Le Bahreïn réaffirme son soutien à la souveraineté et l'intégrité territoriale du Maroc    « African Lion 2021 »: Une opération de décontamination au port militaire d'Agadir pour évaluer la réactivité de l'Unité de Secours et Sauvetage des FAR    Sommet de l'Otan: Quand Sanchez s'humilie et humilie son pays    Opération Marhaba 2021: Forte baisse des prix pour la liaison maritime    Début imminent de la construction du gazoduc Maroc-Nigéria    Régionales de l'investissement: les étapes Laayoune et Dakhla font carton plein    « African Lion 2021 »: une opération de décontamination au port militaire d'Agadir    Algérie : le FLN remporte les législatives, le Hirak craint le retour de «la prétention dictatoriale»    À Paris, Saïd Chengriha enterre «le supposé non interventionnisme» de l'armée algérienne    Le nouveau gouvernement israélien compte quatre ministres d'origine marocaine    Melilla : tentative échouée d'entrée de 150 migrants clandestins grâce à la collaboration du Maroc    Euro 2020 : La Slovaquie prend le dessus sur la Pologne de Lewandowski    Vacances au Maroc: les premiers MRE débarquent à l'aéroport de Fès (PHOTOS)    Compteur coronavirus : 476 nouveaux cas, 9.368.046 personnes vaccinées    Murcie. Un marocain abattu par un espagnol sur la terrasse d'un café    L'anesthésie après la vaccination anti-covid peut-elle causer la mort ?    Soulaiman Raissouni et Omar Radi confrontés à de charges concrètes, dit le ministère public    M'Art Studio démarre ses activités avec Marie Bugnon & Jennifer Sormani    Festival universitaire de musique de l'ENCG Kénitra : Une troisième édition pour aiguiser l'art de l'écoute    Le théâtre du Studio des arts vivants reprend ses activités    [ Interview Anas El Filali ] La première production en 3D, 100% marocaine, prête en septembre    Pays de l'Otan : la politique envers la Chine à renforcer, selon le SG de l'OTAN    Entretien entre Erdogan et Biden    La gifle américaine !    Devises vs Dirham: les cours de change de ce mardi 15 juin    France : vers la levée de l'obligation du masque en extérieur    Les Lionnes de l'Atlas s'offrent le Mali    1,1 milliard d'euros de pertes pour les clubs de Premier League    Retour à la maison pour Buffon ?    Réforme de l'administration : pénalisant ''bug'' législatif !    «JOY» : 11 artistes livrent leur perception de la joie    Flo Arnold dans ses œuvres    Le nostalgique et l'artistique    Usage licite du cannabis : Vers l'adoption définitive de la loi    Euro 2020 : La Suède neutralise l'Espagne    Relance économique : OBG et l'AMDIE préparent un nouveau rapport    La Hongrie soutient le plan d'autonomie au Sahara marocain    Agriculture : un nouveau dispositif de soutien aux petits agriculteurs    Le Maroc réélu au comité des Nations unies sur les disparitions forcées    BKGR: BAM devrait maintenir le taux directeur inchangé    Nomination : Salima Amira, nouvelle DG Maroc chez Microsoft    Ce qui s'est passé lundi sur l'autoroute de Kénitra (DGSN)    Basket : Labib El Hamrani nommé sélectionneur national des seniors    Mohamed Bouldini évoluera en Liga NOS avec Santa Clara    L'ONDA fortement mobilisé pour la sécurité sanitaire des voyageurs    Cette région du Maroc s'apprête à accueillir 500.000 touristes israéliens    LE POUVOIR ALGERIEN SE FICHE DES RESULTATS DES URNES    Hassan Rachik: Madih Al Howiyat Al Marina    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





En Algérie, le complotisme du régime politico-militaire comme réponse à la grave crise sociale
Publié dans Barlamane le 07 - 05 - 2021

Le gouvernement algérien a durci le ton jeudi face à la crise sociale qui ébranle le pays, en dénonçant «l'exploitation de l'activité syndicale par certains mouvements subversifs» quelques jours après avoir suspendu 230 pompiers pour avoir manifesté à Alger.
«Une exploitation de l'activité syndicale par certains mouvements subversifs visant à semer la fitna (sédition) a récemment été relevée», souligne un communiqué des services du Premier ministre, tout en reconnaissant le droit de grève et les libertés syndicales garantis par la Constitution.
L'influente revue de l'armée El Djeich a fustigé cette semaine des grèves «suspectes», en avertissant que «la sécurité nationale (était) une ligne rouge», à l'approche des élections législatives convoquées le 12 juin.
«L'entêtement de certains à tenir des grèves à un moment suspect est la meilleure preuve que ceci ne peut s'inscrire que dans une tentative de semer le trouble pour réaliser des objectifs et des intérêts qui ne vont pas dans le sens de l'amélioration de la situation professionnelle et des droits des travailleurs», a écrit El Djeich.
Les autorités algériennes font face depuis plusieurs semaines à une multiplication des conflits sociaux, alimentés par un taux de chômage élevé (15%) et une paupérisation de larges franges de la société.
Les tensions sociales s'ajoutent à une profonde crise économique, née de la chute de la rente pétrolière, et à l'impasse politique qui perdure depuis le soulèvement populaire antirégime du Hirak il y a deux ans.
Dans son communiqué, le gouvernement d'Abdelaziz Djerad incrimine certaines «mauvaises pratiques» prises durant les vingt ans de mandat de l'ex-président déchu Abdelaziz Bouteflika.
Cet avertissement des autorités survient à la suite de la suspension de 230 sapeurs-pompiers ayant manifesté dimanche avec des revendications salariales et socio-professionnelles près du siège de la présidence à Alger.
Une sanction qui a aussitôt mobilisé leurs collègues, menaçant de démission collective s'ils n'étaient pas réintégrés.
Le ministère de l'Intérieur a qualifié la manifestation des pompiers de «complot» fomenté par «des parties hostiles à l'Algérie», une accusation récurrente contre toute voix dissidente.
Tandis que son ministre de l'Intérieur Kamel Beldjoud maniait le bâton, le président Abdelmadjid Tebboune a appelé le gouvernement à ouvrir «un dialogue» avec les partenaires sociaux afin de tenter d'éteindre la colère sociale.
Dans une pétition relayée jeudi par l'agence officielle APS, un collectif piloté par des personnalités proches du pouvoir a exhorté le peuple algérien à «serrer les rangs» et à «se rassembler autour de l'Etat national, de son unité et sa souveraineté» face aux menaces de déstabilisation de l'Algérie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.