Omar Hilale dénonce la duplicité de l'Algérie et du «polisario» au sujet de l'Envoyé personnel pour le Sahara marocain    La Chambre des représentants adopte le projet de loi relatif au blanchiment des capitaux    8 millions de têtes d'ovins et de caprins seront identifiées    Santé: le recours aux compétences et à l'investissement étrangers permettra un «transfert de technologie»    CFC, un hub financier «plus attractif que jamais»    Le gouvernement libanais exprime sa gratitude à SM le Roi pour le soutien accordé au Liban    Le Youssoufia Berrechid arrache le nul face à l'AS FAR    L'examen national unifié entre les 8 et 12 juin prochain    Les services de la Sûreté à pied d'œuvre dans le Grand Casablanca    La Direction de la Santé à Béni Mellal-Khénifra dément tout manquement    Peindre à l'encre océanique    «La quête de sens et du bien-être sont les obélisques dans l'ère post-covid»    «La solitude de Ibrahim, un personnage des plus ordinaires»    Covid-19 au Maroc: quelque 5.000 salariés ont pu réintégrer leurs emplois    Nasser Bourita s'entretient avec son homologue irlandais    Covid-19/Maroc: Voici le nombre de personnes vaccinées à ce jour    Pep Guardiola fustige le projet de Super League    L'ONU met en garde contre les changements climatiques...2021 doit être l'année de l'action (Guterres)    Le journaliste Jamal Boushaba n'est plus    Nouvelle résolution du Parlement européen sur la dégradation des droits de l'homme en Algérie    L'Opinion : Contractuels, gardez espoir !    2020 est l'année la plus chaude jamais enregistrée au Maroc    Borrell réitère à Al Maliki le soutien de l'UE au processus électoral en Palestine    Le Maroc élu à la présidence du Conseil exécutif de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques    Le CNDH et l'UNHCR s'allient pour renforcer les droits des réfugiés    Programme de la Botola Pro D1 et D2 "Inwi"    Les Nuits du Ramadan 2021 célèbrent les «racines africaines»    En-Nesyri donne la victoire au FC Séville    La diplomatie sportive au centre d'une réunion de l'AMJS    Driss Lachguar, hôte de la Fondation Lafqui Titouani    Famine : des ONG demandent 5,5 milliards de dollars pour sauver 34 millions de personnes    Téhéran redit sa disposition à dialoguer avec le rival saoudien    Mourinho démis de ses fonctions d'entraîneur à Tottenham    Le journaliste et critique d'art Jamal Boushaba n'est plus    "Annette" de Leos Carax, film d' ouverture du 74ème Festival de Cannes    Journée internationale des monuments et des sites: Un riche programme de sensibilisation autour des valeurs historiques de Rabat    RADEEMA se mobilise contre le stress hydrique    Espagne: le « passeport sanitaire » bientôt lancé    La Super League va « sauver le football », selon Florentino Pérez    Tchad : le président Idriss Déby Itno tué au front    Le Maroc insiste sur l'impératif de placer la lutte mondiale contre la drogue parmi les priorités    Décès de l'ancien vice-président américain Walter Mondale à l'âge de 93 ans    Ukraine : Washington dénonce l'«escalade» de Moscou en mer Noire    Eurafric Information : Nouvelle certification pour la filiale IT de Bank of Africa    Météo: le temps prévu ce mardi 20 avril au Maroc    La COVID-19 ravage les camps de Tindouf et touche le personnel de l'ONU    Cette semaine en Liga...    VIDEO// Le danseur et chorégraphe belgo-marocain Sidi Larbi Cherkaoui en direct sur Info Soir de 2M    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





APSACO Talks : «en Afrique, le rapport de cause à effet réciproque entre le Covid-19 et la sécurité est pleinement reconnu»
Publié dans Barlamane le 23 - 09 - 2020

Le Policy Center for the New South (PCNS) organise durant trois jours la Conférence annuelle sur la paix et la sécurité en Afrique, dans le contexte de crise Covid-19.
Le Policy Center for the New South tient du 23 au 25 septembre à Rabat une édition spéciale virtuelle de la conférence annuelle sur la paix et la sécurité en Afrique, APSACO Talks. Le premier volet de cette conférence était centré sur le thèmes du «secteur de la sécurité en Afrique pendant et après la crise Covid-19». Au menu, le continent africain qui se trouve aujourd'hui au cœur de l'épidémie du coronavirus. L'accumulation de lacunes structurels tels que la faiblesse des États, l'aggravation du non-développement, l'inégal accès aux soins dans des contextes dégradés explique le danger de la pandémie du coronavirus et participe encore de l'identification de sa menace sur la sécurité.
Durant cette séance, la plupart des intervenants ont affirmé «sur le continent africain, la diffusion du coronavirus s'est accrue par la présence de facteurs aggravants qui ont permis une relative prise de conscience des risques liés – en termes de sécurité notamment – à la progression de la pandémie». «La jeunesse africaine constitue le meilleur rempart pour faire face à la crise sanitaire liée à la Covid-19, notamment en termes de sécurité humaine», a déclaré le responsable de l'analyse et de la recherche sur l'Afrique subsaharienne à l'Institut d'études de sécurité de l'Union européenne (IESUE), Giovanni Faleg.
La plupart des interventions, en anglais, ont été d'accord de dire que le problème du coronavirus en Afrique «relève tant d'une problématique en termes médicaux et épidémiologiques qu'en termes de réalités sociales, humaines et économiques». Dès lors, ont indiqué les participants, «s'il existe des facteurs propres qui contribuent à faire du coronavirus un enjeu de sécurité à l'échelle africaine, il importe d'en évaluer les implications, en particulier la recherche d'une solution définitive.»
L'épidémie a touché l'Afrique quelques semaines après l'Europe, permettant aux autorités publiques d'adopter des mesures de prévention plus tôt. La plupart des gouvernements ont fermé leurs frontières et restreint les déplacements et les rassemblements publics sur leur territoire. Couvre-feu, état d'urgence, confinement, autorisations avant de se déplacer, tout l'arsenal a été utilisé. Ces mesures ont néanmoins connu quelques accrocs dans les quartiers les plus densément peuplés et les plus précaires, où les mesures sanitaires signifient un arrêt de mort.
De par son ampleur, la pandémie du coronavirus «est en train de réduire à néant les maigres progrès sanitaires et sociaux réalisés en Afrique» alertent les intervenants, indiquant que la baisse du revenu des foyers, «la chute de la consommation et de l'épargne, combinée à un accroissement des dépenses publiques (notamment dans les domaines de la santé et de la sécurité), sont autant de facteurs qui engendrent une diminution remarquée du produit national brut (PNB) et un ralentissement de la croissance économique». Le coronavirus a touché l'ensemble des groupes sociaux.
L'effondrement de l'environnement économique et social risque de toucher de plein fouet les capacités des États africains, «déjà largement déliquescents et aux structures de santé publique souvent délabrées, à faire face aux multiples défis posés par l'extension de la pandémie» a-t-on souligné. La question du coronavirus «tend ainsi à se transformer en véritable objet de débat politique», puisqu'il est en effet indéniable que les graves retombées sur les sociétés et les économies africaines de la crise sanitaire «remettent en cause la capacité de l'État à assurer son rôle de protecteur de la population, surtout les couches les plus vulnérables». En Afrique subsaharienne, le coronavirus est considéré comme un «phénomène accentuant les graves problèmes préexistants.»
En Afrique, a-t-on souligné, la corrélation entre la carte du coronavirus et les zones de conflit permet de faire une nouvelle lecture. «La perception stratégique du coronavirus comme un enjeu de sécurité en Afrique ne souffre d'aucun doute.» Non seulement l'instabilité crée les conditions favorables à la propagation du virus, mais surtout l'explosion des contaminations peut contribuer à accroître l'insécurité à l'avenir. Une étape supplémentaire est atteinte dans la perception des risques liés au coronavirus. En effet, d'une part, le rapport de cause à effet réciproque entre le coronavirus et les conflits est reconnu, mais on le qualifie. Il appelle ainsi toute l'attention et la vigilence de la communauté internationale envers le continent africain.
Cette séance a évoqué la question du coronavirus en Afrique en tant que question de sécurité. Elle a permis de reconnaître que «le coronavirus [est] en passe de devenir le problème de sécurité numéro un en Afrique». Le Covid-19 constitue «une crise de sécurité, parce qu'il menace non seulement la vie des populations; mais aussi les institutions qui définissent et régentent le caractère d'une société», a-t-on précisé.
Le lien entre la crise de santé publique et la sécurité en temps du coronavirus est manifeste
Les intervenants ont souligné le lien entre la crise de santé publique et la sécurité en Afrique, entre la contagion et l'instabilité socio-économique. Les grands volets déclinés dans ce webinaire concernent l'effet de l'épidémie sur la santé publique en Afrique, ses conséquences sur la population et, enfin, sur la récession économique. Ainsi le coronavirus constitue-t-il un élément potentiel d'insécurité pour les pays africains.
Le cap du 1.400.000 de cas de coronavirus a été franchi en Afrique, continent qui, selon les chiffres, reste cependant le moins touché dans le monde et où la répartition des cas est très inégale. Selon les chiffres compilés par barlamane.com jeudi 23 septembre, quelque 1 420 629 cas ont été enregistrés sur l'ensemble du continent, avec au moins 34 327 décès.
À enjeu continental, réponse continentale
Toutes les forces de la puissance publique doivent mener le combat contre le coronavirus. «Les États doivent s'appuyer sur des relais locaux, organisations non gouvernementales (ONG) et autres intervenants du secteur privé», a-t-on indiqué. Les obstacles apparaissent, surtout, autour de la question du traitement des malades. «Si le coronavirus en Afrique constitue une menace à la paix et à la sécurité, il devient évident que la lutte contre ce fléau devait associer traitement des malades et prévention afin d'enrayer la progression du virus». L'appel à une action urgente face à une menace à la paix et à la stabilité africaine est nécessaire, a-t-on conclu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.