Modèle de développement: Des pistes de relance pour Fès-Meknès    Parlement: Les conseillers préparent leur déconfinement    Spoliation: un juriste harcelé en France!    Casa-Settat: Le wali Ahmidouch anticipe l'après-confinement    AGO, arrêté des comptes... Attention aux délais légaux    Aérien: Ce que risquent de perdre les compagnies africaines    Le virus prépare une révolution monétaire    Reprise des vols: La Turquie conclut un accord préliminaire avec le Maroc    Covid19: 81 nouveaux cas ce jeudi à 18H00    Article 1062894    Bientôt le retour du public dans les stades d'Italie    Hamza El Hajoui : Le sport joue un rôle économique et social créateur de valeur ajoutée et d'opportunités d'emploi    Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Le tourisme et le transport seront essentiels à la reprise de l'économie nationale après la crise    Débat sur la place de la culture dans le Maroc d'après-pandémie    Retour d'expérience et stratégies de déconfinement    Cannes s'offre Wes Anderson, François Ozone et Steve McQueen dans la sélection officielle    La ministre de la Solidarité détaille son action devant la commission parlementaire des secteurs sociaux    La stratégie de développement durable remise sur le chantier    Covid-19 aidant, SAMIR met à disposition ses bacs de stockage    Opération exceptionnelle d'établissement des CNIE pour les MRE    Les éclaircissements de la Chabiba ittihadia    Le Real Madrid prépare un hold-up pour Sancho    «Dire non ne suffit plus»    Trois questions à Adil Terrab, président du Conseil préfectoral du tourisme de Meknès    Des journaux nord-macédoniens soulignent la reconnaissance internationale croissante de la marocanité du Sahara    Des placements privés pour les filiales d'Akwa    Venezuela: La pandémie comme vecteur de rapprochement…    Covid-19: Débat sur la place de la culture dans «le Maroc d'après»    Italie: le foot avec des spectateurs au stade, déjà?    Pourquoi est-il vraiment dangereux d'utiliser son portable au volant ?    Ligue 1: Yassine Boujouama signe son premier contrat pro avec Bordeaux    Rabat revient, doucement et sûrement, à la vie…    Enseignement français au Maroc: les parents d'élèves obtiennent des avancées    Coronavirus : 45 nouveaux cas, 7.967 au total, jeudi 4 juin à 10h    Pétrole: Les cours reprennent timidement    Le scénariste Hassan Lotfi n'est plus    Le Polisario dans la nasse de la justice espagnole    Youssouf Amine Elalamy lauréat du prix Orange du livre en Afrique    Prolongation de l'exposition "Maroc: une identité moderne" à l'Institut du monde arabe de Tourcoing    L'humoriste «Zerwal» n'est plus    De la distanciation littéraire: Tentative de réflexion    Formatage néolibéral, débat et combat    Poutine aura bien sa réforme constitutionnelle…    Foot: LaLiga fixe le calendrier de reprise    L'Amérique et ses démons    Décès à Tanger de la libraire et éditrice Marie-Louise Belarbi    Message de condoléances d'Abbas El Fassi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coronavirus : le port du masque sera-t-il obligatoire même après le confinement ?
Publié dans Barlamane le 04 - 04 - 2020

Après avoir martelé que les masques étaient inutiles contre le coronavirus quand on n'est pas malade, le discours officiel a changé dans plusieurs pays cette semaine. Confusion et accusations de mensonge s'exacerbent.
Aux Etats-Unis, le discours a changé. Le président Donald Trump a annoncé que les autorités sanitaires conseillaient désormais aux Américains de se couvrir le visage lorsqu'ils sortent de chez eux. Depuis le début de l'épidémie, l'OMS (Organisation mondiale de la santé) et de nombreux gouvernements répètent que les masques doivent être uniquement utilisés par les soignants, les malades et leur entourage proche. Après avoir longtemps martelé que cela était inutile, l'OMS est en train de réviser ses recommandations.
Mais pour les promoteurs du port généralisé du masque, ce discours était avant tout destiné à éviter que le grand public se rue sur ceux réservés aux soignants (les masques chirurgicaux et les FFP2, plus protecteurs) et aggrave une pénurie déjà existante. De fait, vue d'Asie, où le recours au masque est culturellement valorisé, la réticence occidentale a surpris.
« La grosse erreur aux Etats-Unis et en Europe, à mon avis, c'est que les gens ne portent pas de masques », déclarait le chef du Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies, Gao Fu, le 27 mars au magazine Science. Dans la foulée, le discours a évolué un peu partout ces derniers jours, face aux incompréhensions grandissantes du grand public et à la multiplication des prises de position de médecins pro-masque.
Autre facteur : l'hypothèse selon laquelle le coronavirus pourrait se transmettre via l'air expiré. Objet de nombreuses spéculations, ce mode de transmission n'est pas encore scientifiquement prouvé. Mais on suspecte que « le virus puisse se transmettre quand les gens ne font que parler, plutôt que seulement lorsqu'ils éternuent ou toussent », a déclaré vendredi sur Fox News le très respecté spécialiste américain Anthony Fauci, conseiller de Donald Trump. S'il était confirmé, ce mode de transmission expliquerait la haute contagiosité du virus, également transmis par des patients sans symptômes. C'est en intégrant cette éventualité que les autorités sanitaires américaines ont recommandé le port du masque.
En Allemagne, l'Institut Robert-Koch, l'établissement de référence en santé publique, a encouragé vendredi les citoyens à porter en public des masques faits maison. Il n'y a « pas encore de preuve scientifique » qu'ils limitent la propagation du virus, mais cela « semble plausible », a estimé son président Lothar Wieler. Un avis partagé en France par l'Académie de médecine : elle a jugé vendredi qu'un masque « grand public » devrait être rendu obligatoire pour les sorties pendant et après le confinement.
Mercredi, l'animatrice de télévision Marina Carrère d'Encausse, également médecin, avait assuré que les propos officiels sur l'inutilité supposée des masques pouvaient s'apparenter à un « mensonge » fait « pour une bonne cause », c'est-à-dire pour les réserver aux soignants, provoquant ainsi un tollé. De son côté, l'OMS s'en tient encore à sa position initiale, en craignant que l'usage généralisé du masque donne un « faux sentiment de sécurité » et fasse oublier les indispensables mesures-barrières (distanciation sociale, lavage des mains…).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.