L'offensive de charme allemande pour accélérer le dégel des relations avec le Maroc    Lutte contre la corruption : où en sommes nous ?    Rabat : Lancement de « MoroccoTech »    Le festival d'Angoulême en mars    Les NFT ou comment révolutionner le monde de l'art dans son ensemble !    Chine : La croissance du PIB atteint 8,1% en 2021    Après l'affaire Djokovic, Roland-Garros planche sur l'accueil des non vaccinés    CAN 2021 : Satisfait de son choix de joueurs, Vahid ne regrette pas l'absence de Ziyech    Salah relance l'Egypte qui s'impose contre la Guinée-Bissau    Le Real Madrid remporte sa 12ème couronne d'Espagne    CAN 2021 : La voiture de service de Samuel Eto'o impliquée dans un accident mortel    Casablanca-Settat : La formation des cadres statutaires de l'AREF est officiellement lancée    Allemagne : Le corps d'un MRE incinéré, le consulat marocain réagit    Mounia Aram remporte le prix de l'innovation culturelle    Les meilleurs films français et internationaux à l'affiche    Jeudi cinéma de Khouribga: Projection du film "The Dream Of Shahrazad"    Cybersécurité. Le Niger s'allie à l'UA    Maroc : Après le syndicat, Chabat se prépare à mettre la main sur la présidence du FFD    Les ventes mondiales de Renault Group en baisse de 4,5% en 2021    عبد الإله بنكيران يصاب بفيروس كورونا    Agroalimentaire. Un centre d'innovation en la matière lancé à Meknès    Les Lions de l'Atlas en 8e de finale !    Alaa Squalli nommé directeur général du Sofitel Casablanca Tour Blanche    Dimistura reçu par des enfants soldats du Polisario    Les restrictions bientôt renforcées au Maroc ?    Hausse des cas au Maroc: affluence toujours en baisse vers les centres de vaccination    Agression mortelle d'une ressortissante française : Les habitants de Tiznit sous le choc après le drame (vidéo)    Chasse aux profils pour l'éducation nationale    Nouveau coup dur pour Credit Suisse avec la démission surprise de son président    Mali. Décès de l'ancien président IBK à Bamako    L'Espagne expulse une Marocaine pour son appartenance à une cellule djihadiste    La série phare «Salamat Abu Al Banat» revient pour une 4ème saison    Espagne : Albares très prudent sur le retour de l'ambassadrice du Maroc    Chine : à trois semaines des JO, les cas quotidiens de Covid-19 explosent    Banques: Le besoin en liquidité s'atténue à 64,8 MMDH en décembre 2021 (BAM)    Maroc/Météo : Températures du jour en baisse sensible ce lundi 17 janvier    Djokovic reviendra-t-il un jour en Australie ?    Une tempête hivernale « majeure » frappe l'est des Etats-Unis    Eruption et tsunami: gros dégâts aux Tonga, sans internet pour encore « deux semaines »    Poutine veut construire une liaison ferroviaire vers l'Arctique    CAN : la Tunisie se rassure face à la Mauritanie (VIDEO)    Les lois d'urgence sanitaire, deux ans de tempêtes au Parlement français    José Manuel Albares satisfait de la coopération avec le Maroc en matière de canalisation des flux migratoires irréguliers    L'Observatoire du travail gouvernemental dresse le bilan des 100 premiers jours de l'Exécutif    Bonne feuille : Jibril, il y a 42 ans...    L'Humeur : Le raï n'est pas non-algérien    Los Angeles: Des cambrioleurs dérobent un million $ en bijoux de la maison d'une actrice américaine    Magazine : Mohamed Jibril, la plume du perpétuel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Algérie : mandat d'arrêt international contre Ferhat Mhenni, la psychose comme stratégie contre le MAK
Publié dans Barlamane le 26 - 08 - 2021

L'idée d'émettre un tel mandat a fait l'objet de débats dans le monde judiciaire algérien, alors que les chances de voir les responsables du MAK remis à la justice algérienne sont plus que minimes.
Les autorités algériennes ont émis, le 26 août, un mandat d'arrêt international contre le président du MAK, Ferhat Mehenni, ont annoncé, jeudi 26 août, des sources proches du régime. Les dirigeants algériens soutiennent que le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK), une organisation indépendantiste, est responsable des feux de forêt qui ont ravagé le nord et du meurtre atroce de Djamel Bensmaïl, tué par une foule hystérique.
Le lynchage et l'immolation de cet homme accusé à tort de pyromanie en Kabylie, région berbérophone du nord-est, a provoqué une onde de choc en Algérie. Pour calmer la colère publique, plus de soinxante suspects ont été arrêtés depuis le meurtre de Djamel Bensmaïl, le 11 août. Les dirigeants algériens ont accusé, sans preuve, le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK) d'être impliqué dans les incendies et de la mort ignominieuse du jeune homme.
Le régime algérien veut la peau du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK, indépendantiste), lequel a réfuté, en mars, tout projet d'attentat en Algérie et mis «au défi» le ministère algérien de la Défense d'apporter la preuve de ses accusations, avant
Alger a également mis en cause le mouvement islamo-conservateur Rachad, établi à Londres. Ces deux mouvements, bêtes noires du pouvoir algérien, d'être classé en mai comme «organisation terroriste» le 18 mai, avec le mouvement islamo-conservateur Rachad, établi à Londres.
«Le ministère algérien de la Défense vient de déraper gravement en publiant un communiqué sur son site officiel dans lequel, sans aucune preuve, il accuse le MAK de préparer des attentats terroristes», a affirmé le président du MAK, Ferhat Mehenni. Le ministère a annoncé le démantèlement d'une «cellule criminelle» de militants «séparatistes» du MAK, affirmant qu'ils projetaient des attentats contre les marches du mouvement de protestation populaire du Hirak, sans convaincre.
À l'appui de ses accusations contre le MAK, le régime algérien cite à chaque fois des aveux douteux, souvent démontés sur les réseaux sociaux ou démentis par les cibles du pouvoir.
Basé à Paris, ce mouvement, illégal en Algérie, né dans le sillage du «Printemps kabyle» de 2001, le MAK est une des bêtes noires du régime qui l'accuse de visées «séparatistes». La Kabylie est une région berbérophone du nord-est de l'Algérie traditionnellement frondeuse vis-à-vis d'un Etat jugé corrompu et illégitime. Elle est un des fiefs du Hirak.
Pour discréditer le mouvement pro-démocratie, de retour dans la rue depuis la fin février, le régime a prétexté le fait que le Hirak est aujourd'hui infiltré par des activistes du mouvement islamo-conservateur Rachad et des militants du MAK, qui chercheraient à entraîner la contestation populaire dans la confrontation violente, selon les autorités, une autre affabulation non étayée.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.