Evolution du coronavirus au Maroc. 116 nouveaux cas, 1 166 100 au total, mercredi 18 mai 2022 à 15 heures    Efficacité énergétique: l'AMEE et l'ANEP coopèrent pour des bâtiments publics durables et résilients    Covid-19 au Maroc : 116 nouvelles infections et 1 mort ce mercredi    Tunisie : Les réformes politiques qui divisent    Elections législatives françaises pour le Maghreb et l'Afrique de l'Ouest : Mehdi Reddad lance sa campagne    Londres veut des garanties « juridiquement solides » pour autoriser la vente de Chelsea    L'AMDV dénonce l'instrumentalisation de la défense des droits humains contre le Maroc (vidéo)    Covid-19 : le protocole sanitaire marocain adapté aux annonces des autorités    Vidéo. « Green Card » en avant-première au Mégarama de Casablanca    Malgré la crise, les recettes douanières enregistrent un record avec 111,2 Mds de DH en 2021    Lions de l'Atlas: tout ce qu'il faut savoir sur le match Maroc-USA (Amical)    Amnesty International « inquiète » pour l'état de santé d'un militant en détention en Algérie    Le Marocain Nasser Larguet nommé directeur technique national en Arabie saoudite    Paris, première étape du "Light Tour" de l'ONMT    Covid-19. Voici les nouvelles conditions d'accès au territoire national par voie aérienne    Véhicules d'occasion : L'entreprise marocaine Kifal Auto achetée par le Nigérian Autochek    Safae Hbirkou a-t-elle mis fin à sa carrière ? (VIDEO)    Royaume-Uni: l'inflation atteint 9% en avril, une première depuis 1982    Régionales de l'investissement : Une approche sectorielle innovante adoptée pour l'édition 2022    Commerce frontalier en Afrique : Nécessité d'une stratégie de «transformation digitale»    Les villes intermédiaires au cœur du Sommet Mondial de Kisumu    La sélection marocaine scolaire remporte deux médailles de bronze    Equipe nationale : L'annonce de la liste des convoqués reportée à la semaine prochaine    Finale de la Ligue des champions : Les six conditions ''menaçantes'' d'Al Ahly !    Foot asiatique - Arabie Saoudite : Nasser Larguet Directeur Technique National de la Fédération saoudienne    Basketball : Plusieurs blessés après l'effondrement d'une tribune d'une salle à Tanger    Autoproduction électrique: «une réforme qui incitera le privée à investir», assure Leila Benali    Espagne/sécurité sociale: Les Marocains se maintiennent en tête du classement    Plus de 4 millions bénéficiaires du programme d'alphabétisation dans les mosquées    Températures prévues pour le jeudi 19 mai 2022    La Palestine souhaite bénéficier de l'expérience marocaine dans le domaine de la promotion de l'emploi    France : Gesticulations à Grenoble autour du «burkini», autorisé à Rennes depuis 2018    La 15ème édition de Jazzablanca Festival du 1er au 3 juillet    Littérature tunisienne : La clause paternelle ou la rupture atavique    Menart Fair : Les pionniers du mouvement de Casablanca célébrés à Paris    «Dak'art» 2022 : Le Maroc présent en force    Dynamique de Marrakech : Deux autres pays réitèrent leurs appuis à la marocanité du Sahara    Interpellation du suspect impliqué dans le vol sous la menace de l'arme blanche d'une agence bancaire à Casablanca (DGSN)    Canada : Le Maroc à l'honneur du Festival du film de l'Outaouais    Voya envisage de racheter la majorité des activités de gestion d'actifs d'Allianz aux Etats-Unis    Ouverture des points de passage de Bab Sebta et Beni Ansar aux voyageurs    Le temps qu'il fera ce mercredi 18 mai 2022    Plus de 1,2 million d'hypertendus pris en charge en 2021    Marrakech : petite frayeur pour le ministre Skouri et son hôte européen après une panne d'automobile    Le Bahreïn remercie le roi Mohammed VI    France: coup d'envoi du Festival de Cannes    Le Bahreïn exprime sa gratitude pour les efforts du Roi pour préserver l'identité d'Al-Qods    La Palestine souhaite bénéficier de l'expérience marocaine dans le domaine de la promotion de l'emploi    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Rupture algérienne avec le Maroc : un non-événement
Publié dans Barlamane le 24 - 08 - 2021

Le ministre des affaires étrangères algérien, Ramtane Lamamra, a annoncé, mardi 24 août, la rupture des relations diplomatiques avec le Maroc, en raison de prétendues «actions hostiles» du royaume à l'égard de l'Algérie. Un non-événement et une diversion de mauvais augure.
Il fut un temps où le roi Mohammed VI a appelé l'Algérie à un dialogue «direct et franc», en proposant la création d'un «mécanisme politique conjoint de dialogue et de concertation» pour «dépasser les différends» entre les deux voisins. Un mécanisme qui aurait permis de discuter «sans tabou» de toutes les questions bilatérales brûlantes et de «mettre tous les griefs sur la table» : la drogue, la contrebande, la question du Sahara, les faits historiques, les conventions non respectées, etc. Aujourd'hui, ce n'est plus possible.
«L'Algérie a décidé de rompre ses relations diplomatiques avec le Maroc à partir d'aujourd'hui [24 août]», a déclaré le ministre algérien Ramtane Lamamra lors d'une conférence de presse. Ce dernier a justifié cette décision en ressassant la même sérénade chère au régime contre le Maroc. Mais cette annonce est un non-événement. Si c'était encore une obstination préméditée, décidée, calculée, ce serait un système. Le régime algérien ne fait que conformer sa diplomatie aux indications de l'opinion intérieure, à la volonté d'une ligne hostile au Maroc. Il s'est replié sur cette option, parce qu'après tout c'est le meilleur moyen de ne rien faire pour le peuple qui souffre en paraissant sauvegarder une certaine dignité malmenée, en se mettant à l'abri d'une bourrasque qui peut l'emporter.
Le régime algérien se trahit lui-même et la décision de rompre avec le Maroc démontre qu'il a sacrifié tous ses devoirs pour de petites considérations de parti, par de médiocres calculs de tactique politique.
C'est un non-événement parce que le Maroc côtoie un voisin désespéré et sans boussole. Le roi Mohammed VI avait déploré avant trois semaines les «tensions» avec l'Algérie, invitant le président Abdelmadjid Tebboune, «à faire prévaloir la sagesse» et à «œuvrer à l'unisson au développement des rapports» entre les deux pays. Mais le régime algérien sait que la carte Maroc est nécessaire à sa survie.
La reprise des relations diplomatiques entre le Maroc et Israël – accompagnée d'une reconnaissance américaine de la souveraineté marocaine sur le territoire du Sahara – a poussé le régime algérien à adopter une rhétorique complotiste et parfois antisémite, au point d'annoncer que des «manœuvres étrangères» en voudraient à la sécurité de l'Algérie.
Les liens diplomatiques avaient été rompus une première fois entre les deux pays quand, le 7 mars 1976, Rabat mettait fin à ses relations avec Alger à la suite du soutien de la junte militaire algérienne aux milices du Polisario.
Alger, qui n'en est pas à sa première contradiction, avait rappelé, en juillet, son ambassadeur à Rabat après que «la représentation diplomatique marocaine à New York [a] distribué une note officielle aux pays membres du mouvement des non-alignés dans laquelle le Maroc "soutient publiquement et explicitement un prétendu droit à l'autodétermination du peuple kabyle"», avait expliqué le ministère des affaires étrangères algérien. L'unité marocaine, elle, ne vaut rien pour le régime de Tebboune.
Durant une réunion du mouvement des non-alignés les 13 et 14 juillet, à New York, le représentant permanent du Maroc à l'ONU, Omar Hilale, avait fait passer une note dans laquelle il estimait : «Le vaillant peuple kabyle mérite, plus que tout autre, de jouir pleinement de son droit à l'autodétermination.» Un tabou pour Alger, qui s'oppose à toute volonté indépendantiste de la Kabylie, région berbérophone du nord de l'Algérie.
Mercredi 17 août, le Haut Conseil de sécurité, dirigé par le président algérien avait décidé de «revoir» les relations avec le Maroc, mais la raison avancée a provoqué d'immenses réactions dérisoires : Alger a accusé Rabat d'être impliqué dans les incendies meurtriers qui ont ravagé le nord du pays, faisant au moins 90 morts. Et l'incurie criminelle d'un régime qui méprise sa population ?
«Les actes hostiles et incessants perpétrés par le Maroc contre l'Algérie ont nécessité la révision des relations entre les deux pays et l'intensification des contrôles sécuritaires aux frontières ouest», avait affirmé la présidence algérienne dans un communiqué. Personne n'y croit.
Selon le président Tebboune, la plupart de ces incendies étaient d'origine «criminelle» – sans que ne soit présentée jusqu'à présent la moindre preuve. L'enquête, surréaliste, a permis, selon le régime, de «découvrir qu'un réseau criminel classé comme organisation terroriste» est derrière les incendies, «de l'aveu de ses membres arrêtés», selon la Direction générale de la sûreté nationale. Sur les réseaux sociaux, on s'interroge sur la dérive d'un régime algérien coupé des réalités.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.