À Oslo, le Maroc et la Norvège entament des consultations politiques    Espagne : 28 passagers du Maroc s'échappent d'un avion atterri en urgence à Barcelone    Maroc – Portugal : Les Lions de l'Atlas avides de victoire et d'histoire    Qatar 2022 : La Croatie élimine le Brésil et valide sa place dans le carré final    Cliniques privées: voici ce qu'en pense le Conseil de la Concurrence    Vahid Halilhodžić : «J'aurais aimé revivre ce que j'ai vécu avec l'Algérie» au Mondial 2022    Un grand dommage... vers la disparition des stades de Qatar 2022    Sahara: le Conseil suprême du CCG réitère son soutien à l'intégrité territoriale du Maroc    Renault Commerce Maroc et NCRA inaugurent un nouveau showroom à El Kelaâ des Sraghna    Le roi adresse un discours au 1er Sommet sino-arabe qui se tient en Arabie Saoudite    Der Spiegel. Libération de l'activiste humanitaire allemand Jörg Lange grâce aux services de renseignement marocains    Mondial 2022. Les chances des Lions de l'Atlas de vaincre la Seleção das Quinas portugaise    CCG : le Conseil suprême réitère ses positions fermes en faveur de la marocanité du Sahara    Mahi Binebine : première exposition individuelle au Maroc (VIDEO)    Vidéo. DS Automobiles lance la 2e édition du Marché des Créateurs du 08 au 11 décembre    PLF 2023: IS, IR, auto-entrepreneur… Voici les principaux amendements adoptés    Les Etats-Unis et le Maroc appellent les pays méditerranéens et africains à adhérer à l'Initiative contre la prolifération    Covid-19 au Maroc : 156 nouvelles infections et aucun décès ce vendredi    Coronavirus: 156 nouvelles contaminations enregistrées ce vendredi    La CNDP lance la plateforme à vocation africaine « Koun3labal »    Les sanctions imposées sur les pays africains doivent être adaptées et proportionnées afin de garantir leur efficacité    Femmes africaines dans les médias, le credo d'Akharbach    Le chef de gouvernement ce lundi devant les députés    Sociétés cotées en bourse : une performance revue à la hausse    Mondial 2022 / Lu sur Twitter / Vahid Halilhodzic : « Au Maroc, ils ont le meilleur centre technique du monde ! »    L'ONMT, fier du rayonnement suscité par les Lions de l'Atlas    Iran : Abolition de la police des moeurs Hommage à Mahsa Amini    Le ministère de la solidarité compte créer 12 incubateurs sociaux au niveau national    France : Un consulat mobile au profit des MRE dans l'Aveyron    Le photographe de National Geographic au zoo de Rabat    France : Condamné à tort pour viol il y a 23 ans, Farid El Haïry veut sa réhabilitation    AstraZeneca et la Fondation Lalla Salma agissent pour l'accès équitable aux soins contre le cancer au Maroc    Agriculture : en avant toute pour l'opération de charme auprès des jeunes !    Secteur bancaire : McKinsey dresse les perspectives dans son rapport Global Banking 2022 Annual Review    «Welidatna Jabouha», la dédicace de Saida Charaf pour le Onze national    La réalisatrice Sofia Alaoui en compétition officielle du festival Sundance    Tétouan des sept portes: Une 10ème édition sous le signe de la préservation des ressources hydriques    Alerte météo: fortes averses parfois orageuses et rafales de vent du vendredi au dimanche    L'arbitre de Maroc-Portugal nous a déjà porté chance    Sommet sino-arabe: Akhannouch à Riyad pour représenter le roi    Gros contrats signés pendant la visite de Xi Jinping en Arabie saoudite    Washington et Moscou échangent des prisonniers, dont la basketteuse Brittney Griner    Talbi Alami représente le Roi à la cérémonie d'investiture du président de Guinée équatoriale    Covid: la 9ème vague de l'épidémie continue de monter en France    Atteinte d'une maladie neurologique, Céline Dion reporte sa prochaine tournée mondiale    L'excellent édito de Martin Buxant : Les Lions de l'Atlas, un Milkshake culturel    Le FIMA veut promouvoir la diversité culturelle de l'Afrique par l'éducation    Maroc : Ouverture des Semaines du film européen avec le film suédois «Sans filtre»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rupture algérienne avec le Maroc : un non-événement
Publié dans Barlamane le 24 - 08 - 2021

Le ministre des affaires étrangères algérien, Ramtane Lamamra, a annoncé, mardi 24 août, la rupture des relations diplomatiques avec le Maroc, en raison de prétendues «actions hostiles» du royaume à l'égard de l'Algérie. Un non-événement et une diversion de mauvais augure.
Il fut un temps où le roi Mohammed VI a appelé l'Algérie à un dialogue «direct et franc», en proposant la création d'un «mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation» pour «dépasser les différends» entre les deux voisins. Un mécanisme qui aurait permis de discuter «sans tabou» de toutes les questions bilatérales brûlantes et de «mettre tous les griefs sur la table» : la drogue, la contrebande, la question du Sahara, les faits historiques, les conventions non respectées, etc. Aujourd'hui, ce n'est plus possible.
«L'Algérie a décidé de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc à partir d'aujourd'hui [24 août]», a déclaré le ministre algérien Ramtane Lamamra lors d'une conférence de presse. Ce dernier a justifié cette décision en ressassant la même sérénade chère au régime contre le Maroc. Mais cette annonce est un non-événement. Si c'était encore une obstination préméditée, décidée, calculée, ce serait un système. Le régime algérien ne fait que conformer sa diplomatie aux indications de l'opinion intérieure, à la volonté d'une ligne hostile au Maroc. Il s'est replié sur cette option, parce qu'après tout c'est le meilleur moyen de ne rien faire pour le peuple qui souffre en paraissant sauvegarder une certaine dignité malmenée, en se mettant à l'abri d'une bourrasque qui peut l'emporter.
Le régime algérien se trahit lui-même et la décision de rompre avec le Maroc démontre qu'il a sacrifié tous ses devoirs pour de petites considérations de parti, par de médiocres calculs de tactique politique.
C'est un non-événement parce que le Maroc côtoie un voisin désespéré et sans boussole. Le roi Mohammed VI avait déploré avant trois semaines les «tensions» avec l'Algérie, invitant le président Abdelmadjid Tebboune, «à faire prévaloir la sagesse» et à «œuvrer à l'unisson au développement des rapports» entre les deux pays. Mais le régime algérien sait que la carte Maroc est nécessaire à sa survie.
La reprise des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël – accompagnée d'une reconnaissance américaine de la souveraineté marocaine sur le territoire du Sahara – a poussé le régime algérien à adopter une rhétorique complotiste et parfois antisémite, au point d'annoncer que des «manœuvres étrangères» en voudraient à la sécurité de l'Algérie.
Les liens diplomatiques avaient été rompus une première fois entre les deux pays quand, le 7 mars 1976, Rabat mettait fin à ses relations avec Alger à la suite du soutien de la junte militaire algérienne aux milices du Polisario.
Alger, qui n'en est pas à sa première contradiction, avait rappelé, en juillet, son ambassadeur à Rabat après que «la représentation diplomatique marocaine à New York [a] distribué une note officielle aux pays membres du mouvement des non-alignés dans laquelle le Maroc "soutient publiquement et explicitement un prétendu droit à l'autodétermination du peuple kabyle"», avait expliqué le ministère des affaires étrangères algérien. L'unité marocaine, elle, ne vaut rien pour le régime de Tebboune.
Durant une réunion du mouvement des non-alignés les 13 et 14 juillet, à New York, le représentant permanent du Maroc à l'ONU, Omar Hilale, avait fait passer une note dans laquelle il estimait : «Le vaillant peuple kabyle mérite, plus que tout autre, de jouir pleinement de son droit à l'autodétermination.» Un tabou pour Alger, qui s'oppose à toute volonté indépendantiste de la Kabylie, région berbérophone du nord de l'Algérie.
Mercredi 17 août, le Haut Conseil de sécurité, dirigé par le président algérien avait décidé de «revoir» les relations avec le Maroc, mais la raison avancée a provoqué d'immenses réactions dérisoires : Alger a accusé Rabat d'être impliqué dans les incendies meurtriers qui ont ravagé le nord du pays, faisant au moins 90 morts. Et l'incurie criminelle d'un régime qui méprise sa population ?
«Les actes hostiles et incessants perpétrés par le Maroc contre l'Algérie ont nécessité la révision des relations entre les deux pays et l'intensification des contrôles sécuritaires aux frontières ouest», avait affirmé la présidence algérienne dans un communiqué. Personne n'y croit.
Selon le président Tebboune, la plupart de ces incendies étaient d'origine «criminelle» – sans que ne soit présentée jusqu'à présent la moindre preuve. L'enquête, surréaliste, a permis, selon le régime, de «découvrir qu'un réseau criminel classé comme organisation terroriste» est derrière les incendies, «de l'aveu de ses membres arrêtés», selon la Direction générale de la sûreté nationale. Sur les réseaux sociaux, on s'interroge sur la dérive d'un régime algérien coupé des réalités.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.