L'ONU lance la course contre la crise climatique    Liban: un enfant sur trois traumatisé un an après l'explosion (ONU)    Tunisie : l'Egypte exprime son «plein soutien» au président Saïed    L'ex-président de la CAF, Issa Hayatou, suspendu un an de toute activité relative au football par la FIFA    Maroc / USA : La coopération militaire prend son rythme de croisière    Attaque du pétrolier israélien: Washington pour une «réponse collective», Téhéran répondra à tout «aventurisme»    Tunisie: Saied poursuit la purge des ministres et les arrestations de députés    Message de condoléances de SM le Roi à la famille de l'actrice feue Fatima Regragui    Mobilité électrique : signature d'un accord de transfert de technologie Maroc-Brésil    Covid-19 : Le pic attendu « dans les tout prochains jours »    Abderrahmane Benbouzid : euphémisme ministériel face aux victimes du Covid    Visa for Movie Rabat: Une énième manifestation artistique reportée    SPECIAL MRE. Loin des yeux, près du cœur    Covid-19 / Maroc : La situation épidémiologique au 3 août 2021 à 16H00    Covid-19: le Maroc reçoit 1 million de doses du vaccin Sinopharm    Une étude montre l'efficacité des vaccins contre les variants du Covid    Maroc-Algérie : Cette presse algérienne qui dédaigne la voie de l'apaisement !    JO 2020: le roi Mohammed VI félicite Soufiane El Bakkali    Performance mensuelle: la Bourse de Casablanca termine juillet en baisse    Pegasus : Ali Lmrabet, faux-monnayeur éhonté et fainéant complotiste    Elections professionnelles. Le rendez-vous du 6 août    « Forte hausse » du chômage au Maroc, même pour les diplômés    Tokyo 2020/Athlétisme: Le Marocain Soufiane Boukentar éliminé du 1er tour de 5.000 m    Covid-19 : l'Espagne prolonge son dispositif social pour les plus vulnérables    France: recrudescence des cas de Covid-19 et pression sur le système hospitalier    JO-2020: Le programme du mercredi 4 août (en heures GMT):    Parution. Le Manifeste: un voyage au bout des risques    Politique : Chabat quitte l'Istiqlal    Mobilité électrique : un accord de transfert de technologie conclu entre le Maroc et le Brésil    Tokyo 2020 : Grave affaire politique, l'athlète Krystina Tsimanouskaya menacée de prison en Biélorussie    Merci Soufiane    Niger : quinze militaires tués et six portés disparus après une attaque    Madagascar : nouvelles interpellations après un coup d'Etat déjoué    Des projets pilotes pour l'artisanat : Deux «Centres d'excellence» pour le Tapis et la Poterie    Inclusion financière : BAM met les bouchés doubles    Covid-19: le télétravail s'impose de nouveau    Chèques : Légère hausse des incidents de paiement en 2020    Le drapeau marocain illumine des édifices emblématiques du Monde    ONU : L'allaitement maternel est essentiel pour éliminer la malnutrition des enfants    JO 2020. Abdellatif Sadiqui qualifié pour les demi-finales du 1500 m    JO-2020 / 3000 m steeple : Soufiane El Bakkali, un champion en or    Visite guidée: voyage au cœur du Marrakech de l'art (Partie II)    OPCVM : Plus de 939 MMDH de souscriptions en 2020    Dalsinky, l'artiste qui réunit sculpture et peinture (Interview)    La découverte: Imane Benzalim, une femme de chœur    L'actrice Fatima Regragui n'est plus    L'actrice marocaine Fatima Regragui n'est plus !    Mort de Fatima Regragui, actrice populaire et engagée    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



À Paris, Saïd Chengriha enterre «le supposé non interventionnisme» de l'armée algérienne
Publié dans Barlamane le 15 - 06 - 2021

« L'Algérie veut reconquérir sa puissance diplomatique, notamment dans la région du Sahel », a écrit le 10 juin le quotidien officiel El Moudjahid. Selon la réforme approuvée fin 2020, Alger veut désormais permettre à ses forces de participer à des opérations de maintien de la paix. Un choix aussi périlleux que hasardé, critiqué en interne.
Le chef d'état-major de l'armée algérienne Saïd Chengriha se trouve à Paris depuis quelques jours, dans le cadre d'une mission non annoncée, selon le magazine panafricain Jeune Afrique. «L'objectif de la visite du patron de l'armée algérienne : discuter avec les autorités françaises de la nouvelle donne sécuritaire au Sahel, après l'annonce par le président français Emmanuel Macron de la fin de l'opération Barkhane, ainsi que du rôle que pourrait jouer l'Algérie dans ce contexte» rapporte la même source. L'Algérie, très préoccupée des risques d'instabilité à ses frontières, veut jouer un rôle actif chez Bamako, où elle garde des liens ambiguës avec les groupes politico-militaires du nord.
Avant un an, une réforme constitutionnelle exigée par le président du régime algérien Abdelmadjid Tebboune a ouvert la voie à un possible déploiement de l'armée algérienne à l'étranger, marquant un changement majeur de doctrine militaire , qui excluait jusqu'à présent toute intervention hors de ses frontières. Elle autorise désormais les troupes algériennes à prendre part à des opérations de maintien de la paix «dans le cadre du respect des principes et des objectifs des Nations unies, de l'Union africaine et de la Ligue arabe».
Après plus de huit ans d'engagement plus au moins entier, le président français avait annoncé une réduction de la présence militaire française du Sahel, marquée par la fermeture de bases et une nouvelle imbrication de la lutte antidjihadiste autour d'une coordination internationale associant des Européens. Alger, en revanche, veut ressusciter l'accord de paix de 2015 entre Bamako, les groupes armés progouvernementaux et l'ex-rébellion indépendantiste à dominante touareg du nord, la Coordination des mouvements de l'Azawad (CMA). Un accord mort-né dont l'application a été suspendue par la crise politique.
Le président algérien a affirmé mardi 8 juin que son pays était prêt à «intervenir d'une manière ou une autre» en Libye voisine pour stopper l'avancée des forces du maréchal Khalifa Haftar, lors de leur offensive lancée sur la capitale Tripoli en 2019-2020. Interrogé lors d'un entretien avec la chaîne qatarie Al-Jazeera, diffusé mardi soir, le président algérien a dit avoir songé à une intervention en Libye car «Tripoli est une ligne rouge». «Nous n'acceptons pas que la capitale d'un pays maghrébin et africain soit occupée par des mercenaires. Nous allions intervenir», a assuré Abdelmadjid Tebboune.
«L'envoi de troupes militaires à l'étranger risque d'exposer nos soldats et le pays tout entier au danger», avait alerté Reda Deghbar, professeur à la faculté de droit de Blida (sud d'Alger).
Cette démarche «risque d'hypothéquer la souveraineté de l'Algérie car elle va donner l'occasion à des forces étrangères s'immiscer dans les affaires internes du pays», avait prévenu Smaïl Maaref, expert des questions stratégiques.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.