La guerre du football    Moscou dément tout «refroidissement» dans les relations avec Rabat    Sahara : Le Qatar réitère son soutien à la souveraineté marocaine    Gouvernement régional andalou : « Le Maroc, un partenaire privilégié de l'Espagne »    Vaccination : Les personnes souffrant d'allergies peuvent recevoir un certificat de contre-indication    Selon le rapport "perspectives économiques régionales", du FMI, la reprise post-covid va se renforcer au Maroc    Faut-il continuer à s'endetter ?    Deuxième édition du Global Women Summit à Dakhla    Les députés obligés de présenter le pass vaccinal pour accéder au Parlement dès lundi    Le Maroc agit pour la stabilité politique en Libye    Région. L'investissement au cœur des actions du CRI Marrakech-Safi    Le Maroc d'aujourd'hui n'est pas le Maroc d'hier    Elections 2021: Dépôt des comptes des campagnes électorales dans un délai de 60 jours à compter de la date de l'annonce officielle des résultats    Economie verte : Un nouveau chapitre s'écrit    Tanger-Tétouan-Al Hoceima en quête de nouvelles opportunités d'investissement    Préparatifs de la journée africaine des droits d'auteur : La musique hassanie comme choix du BMDA    Reprise des vols vers le Canada en provenance du Maroc dès le 29 octobre    Trafic international de drogue : Interpellation de 4 individus à Errachidia    Université dans les prisons: La 9ème édition lancée à Salé    INDH : Remise de bus scolaires à Taza    Suite à la suspension des vols avec le Royaume-Uni : L'ONMT déploie sa task force sur le World Travel Market    Nigéria : 30 élèves enlevés libérés    France : Le complotiste Rémy Daillet en garde à vue pour projets de coups d'état et d'attentats    Ivan Rioufol : «Le régime algérien s'est épargné l'introspection, il en vient à voir la France comme un pays conquis»    Etats-Unis- Maroc : Inauguration d'une tour de descente en rappel en faveur des Forces Spéciales de la Marine Royale    [ Interview exclusive ] A bâtons rompus avec le patron du BCIJ    Sommet Afrique-France: Ne surtout pas mourir de honte    Rencontre de la Fondation Brensthurst-Oppenheimer avec «Bayt Dakira» à Essaouira : une symbiose spatio-temporelle    Don Bigg clash cash les rappeurs algériens    Célébration : La symbolique culturelle des fêtes religieuses    Philosophie : Alexandre Koyré, du monde clos à l'univers infini    Foulane Bouhssine lance son titre religieux «Habib Allah»    Saison 2021-2022 de Medi1TV : Une nouvelle programmation qui répond largement aux attentes du grand public    Mondial biennal : la FIFA convoque un sommet le 20 décembre    Succès de l'exposition artistique dédiée à Eugène Delacroix à Rabat    Rallye Aicha des Gazelles : Hajar Elbied et Malika Ajaha, grandes gagnantes à bord d'un Duster    Sauvetage de 213 migrants qui tentaient de rejoindre l'Angleterre    Ahmed Ouikhalen et Meryem Mahfoud remportent la 3è édition    L'OCS accède à la première division    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Burkina Faso en deuil après les pires attaques djihadistes depuis cinq ans
Publié dans Barlamane le 26 - 12 - 2019

Les réactions affluent après le massacre mardi de 42 personnes, dont 31 femmes, lors d'un assaut non revendiqué à Arbinda, près de la frontière malienne. Une deuxième attaque ayant tué une dizaine de militaires a eu lieu mercredi dans la même région.
Le Burkina Faso était en deuil, mercredi 25 décembre, jour de Noël, après une attaque djihadiste d'envergure qui a fait 42 morts dans le nord du pays, la pire depuis cinq ans. Trente-cinq civils, dont trente et une femmes, et sept militaires (quatre soldats et trois gendarmes) ont été tués dans cet assaut armé non revendiqué, mené mardi à Arbinda, près de la frontière malienne.
Selon l'état-major de l'armée, la riposte a permis de tuer «80 terroristes». «Une centaine de motos, de l'armement et des munitions en grande quantité ont également été récupérés» après la fuite des djihadistes.
La commune rurale d'Arbinda, située à 90 km de Djibo, chef-lieu de la province du Soum, et sa région ont régulièrement été frappées cette année par des attaques djihadistes, visant aussi bien les civils que les forces de l'ordre.
Mercredi soir, des sources sécuritaires ont rapporté qu'une nouvelle attaque s'était produite dans la même région, à une soixantaine de kilomètres, une embuscade dans laquelle «une dizaine de militaires» ont péri.
Début avril, 62 personnes ont été tuées en trois jours lors d'attaques djihadistes suivies d'affrontements intercommunautaires dans la commune, «trente-deux du fait des terroristes», et «trente du fait des conflits communautaires», selon le gouvernement.
Deux attaques fin avril et début mai avaient frappé dans la région deux églises, tuant un pasteur et cinq fidèles protestants, puis un prêtre et cinq fidèles catholiques.
En juin, dix-neuf habitants d'Arbinda avaient péri pendant l'assaut mené en plein jour par plusieurs dizaines d'hommes armés.
Le président burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré, à qui a souvent été reproché son manque de poigne face aux groupes djihadistes qui multiplient les actions violentes, a annoncé mardi soir sur Twitter le macabre bilan de cette «attaque barbare».
Mardi matin, «un nombre important de terroristes ont attaqué simultanément le détachement militaire et les populations civiles d'Arbinda», a expliqué l'état-major dans un communiqué. L'attaque, d'une «rare intensité», a duré plusieurs heures. Six civils et une vingtaine de soldats ont été blessés, a précisé le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement Remis Dandjinou.
Le président Kaboré a décrété quarante-huit heures de deuil national, mercredi et jeudi, en hommage aux victimes de l'attaque, la pire qu'a connue le Burkina depuis le début des violences jihadistes il y a cinq ans.
Pays pauvre d'Afrique de l'Ouest, le Burkina fait face à des attaques djihadistes fréquentes, comme ses voisins sahéliens le Mali et le Niger, une spirale de violences qu'il ne parvient pas à enrayer. Début novembre, quarante employés d'une société minière avaient été massacrés lors de l'attaque de leur convoi dans l'Est du pays.
Le Burkina a reçu mercredi plusieurs messages de soutien, dont celui du Pape François a dénoncé dans son traditionnel message de Noël les agissements «des groupes extrémistes sur le continent africain, surtout au Burkina Faso, au Mali, au Niger et au Nigeria».
Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres «condamne fermement l'attaque perpétrée le 24 décembre par des individus armés non identifiés à Arbinda» et «transmet la solidarité des Nations unies au peuple burkinabé», a-t-il indiqué dans un communiqué.
« Inates au Niger hier, Arbinda au Burkina Faso aujourd'hui… Villes martyres, victimes d'un terrorisme rampant qui nous menace tous. L'Union européenne est aux côtés de l'Afrique dans son combat contre le terrorisme », a de son côté tweeté le président du Conseil européen Charles Michel.
Le président du Niger, Mahamadou Issoufou, dont le pays vient de subir une terrible attaque de djihadistes à Inates (71 soldats tués), a fait part sur Twitter de sa «solidarité» et a présenté «au nom du peuple nigérien» ses «condoléances pour toutes les victimes civiles et militaires».
Depuis 2015, les attaques djihadistes au Burkina ont fait plus de 700 morts, et environ 560 000 déplacés et réfugiés, d'après les Nations unies. Le nord et l'est du pays sont particulièrement touchés. Ouagadougou, la capitale, a été frappée à trois reprises.
Ces attaques sont rarement revendiquées, mais sont attribuées à des groupes armés djihadistes, certains affiliés à Al-Qaida et d'autres à l'organisation Etat islamique.
Les forces de l'ordre burkinabées, qui paient un lourd tribut, sont sous-équipées et mal entraînées, en dépit des discours volontaristes du gouvernement. Elles ont cependant revendiqué une série de succès depuis deux mois, affirmant avoir tué une centaine de djihadistes au cours de plusieurs opérations. Des bilans toutefois impossibles à confirmer de source indépendante.
Face au péril jihadiste, cinq Etats sahéliens (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad) qui tentent depuis 2015 de mettre sur pied une force militaire conjointe de 5 000 soldats, ont appelé mi-décembre la communauté internationale à les soutenir davantage.
Et la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a adopté le 21 décembre un «plan d'action» de 1 milliard de dollars (900 millions d'euros) sur cinq ans pour lutter contre le terrorisme, un plan aux contours cependant flous.
Malgré la présence de forces françaises avec 4.500 soldats de l'opération «Barkhane», de l'ONU avec les 13.000 hommes de la Minusma au Mali, ainsi que de forces américaines, le Sahel subit des attaques djihadistes de plus en plus fréquentes et meurtrières, depuis les premières violences dans le nord du Mali en 2012.
La France a convié le 13 janvier, à Pau, les cinq Etats sahéliens à un sommet pour «redéfinir plus clairement les objectifs militaires, politiques et de développement» de la lutte commune contre les groupes djihadistes, selon le président Emmanuel Macron, qui estime ambiguë l'attitude des présidents burkinabé et malien au sujet de la présence des soldats français, critiquée par une partie de l'opinion publique des deux pays africains.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.