La DGST permet aux Etats-Unis de neutraliser un soldat radicalisé avant de passer à l'acte    Compact II : 304,3 millions de dollars de fonds engagés par MCA-Morocco    Emballage industriel : une nouvelle usine pour DS Smith Tecnicarton à Kénitra    «La startup Factory» reçoit le Label AFRIC'INNOV    BEI/Jaida : 10 M€ pour soutenir l'activité de microcrédit    CHAN / Rwanda-Togo (3-2) : Les Rwandais accompagnent le Maroc en quarts de finale    La 1ère édition du FICIC, du 27 au 31 janvier en format digital    Terrorisme : la DGST a fourni des renseignements précis au FBI    Bank of Africa et la SIACE s'allient pour le renforcement du commerce extérieur    Evolution du coronavirus au Maroc : 867 nouveaux cas, 467.493 au total, mardi 26 janvier 2021 à 18 heures    Tremblements de terre : L'Unesco met à la disposition du Maroc 7 équipements d'alerte précoce    Plan de relance. Ça va décarboniser    L'ambassadeur israélien arrivé au Maroc...une première depuis deux décennies    Dialogue Stratégique Maroc-USA : la coopération dans la lutte contre la prolifération nucléaire à l'ordre du jour    Décès de Mohieddine Chekrouni    Le textile marocain en quête d'un fil d'Ariane    De Larbi Ben Mbarek à Youssef En-Nesyri: Les Lions de l'Atlas continuent de rugir dans l'arène de la Liga    Le match sera «décisif» pour les deux sélections (Lhoucine Ammouta)    Cause nationale : Biden confirme la proclamation US sur la marocanité du Sahara    Formation dans le numérique au profit de de 50.000 étudiants    Moncef Slaoui : fier du succès du vaccin, l'ancien responsable scientifique de Warp Speed parle de politique, de présidents et de futures pandémies    Les milices privées reniables d'Erdoğan déstabilisent le Moyen-Orient    Notre diversité culturelle est une source inépuisable d'enrichissement    Les galeries d'art improvisent pour ne pas disparaître    La FNM lance un concours pour la création graphiques de son Logo    Appel à candidature pour une résidence d'écriture à Meknès    Marrakech. Quand l'Art s'invite au Palmeraie Rotana Resort    Exposition. Spirit of the letter de Larbi Cherkaoui    Maroc: Près de 38% des entreprises ont réduit leurs effectifs    France: l'Institut Pasteur arrête le développement de son principal projet de vaccin    Dakhla : un rallye classique et sportif pour célébrer la marocanité du Sahara    Le gouvernement s'écroule, place aux consultations tous azimuts    Le Maroc, un modèle en matière de préservation des traditions, notamment juives    Le Maroc réitère son appel pour la création d'une Plateforme d'experts africains pour la lutte contre les épidémies    Bouayach : «une source d'inspiration pour un modèle non-institutionnel de dialogue interculturel»    Suivez le LIVE de l'émission « Ach Waq3 » de MFM Radio    Vaccins anti-Covid: doit-on craindre des effets indésirables ?    Etats-Unis : Un soldat américain pro Daech arrêté grâce à la DGST marocaine    Une nouvelle émission dédiée le 3 février à la culture juive sur Medi1TV    Maroc-Ouganda, un match couperet    Hommage aux personnalités sportives qui se sont illustrées en 2020 : Malgré la pandémie, la SNRT perpétue la tradition    Législation : Un bilan maigre se profile    Warning du Centre antipoison / «M'khinza» : Attention danger!    Fkih Ben Saleh : Un escroc mis hors d'état de nuire    Marrakech : Une Allemande se jette du 5ème étage d'un immeuble    Pétitions : Enième tentative de réanimation    CHAN / Covid-19 : Baâdi testé positif, il sera remplacé par Nemssaoui    CHAN / Groupe « C » : Ce soir, Maroc-Ouganda, pour rectifier et se qualifier !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Coronavirus : quels sont les risques de transmission par l'air conditionné ?
Publié dans Barlamane le 29 - 04 - 2020

Les systèmes de ventilation et de climatisation peuvent-ils contribuer à propager le coronavirus ? Le risque de propagation par l'air conditionné est-il réel ? Faut-il le bannir ? Telles sont les questions que se posent plusieurs personnes aujourd'hui dans ce contexte marqué par la prolifération de la pandémie.
La question de la propagation du coronavirus par les systèmes de climatisation se pose de plus en plus après la publication d'une étude pré-publiée chinoise, donc non validée par la communauté scientifique, établissant un lien entre l'air climatisé et la propagation du virus.
Cette étude révèle que la climatisation a favorisé la contamination de plusieurs personnes. C'est dans un restaurant climatisé de 5 étages, sans fenêtres, localisé en Chine que les contaminations ont eu lieu. Une famille a déjeuné dans ce restaurant. Le lendemain, un membre de cette famille a présenté des symptômes du coronavirus. Ce déjeuner aurait favorisé la contamination de 9 autres personnes : 4 membres de la même famille et 5 personnes des deux autres familles à proximité de la première, dont 2 personnes qui étaient installées sous l'air conditionné. Le lendemain, 83 personnes ont déjeuné au même étage que ces personnes, dont 10 personnes ont développé des symptômes par la suite.
Les auteurs de cette étude considèrent ainsi que la piste de la contamination par climatiseur est plausible. D'autres chercheurs américains ont également trouvé des traces virales dans des échantillons d'air et sur des surfaces, dont des pales de ventilateur. Toutefois, plusieurs experts indiquent qu'il faut écarter cette hypothèse. En effet, ils soutiennent que la propagation du coronavirus se fait essentiellement par les grosses gouttelettes émises, maximum 1 à 1,20 mètre, et par le transfert lié aux mains. Aucun élément ne prouve, jusqu'à présent, que les particules virales transmises par aérosols (mouvements d'air) sont contaminantes. Les tuyaux d'aération des bâtiments publics sont tellement longs que les particules finissent par se perdre. Il faut donc éviter les ventilations les plus asséchantes et humidifier l'air tout en nettoyant les surfaces qui peuvent être potentiellement infectées. La charge virale en serait donc minime.
Une source médicale affirme à Barlamane.com, que le coronavirus est un virus enveloppé donc fragile. Pour qu'il soit transporté dans le circuit de la climatisation -lui-même et non les gouttelettes- et qu'il soit contaminant, il faudrait une forte charge virale : soit un groupe de cas positifs dans l'endroit climatisé où se trouveraient des personnes saines, soit que les filtres du système de climatisation soit défaillants. Ce virus, insiste la source médicale n'est pas viable longtemps, contrairement aux champignons dont l'aspergillose.
Qu'en est-il donc du risque d'être infecté en avion ? Selon plusieurs chercheurs, il y a un risque faible de contracter une maladie respiratoire dans la carlingue d'un avion. En effet, l'air qui circule dans un avion est pressurisé à une pression beaucoup plus élevée que celle enregistrée au sol. La pression dans la cabine est ainsi sensiblement équivalente à celle enregistrée en montagne à une altitude de 1.500 à 2.000 mètres. L'air est renouvelé 30 fois par heure pendant le vol par une prise à l'extérieur de l'avion. Il est aussi traité par des compresseurs qui le restituent dans la cabine à une pression plus élevée après avoir été filtrée.
Selon des études menées par l'AESA, l'agence européenne indépendante pour la sécurité aérienne, la qualité de l'air dans la cabine est similaire ou même meilleure que celle normalement enregistrée dans les environnements intérieurs tels que les bureaux, les écoles, les maisons. En effet, le système est conçu pour faire circuler l'air qui est prélevé à 50% de l'extérieur et à 50% à l'intérieur, mais filtré. Les avions, en particulier ceux de dernière génération, ont des filtres si efficaces et modernes, appelés air à haute efficacité (HEPA), qu'ils sont identiques à ceux des hôpitaux. Ils parviennent ainsi à capturer et bloquer jusqu'à 99,97% des microbes présents.
Ainsi par le passé et depuis les crises engendrées pas Ebola et H1N1, les procédures de désinfection en cabine pour les risques de contact via ceintures, tablettes, boltaron des sièges et robinets, boutons d'ouvertures des toilettes, ont déjà été établies, révèle à Barlamane.com un expert en maintenance aéronautique. Dans ce contexte marqué par la propagation du coronavirus, de nouvelles procédures de désinfection cabine seront mises à la disposition des compagnies aériennes, au niveau de la maintenance et de l'exploitation, pour éliminer tout risque potentiel.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.