«Géopolitique d'un Roi»: Les liaisons incestueuses entre le Polisario et le terrorisme    Tourisme: Tanger consolide sa croissance grâce au TGV    Volkswagen offre 830 millions d'euros au profit de 400.000 clients    Bourse de Casa: la performance hebdomadaire (10-14 janvier) dans le vert    Botola Pro : classement et résultats de la 16ème journée    Fédération royale marocaine de basket-ball : une étape cruciale du plan d'urgence    La Tunisie dévoile son nouveau gouvernement    France: la ministre de la Santé a démissionné    Voici les prévisions météo pour la journée du lundi 17 février 2020    Coupe Mohammed VI : Al Ismaily bat le Raja    Safi : 12 individus arrêtés pour hooliganisme en marge du match OCS-Ittihad Jeddah    Les Tangérois Next Kids remportent la compétition nationale de robotique "First Lego League"    SIEL 2020 : le CNDH discute de la situation carcérale au Maroc    Le RCA affronte l'égyptien Al Ismaïli pour la demi-finale de la Coupe arabe Mohammed VI    Mohammed VI félicite le président lituanien    Le Roi Mohammed VI félicite le président lituanien à l'occasion de la fête nationale de son pays    Japon : le nombre de cas atteints de coronavirus sur le paquebot Diamond Princess grimpe à 355    Des roquettes s'abattent près de l'ambassade américaine à Bagdad    De rupture en échec    On n'arrête plus Youssef El Arabi (vidéo)    Marché des changes (février): le dirham s'apprécie face à l'euro    Raviver le potentiel du Souss Massa!    Pourquoi Ziyech est parfait pour Chelsea?    Coupe arabe Mohammed VI des clubs : L'Olympic de Safi quitte la compétition    Investissements : une mission d'affaires de Valence en prospection au Maroc, du 16 au 19 février    SM le Roi lance la nouvelle stratégie de développement agricole et forestier    Italie: le Sénat autorise le renvoi de Salvini devant la justice…    Algérie : une mobilisation populaire massive se prépare avant le 1er anniversaire du « Hirak »    Faiblesse du taux de la production éditoriale marocaine en langue amazighe!    Météo: les températures prévues au Maroc ce dimanche (villes)    Rabat nommée capitale africaine de la culture    Le Maroc isole le polisario sur les scènes africaine et internationale    Tunisie: Ennahdha a pris une décision    Afrique : Rabat désignée capitale africaine de la culture    Coronavirus: premier décès en France    Le Lac des Cygnes, un monument de danse classique à Rabat    La Cour européenne des droits de l'Homme disculpe Madrid    Fès intègre le réseau mondial des villes les plus engagées contre le sida    Divers    Mohamed Benabdelkader : La communication publique, une exigence démocratique et un impératif de bonne gestion    Driss Lachguar en visite au SIEL    Jennifer Lopez: La renaissance d'une icône    Sharon Stone évoque son expérience avec les sites de rencontres    Britney Spears en danger ?    Dans son nouveau recueil : La nouvelle, tout un art chez Abdellah Baïda    L'IRCAM et l'Académie de la langue arabe absorbée par le CNLCM    SIEL 2020 : Le CESE présente son rapport sur la promotion de la lecture au Maroc    Salvini, le chef de l'extrême droite italienne, touché mais pas coulé    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





De 30 ans à la perpétuité requis contre 19 djihadistes de l'EI, dont un Marocain, absents à leur procès
Publié dans Barlamane le 16 - 01 - 2020

Marocain, Français ou Algérien, ils avaient entre 20 et 30 ans quand ils avaient rejoints l'organisation terroriste, et sont aujourd'hui donnés pour morts en Syrie ou en Irak.
Des peines maximales requises. Alors que la parole est à la défense, jeudi 16 janvier, l'accusation a demandé la veille des peines allant de trente ans de réclusion à la perpétuité contre dix-neuf djihadistes absents à leur procès. Ces derniers sont donnés pour morts en Syrie ou en Irak, qu'ils avaient rejoints en 2014 ou 2015 au nom de la défense du «califat» autoproclamé de l'organisation Etat islamique (EI).
Contre les cinq accusés physiquement présents, l'avocat général Benjamin Chambre a requis aux assises de Paris jusqu'à 15 ans de réclusion, mettant en garde contre les profondes «convictions» de certains de ces hommes. «Se dressent devant vous cinq individus et dix-neuf chaises vides : c'est l'illustration de ce jusqu'au-boutisme d'hommes et de femmes partis en connaissance de cause dans un pays en guerre.» «Aucun n'envisage ou n'entreprend de démarches pour revenir», a-t-il souligné. Et de détailler leurs derniers actes avant leur départ pour rejoindre les rangs de l'EI : l'un se débarrasse de sa voiture, remet de l'argent à ses vieux parents, l'autre vend son iPhone, prend des crédits qu'il n'honorera jamais.
L'avocat général a requis la peine maximale contre Mohamed Belhoucine, « figure tutélaire » dans cette affaire, déjà condamné pour sa participation à une filière djihadiste et considéré comme le mentor du tueur de l'Hyper Cacher, le 9 janvier 2015 : «il encourt et mérite la perpétuité», a affirmé Benjamin Chambre. Il a requis 30 ans contre tous les autres « fantômes » du dossier, tels le jeune converti Quentin Roy, donné pour mort dans une opération suicide, ou le couple Faucheux, parti avec leurs trois enfants.
«Aujourd'hui, c'est le procès d'absents que l'on fait : l'objet de la peine est surtout une mesure de sûreté, pour sanctionner l'engagement djihadiste d'individus» et «se prémunir contre d'éventuels retours», a-t-il argué, relevant que leur mort, annoncée à leurs proches par des émissaires de l'EI ne pouvait être prise en compte par la justice française. Français, Marocain, Mauritanien ou Algérien, ils avaient entre 20 et 30 ans quand ils ont quitté la France, avant ou après les attentats de janvier 2015 contre Charlie Hebdo et le magasin Hyper Cacher.
Convertis à l'islam radical dans des mosquées de la région parisienne ou auprès de mentors, séduits par la propagande djihadiste, ils ont été portés par une dynamique de groupe renforcée par la proclamation en juin 2014 du «califat», qui leur promet «un statut, un salaire, une maison et même des femmes». Deux groupes se distinguent : le premier est celui dit de la « filière Belhoucine », du nom de deux frères, Mohamed et Mehdi, personnages emblématiques de la galaxie djihadiste francophone.
Apprenti ingénieur, Mohamed Belhoucine est considéré comme l'auteur du serment d'allégeance à l'EI lu par Amedy Coulibaly dans la revendication de la tuerie de l'Hyper Cacher (quatre morts) et a pu lui ouvrir un canal de communication avec un commanditaire. Le 2 janvier 2015, quelques jours avant les attaques, il a rejoint la zone irako-syrienne via l'Espagne avec son frère Mehdi et Hayat Boumedienne, la compagne de Coulibaly.
Le second groupe est celui des «copains» de Sevran (Seine-Saint-Denis), qui se connaissent tous, ont fréquenté ensemble la mosquée des «Radars» où ils ont forgé leurs certitudes djihadistes notamment au contact du charismatique Sofiane Nairy, ex-enseignant et éphémère imam à Sevran. L'avocat général a désigné dans le box Iliès Benadour, qui a reconnu à la barre avoir « coordonné » les départs en Syrie de ses copains mais nié tout acte criminel, comme un maillon «essentiel» de la filière en France et l'indispensable «relais» de Sofiane Nairy, qui prenait en charge les volontaires à leur arrivée sur zone.
Il a requis 15 ans de réclusion, assortis d'une peine de sûreté des deux tiers, contre Ilès Benadour, et la même peine contre Yacine Bouhil, brièvement parti sur zone, qui n'a montré «aucun désengagement de l'idéologie djihadiste» et a «menacé de mort un surveillant en détention».
Huit ans, avec sûreté des deux tiers, ont été demandés contre Sassim Sekour, qui a tenté plusieurs fois de partir en Syrie, et des peines de quatre ans avec sursis et cinq ans dont trois avec sursis contre deux autres accusés comparaissant libres.
Le verdict est attendu vendredi.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.