Délais de paiement, nouvelles nominations... Au menu du prochain Conseil de gouvernement    Service militaire 2022: des appelées ont regagné leur unité à Benslimane (VIDEO)    On en sait plus sur la réouverture imminente du point de passage Bab Sebta    La Bourse de Casablanca clôture la séance de ce lundi à l'équilibre    Rabat: Akhannouch s'entretient avec la PDG d'Oracle Corporation    Tourisme: le Maroc sort la tête de l'eau    France: Élisabeth Borne officiellement nommée première ministre    Il y a 19 ans, des attentats terroristes frappaient Casablanca (VIDEO)    Coupe de la CAF: l'entraîneur de la RS Berkane s'exprime après la remontada    Ligue des champions: Al Ahly se « résigne » à jouer la finale à Casablanca    Maroc/Covid-19: le bilan de ce lundi 16 mai    Météo Maroc: temps chaud sur l'extrême Sud ce mardi 17 mai    La lettre d'orientation d'Abdellatif Hammouchi pour le 66e anniversaire de la DGSN    France: fin du masque dans les transports en commun    Casablanca : Débat autour de la musique andalouse    Botola: l'Union Touarga promu en première division !    « Les infirmières et infirmiers ont toujours été au cœur des réformes de notre système de santé »    Une délégation marocaine s'entretient avec le président de la Chambre des députés de la République Dominicaine    «Dialogue joyeux avec un mort»    «La rencontre», nouveau roman de Mamoun Lahbabi    Mehdi Qotbi : « une ode à l'histoire commune entre le Maroc et l'Espagne »    Photos. De nouvelles structures de police à Marrakech et à Al Hoceima    Calendrier chargé pour les Lions de l'Atlas au mois de juin    Noussair Mazraoui témoigne sa reconnaissance à Labyad et Ziyech    Promotion de l'allaitement maternel : Campagne nationale du 14 mai au 14 juin 2022    Justice pénale : Le Maroc élu 1er vice-président de la 31è session de la CCPCJ    Oracle inaugure le premier Oracle Lab d'Afrique à l'UM6P de Benguerir    Ligue1: Mbappé, meilleur joueur de la saison pour la 3è fois consécutive    Kamala Harris conduit une délégation de haut niveau aux Emirats arabes unis    Maroc: Les transferts d'argent ont bondi de 40% en 2021    Vandalisme à Khouribga après le match Raja de Casablanca contre Rapide Oued Zem    Russie-OTAN : L'adhésion de la Finlande et de la Suède « va changer le monde »    Le Mali se retire de l'organisation régionale G5 Sahel    Pétrole : L'Arabie saoudite portera sa production à 13,4 millions de barils    Législatives libanaises : Le tandem chiite préserve ses sièges    Lourde défaite du SPD de Scholz dans la principale région allemande    Aérien : l'ONDA table sur un taux de récupération de 75%    Crédit bancaire: L'encours augmente à 989,7 MMDH à fin mars 2022    Alfa Romeo Tonale. Objectif reconquête pour la marque italienne    Rapport CNDH : 3.018 plaintes traitées en 2021    (Billet 700) – Non, Ssi Benkirane, un ancien chef de gouvernement ne devrait pas dire ça...    «Green Card» à l'assaut des salles obscures dès le 18 mai    Fondation Ali Zaoua, 13 ans déjà !    Rabat rend hommage à feue Haja Hamdaouia    Températures prévues pour mardi 17 mai 2022    Souveraineté sanitaire : Comment le Maroc se prépare à la période Post-pandémie    Nayef Aguerd ne remporte pas le prix Marc-Vivien Foé    Rabat, l'Afrique au cœur et scène culturelle mondiale    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le Burkina Faso en deuil après les pires attaques djihadistes depuis cinq ans
Publié dans Barlamane le 26 - 12 - 2019

Les réactions affluent après le massacre mardi de 42 personnes, dont 31 femmes, lors d'un assaut non revendiqué à Arbinda, près de la frontière malienne. Une deuxième attaque ayant tué une dizaine de militaires a eu lieu mercredi dans la même région.
Le Burkina Faso était en deuil, mercredi 25 décembre, jour de Noël, après une attaque djihadiste d'envergure qui a fait 42 morts dans le nord du pays, la pire depuis cinq ans. Trente-cinq civils, dont trente et une femmes, et sept militaires (quatre soldats et trois gendarmes) ont été tués dans cet assaut armé non revendiqué, mené mardi à Arbinda, près de la frontière malienne.
Selon l'état-major de l'armée, la riposte a permis de tuer «80 terroristes». «Une centaine de motos, de l'armement et des munitions en grande quantité ont également été récupérés» après la fuite des djihadistes.
La commune rurale d'Arbinda, située à 90 km de Djibo, chef-lieu de la province du Soum, et sa région ont régulièrement été frappées cette année par des attaques djihadistes, visant aussi bien les civils que les forces de l'ordre.
Mercredi soir, des sources sécuritaires ont rapporté qu'une nouvelle attaque s'était produite dans la même région, à une soixantaine de kilomètres, une embuscade dans laquelle «une dizaine de militaires» ont péri.
Début avril, 62 personnes ont été tuées en trois jours lors d'attaques djihadistes suivies d'affrontements intercommunautaires dans la commune, «trente-deux du fait des terroristes», et «trente du fait des conflits communautaires», selon le gouvernement.
Deux attaques fin avril et début mai avaient frappé dans la région deux églises, tuant un pasteur et cinq fidèles protestants, puis un prêtre et cinq fidèles catholiques.
En juin, dix-neuf habitants d'Arbinda avaient péri pendant l'assaut mené en plein jour par plusieurs dizaines d'hommes armés.
Le président burkinabé, Roch Marc Christian Kaboré, à qui a souvent été reproché son manque de poigne face aux groupes djihadistes qui multiplient les actions violentes, a annoncé mardi soir sur Twitter le macabre bilan de cette «attaque barbare».
Mardi matin, «un nombre important de terroristes ont attaqué simultanément le détachement militaire et les populations civiles d'Arbinda», a expliqué l'état-major dans un communiqué. L'attaque, d'une «rare intensité», a duré plusieurs heures. Six civils et une vingtaine de soldats ont été blessés, a précisé le ministre de la communication et porte-parole du gouvernement Remis Dandjinou.
Le président Kaboré a décrété quarante-huit heures de deuil national, mercredi et jeudi, en hommage aux victimes de l'attaque, la pire qu'a connue le Burkina depuis le début des violences jihadistes il y a cinq ans.
Pays pauvre d'Afrique de l'Ouest, le Burkina fait face à des attaques djihadistes fréquentes, comme ses voisins sahéliens le Mali et le Niger, une spirale de violences qu'il ne parvient pas à enrayer. Début novembre, quarante employés d'une société minière avaient été massacrés lors de l'attaque de leur convoi dans l'Est du pays.
Le Burkina a reçu mercredi plusieurs messages de soutien, dont celui du Pape François a dénoncé dans son traditionnel message de Noël les agissements «des groupes extrémistes sur le continent africain, surtout au Burkina Faso, au Mali, au Niger et au Nigeria».
Le secrétaire général de l'ONU Antonio Guterres «condamne fermement l'attaque perpétrée le 24 décembre par des individus armés non identifiés à Arbinda» et «transmet la solidarité des Nations unies au peuple burkinabé», a-t-il indiqué dans un communiqué.
« Inates au Niger hier, Arbinda au Burkina Faso aujourd'hui… Villes martyres, victimes d'un terrorisme rampant qui nous menace tous. L'Union européenne est aux côtés de l'Afrique dans son combat contre le terrorisme », a de son côté tweeté le président du Conseil européen Charles Michel.
Le président du Niger, Mahamadou Issoufou, dont le pays vient de subir une terrible attaque de djihadistes à Inates (71 soldats tués), a fait part sur Twitter de sa «solidarité» et a présenté «au nom du peuple nigérien» ses «condoléances pour toutes les victimes civiles et militaires».
Depuis 2015, les attaques djihadistes au Burkina ont fait plus de 700 morts, et environ 560 000 déplacés et réfugiés, d'après les Nations unies. Le nord et l'est du pays sont particulièrement touchés. Ouagadougou, la capitale, a été frappée à trois reprises.
Ces attaques sont rarement revendiquées, mais sont attribuées à des groupes armés djihadistes, certains affiliés à Al-Qaida et d'autres à l'organisation Etat islamique.
Les forces de l'ordre burkinabées, qui paient un lourd tribut, sont sous-équipées et mal entraînées, en dépit des discours volontaristes du gouvernement. Elles ont cependant revendiqué une série de succès depuis deux mois, affirmant avoir tué une centaine de djihadistes au cours de plusieurs opérations. Des bilans toutefois impossibles à confirmer de source indépendante.
Face au péril jihadiste, cinq Etats sahéliens (Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger, Tchad) qui tentent depuis 2015 de mettre sur pied une force militaire conjointe de 5 000 soldats, ont appelé mi-décembre la communauté internationale à les soutenir davantage.
Et la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (Cédéao) a adopté le 21 décembre un «plan d'action» de 1 milliard de dollars (900 millions d'euros) sur cinq ans pour lutter contre le terrorisme, un plan aux contours cependant flous.
Malgré la présence de forces françaises avec 4.500 soldats de l'opération «Barkhane», de l'ONU avec les 13.000 hommes de la Minusma au Mali, ainsi que de forces américaines, le Sahel subit des attaques djihadistes de plus en plus fréquentes et meurtrières, depuis les premières violences dans le nord du Mali en 2012.
La France a convié le 13 janvier, à Pau, les cinq Etats sahéliens à un sommet pour «redéfinir plus clairement les objectifs militaires, politiques et de développement» de la lutte commune contre les groupes djihadistes, selon le président Emmanuel Macron, qui estime ambiguë l'attitude des présidents burkinabé et malien au sujet de la présence des soldats français, critiquée par une partie de l'opinion publique des deux pays africains.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.