Bank Al-Maghrib lance le service de centralisation des chèques irréguliers    La Bourse de Casablanca clôture en bonne mine    La Comader réfute les allégations sur la qualité du blé    Délais de paiement: les TPE lourdement impactées    Piratage de 19 millions de comptes Facebook au Maroc    Ramadan au Maroc: cette catégorie n'est pas concernée par le couvre-feu    13.850 bénéficiaires de l'Opération Ramadan 1442    Un an après le début de la pandémie du Covid-19 au Maroc,Festival du rire de Casablanca : Malgré la pandémie, le rire réunit les Bidaouis !    Maintien de la fermeture des salles de cinéma au Maroc    Tout faire pour développer le sens artistique et culturel des élèves    "Echos de la mémoire sur les montagnes du Rif", de Fatiha Saidi    Le message du roi Mohammed VI au roi des Belges    CERI Sciences Po veut penser autrement le Maroc    Antony Blinken en Afghanistan pour discuter du retrait des troupes américaines d'ici le 11 septembre    L'OCP au chevet de la riziculture ivoirienne    Ahmed Reda Chami: Le visage du renouveau de l'USFP    WAC-MCO: le pactole pour les joueurs oujdis en cas de victoire    LEGISLATIVES 2021: L'USFP, toujours aussi moribond    Hyundai Maroc : commercialisation amorcée pour le nouveau Tucson    Abdellatif Hammouchi, l'oeil qui veille sur le Maroc    Des averses orageuses et de fortes rafales de vent attendues jeudi    Sahara Marocain : Une fois de plus, Paris joue l'ambiguïté    AMO : vers l'inclusion de 1,6 million agriculteurs et leurs familles    Neymar se dit " plus heureux qu 'avant" à Paris    WAC-MCO en prologue de la 12ème manche de la Botola Pro D1    USA / Affaire Daunte Wright : la policière impliquée est inculpée d'homicide involontaire    Justice : Recomposition des commissions permanentes du CSPJ    La vigilance au quotidien, au maroc et à l'étranger    Maroc/Accidents de la route: 12 morts et 2.355 blessés en périmètre urbain la semaine dernière    OMS : Septième semaine consécutive d'augmentation des contaminations dans le monde    Un ministre australien en Europe pour régler un différend au sujet des vaccins    Khalid Chihab crée un instrument Ade musique combinant l'Oud et l'Outar    Le Street Art pour embellir la médina d'Oujda    Coupes africaines : Le tirage au sort fixé au 30 avril au Caire    Algérie : dégradation de l'état de santé de 23 détenus, en grève de la faim depuis 9 jours    Sahara marocain: L'ambassadeur du Maroc à Moscou s'entretient avec le vice-ministre russe des AE    Ligue des Champions : Le bus du Real attaqué par des hooligans !    Programme de la 5ème journée de la CAF : Tous les matchs se jouent le 21 avril    Assurance maladie obligatoire: 3 conventions-cadres signées devant SM Mohammed VI (reportage)    MMA: troisième confrontation entre McGregor et Poirier à Las vegas    Fruit d'un partenariat avec le ministère de l'éducation nationale : 27 centres des classes prépa équipés par OCP    Dakhla : Le RNI lance Ramadaniyat Al Ahrar    Algériens bloqués à Roissy, en France : le régime d'Alger accusé de «cruauté et d'inhumanité»    Ligue des champions: Le Real disputera sa 9ème demi-finale sur les 11 dernières    Météo: encore de la pluie ce jeudi 15 avril au Maroc    Ramadan : les bus de Casablanca adaptent leurs horaires    L'ICESCO lance la 2è édition de ses programmes ramadanesques    Nos vœux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les États-Unis briguent un siège au Conseil des droits de l'homme de l'ONU
Publié dans Barlamane le 24 - 02 - 2021

«J'ai le plaisir de vous annoncer que les États-Unis vont briguer un siège au Conseil des droits de l'homme pour le mandat 2022-2024. Nous demandons humblement le soutien de tous les pays membres de l'ONU dans notre souhait de siéger à nouveau dans cette institution», a dit Antony Blinken, lors d'une intervention par visioconférence devant le CDH.
Les États-Unis briguent un siège au Conseil des droits de l'homme de l'ONU, a annoncé mercredi le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken, marquant l'abandon de la politique de la chaise vide des années Trump.
L'administration Trump avait annoncé avec fracas, en juin 2018, qu'elle quittait l'institution basée à Genève et plus haute instance de l'ONU responsable de la défense des droits de l'homme, en l'accusant d'hypocrisie et de s'acharner contre Israël.
«Les États-Unis placent la démocratie et les droits de l'homme au centre de leur politique étrangère, parce qu'ils sont indispensables à la paix et la stabilité», a souligné M. Blinken.
«Cet engagement est enraciné dans notre propre expérience d'une démocratie imparfaite et souvent en deçà de ses propres idéaux, mais essayant toujours de devenir un pays plus uni, plus respectueux et plus libre», a-t-il promis, sur un ton qui tranche avec celui de son prédécesseur, Mike Pompeo, qui confinait parfois à l'arrogance.
Si M. Blinken a loué l'utilité du Conseil et souligné son importance notamment pour attirer rapidement l'attention sur des crises, il n'en a pas moins mis en garde ses membres.
«Nous encourageons le Conseil des droits de l'homme à se pencher sur sa manière de fonctionner et cela veut aussi dire l'attention disproportionnée portée à Israël», a-t-il averti, suggérant de traiter Israël et les territoires palestiniens de la même façon que n'importe quel autre pays.
«Ceux qui ont le pire bilan en matière des droits de l'homme ne devraient pas être membres de ce Conseil», a-t-il lancé.
«Atrocités»
La Chine, la Russie mais aussi le Venezuela, Cuba ou encore le Cameroun, l'Érythrée et les Philippines sont régulièrement critiqués par des organisations de défense des droits de l'homme ou d'autres pays pour la manière dont ils traitent leurs citoyens.
M. Blinken a nommément critiqué la Russie pour le traitement de ses opposants politiques, citant Alexeï Navalny. Il a aussi dénoncé les «atrocités» commises par Pékin dans la région du Xinjiang et la situation à Hong Kong.
Et il a rappelé que les États-Unis ont marqué leur retour au CDH en condamnant le coup d'État en Birmanie.
La stratégie de la chaise vide due à une méfiance viscérale du multilatéralisme de Donald Trump avait créé un vide au CDH mais aussi à l'Organisation mondiale de la santé par exemple – qui a été vite occupé par des diplomaties chinoise et russe plus volontaires.
Le Conseil compte 47 membres de plein droit élus à la majorité des membres de l'Assemblée générale de l'ONU pour un mandat de trois ans, les autres ayant un statut d'observateur. Pour cette nouvelle session qui vient de démarrer, seuls parmi les 5 membres permanents du Conseil de sécurité, les États-Unis n'ont pas de siège.
Les membres du Conseil ne sont par ailleurs pas immédiatement rééligibles après deux mandats consécutifs.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.