Aziz Akhannouch préside une réunion de travail sur la relance du secteur et la reprise de la saison touristique    Espagne : Le Sénat rejette une proposition de Vox réclamant des sanctions contre le Maroc et l'Algérie    «Fournir au Maroc du GNL regazéifié en Espagne ne nuira pas à nos relations avec l'Algérie»    Maroc : Aziz Akhannouch préside une réunion consacrée à la relance du secteur touristique    Industrie. Le Maroc, un des pays les plus compétitifs au monde (Mezzour)    Pape François: "Le leadership spirituel et les Prières du Roi Mohammed VI nous sont précieux"    Coupe de la CAF (finale): RSB/Orlando Pirates, pour consacrer la suprématie des clubs marocains sur la scène africaine    Météo Maroc: temps chaud avec chergui local ce vendredi 20 mai    Légalisation électronique: un projet de décret adopté    «Jaw Jab» de la troupe du théâtre national de Mohamed Eljam présentée en Italie    Ibenge « fier » de jouer la finale de la Coupe de la CAF avec Berkane    Coupe du monde 2022 / Arbitrage : Jayed et Zourak ''qualifiés'' au Mondial !    L'établissement de relations « stables et de confiance » avec le Maroc est « primordial » (ministre espagnol)    Jeu d'échecs : Casablanca abrite bientôt la « Chess Week »    Elespanol.com révèle comment le Citizen Lab a utilisé de «faux positifs» pour provoquer le scandale «Catalangate»    Blé: le stock national du Maroc couvre quatre mois    Covid-19 au Maroc: 124 nouveaux cas, aucun décès    Variole du singe: les Marocains doivent-ils s'inquiéter ?    Maroc: tout ce qu'il faut savoir sur le congé de paternité    Erdogan déterminé à contrer l'adhésion de la Finlande et de la Suède à l'OTAN    Liban: La BM et l'ONU accordent 10 millions de dollars pour le port de Beyrouth    Accès à l'information sur la migration: Bouayach met en avant à New York le rôle des institutions nationales des droits de l'homme    Gabon: Aubameyang annonce sa retraite internationale    MAS : Le bel hommage des Massaouis à leur joueur Djedje Franck Guiza !    Adhésion à l'UE: L'Ukraine dénonce un traitement dégradant de certains pays européens    Les opportunités d'affaires au Maroc dévoilées aux opérateurs sud-coréens    Palestine-Canada / ACIA : les vins fabriqués en Cisjordanie ne sont pas d'Israël    Achraf Hakimi se confie sur son amitié avec Mbappé (VIDEO)    Fusillade de Buffalo: Le parquet ouvre une enquête sur le rôle des réseaux sociaux    Cours des devises du jeudi 19 mai 2022    Direction de la prison locale Tiflet 2: « Le détenu (M.L.H) n'a déclaré aucune grève de la faim »    Le Maroc et la Belgique veulent renforcer leur coopération dans le domaine de l'emploi    [ Interview ] Tout sur le grand retour de Jazzablanca (vidéo)    Musique Andalouse. Un concert aux couleurs de l'Espagne et du Maroc    Inclusion économique des jeunes : L'INDH montre la voie à Boulemane    Pass vaccinal ou test PCR pour accéder au territoire    Interpellation du suspect impliqué dans le vol d'une agence bancaire à Casablanca    Douanes : Des recettes records de 111,2 milliards DH en 2021    Football : le Marocain Aymen Barkok remporte l'Europa League    Video : un lapsus de l'ex-président américain George W.Bush fait le tour de la toile    Jazzablanca 2022 : Le programme dévoilé    Rabat : Hommage à l'écrivain jordanien Mustafa Alqorna, pour son roman "Chaos dans le jardin du diable"    «Ateliers de l'Atlas» 2022 : Un appel à projets lancé    Michel Fugain en «Causerie musicale» à Casablanca    Exploration gazière: Chariot lève 25,5 millions de dollars pour son projet Anchois    Mise en place d'une plate-forme numérique destinée pour les étudiants de retour d'Ukraine    La Russie expulse 85 diplomates de France, d'Espagne et d'Italie    La 15ème édition de Jazzablanca Festival du 1er au 3 juillet    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les grands électeurs confirmeront la victoire de Joe Biden lundi
Publié dans Barlamane le 14 - 12 - 2020

C'est théoriquement une formalité. Mais cette année, le vote des grands électeurs américains qui doivent formaliser lundi la victoire de Joe Biden à la présidentielle de novembre revêt une importance particulière, face au refus obstiné de Donald Trump de reconnaître sa défaite.
Le président désigné a prévu de prononcer un discours lundi soir depuis sa ville de Wilmington, dans le Delaware, pour célébrer cette nouvelle confirmation de sa victoire «et la force et la résilience» de la démocratie américaine.
Les résultats du scrutin du 3 novembre ont déjà été certifiés légalement par chacun des 50 États américains : le démocrate a remporté le nombre record de 81,28 millions de voix, soit 51,3 %, contre 74,22 millions et 46,8 % au président républicain sortant.
Mais aux États-Unis, le locataire de la Maison-Blanche est choisi au suffrage universel indirect, chaque État attribuant en général ses grands électeurs, dont le nombre dépend essentiellement de sa population, au candidat arrivé en tête localement.
Là aussi, les résultats certifiés confirment l'avance confortable de Joe Biden, annoncée dès le 7 novembre par les grands médias américains, avec 306 grands électeurs contre 232 à Donald Trump.
C'est ce «collège électoral» qui se réunit lundi pour formaliser ce vote. En réalité, les grands électeurs vont se réunir séparément État par État, tout au long de la journée.
Les 538 grands électeurs sont des responsables politiques locaux, des figures de la société civile, ou des proches d'un candidat. La plupart sont inconnus du grand public, mais il arrive que des personnalités nationales fassent partie du collège électoral – c'est le cas cette année de la candidate malheureuse de 2016 à la présidentielle, Hillary Clinton, qui votera pour Joe Biden et sa future vice-présidente Kamala Harris dans l'État de New York.
Trump poursuit le «combat»
Bien qu'il soit arrivé par le passé qu'une toute petite poignée d'entre eux dérogent à la règle qui veut qu'ils donnent leur voix au candidat arrivé en tête dans leur État, cela n'a jamais changé l'issue de l'élection.
Lundi, la victoire de Joe Biden sera donc encore plus officielle.
Mais depuis la Maison-Blanche, Donald Trump continue de dénoncer sans preuve «l'élection la plus truquée de l'histoire américaine», comme il l'a encore tweeté dimanche.
«Comment des États et des responsables politiques peuvent-ils confirmer une élection où la fraude et les irrégularités ont été démontrées ?», a-t-il même demandé.
Or justement, son camp n'a pas été en mesure d'apporter le moindre élément probant pour étayer ses accusations, et ses recours en justice ont quasiment tous été rejetés. Humiliation ultime, la Cour suprême, pourtant profondément remaniée par Donald Trump qui a nommé trois juges et conforté ainsi la majorité conservatrice désormais forte de six membres sur neuf, a rejeté la semaine dernière deux recours républicains sans même s'en saisir sur le fond.
Une fois l'étape solennelle de lundi franchie, il est possible qu'un plus grand nombre d'élus républicains acceptent de reconnaître la victoire de Joe Biden.
Mais il est peu probable que Donald Trump rentre, lui, dans le rang, d'autant que selon les sondages, une large majorité de ses électeurs ne considèrent pas le démocrate comme un vainqueur légitime.
Ce week-end, lorsque la chaîne Fox News lui a demandé s'il assisterait à la prestation de serment du président élu démocrate le 20 janvier, comme le veulent la tradition et le protocole, l'ex-magnat de l'immobilier a encore esquivé : «Je ne veux pas parler de ça», a-t-il seulement lâché, boudeur.
Il pourrait tenter de profiter de la complexité d'un processus institutionnel qui s'étire en longueur pour un dernier baroud d'honneur : certains élus proches de lui envisagent de contester les résultats lorsque le Congrès sera appelé à apporter une dernière validation le 6 janvier.
La démarche n'a pratiquement aucune chance d'aboutir, mais devrait laisser au futur président Biden un pays, et une classe politique, plus divisés que jamais.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.