Maroc – Mali : Les Lionnes de l'Atlas de nouveau victorieuses face aux Aigles    Marhaba 2021: tarifs adaptés et liaison maritime annoncée avec le Portugal    «Mon histoire avec les médicaments»,une autobiographie de feu Omar Tazi [Chapitre 14]    Rencontre Biden-Sanchez. Un désaveu formel pour le président du gouvernement espagnol    Ammouta : Les Lions de l'Atlas "sont prêts" pour la Coupe arabe    Botola Pro : Le WAC atomise le HUSA    L'Ambassade de France annonce la reprise de la délivrance des Visas à partir du 15 Juin    Le Conseil de gouvernement se tient jeudi: ce qui est prévu    L'Espagne, l'Algérie et les Marocains du Monde !    Le groupe OCP, une signature de qualité    Finances publiques : Tout savoir sur la situation des charges et ressources du mois de mai    Nouveau modèle de développement : les défis du marché des capitaux    La Bourse de Casablanca clôture dans le vert    Société d'aménagement Zenata et Lydec : un partenariat novateur a été scellé    Devises vs Dirham: les cours de change de ce lundi 14 juin    LE POUVOIR ALGERIEN SE FICHE DES RESULTATS DES URNES    Cette région du Maroc s'apprête à accueillir 500.000 touristes israéliens    Palestine: Les colons préparent leur marche, les Palestiniens leur Intifada    L'exercice combiné maroco-américain se déroule dans de parfaites conditions    Au sommet avec Biden, Poutine veut du respect    Benjamin Netanyahu devient un justiciable comme les autres    Dernier jour du sommet : le G7 agit face à la pandémie, le climat et la Chine    Espionnage d'élus : Nancy Pelosi veut entendre des procureurs généraux de Trump    Sahara: la Hongrie soutient officiellement le plan d'autonomie    Crise maroco espagnole. Entre la retenue de la presse marocaine et le déchaînement des journaux ibériques    Le furtif échange entre Sánchez et Biden mal digéré par la presse espagnole    Euro 2020 : Le programme de ce lundi    Médaillée d'or, Btissam Sadini se qualifie pour les JO de Tokyo    Intervention de la Marine royale au large de Tan-Tan    Chebbi après la défaite du Raja: « J'ai commis une erreur »    Décevant encore, Vahid peut remercier d    Sahara. L'Espagne ne veut pas céder de peur que le Maroc revendique Sebta et Melilla    Covid. Nouveaux cas, vaccination...: le bilan de ce lundi 14 juin    Covid-19: le Maroc n'est pas à l'abri d'une rechute, selon un expert    300 Billets gratuits pour les élèves marocains des classes préparatoires    Lycée d'excellence de Benguerir. Plus de 400 élèves admis dans les grandes écoles françaises    Coronavirus. Le vaccin américain Novavax efficace à plus de 90% contre les variants    Voici les bienfaits de cette plante pourtant pointée du doigt    Météo au Maroc: temps assez chaud ce lundi    Saadi Youssef est décédé «Loin du premier ciel»    « Ma ville à moi » sur les planches du Théâtre Mohammed V    Quand la darija devient un moyen d'intégration pour les Subsahariens    Fonds d'aide cinématographique : 21,58 millions de dirhams alloués aux nouveaux projets    Vente aux enchères à Tanger : 54 oe uvres passeront sous le marteau pour la bonne cause    Hassan Rachik: Madih Al Howiyat Al Marina    Retour des MRE : Voici les prix proposés par RAM    La symphonie lumineuse de Florence Arnold    Festival: L'Andalousie vue d'Oujda    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le président du MAK, Ferhat Mehenni, placé en garde à vue (sources kabyles)
Publié dans Barlamane le 18 - 05 - 2021

Certains supports médiatiques kabyles, qui citent Aksel Bellabbaci, cadre du mouvement pour l'autonomie de la Kabylie (MAK), ont annoncé que Ferhat Mehenni, président du gouvernement provisoire kabyle, en exil en France, a été placé ce jour en garde à vue au niveau du parvis de la justice du 17e arrondissement de Paris.
Ferhat Mehenni a été placé en garde à vue, mardi 18 mai, à la suite d'une convocation, sans que des détails soient disponibles sur les motifs de cette procédure inattendue. M. Mhenni a appelé la communauté Kabyle à se rassembler cet après-midi devant le Tribunal de Porte de Clichy à Paris.
Basé à Paris, le mouvement de M. Mhenni, interdit en Algérie, né dans le sillage du «Printemps kabyle» de 2001, est une des bêtes noires du régime qui l'accuse de visées «séparatistes».
La Kabylie est une région berbérophone du nord-est de l'Algérie traditionnellement frondeuse vis-à-vis d'un Etat très centralisé. Elle est un des fiefs du Hirak populaire qui réclame le démantèlement du système.
Ceci intervient quelques semaines après que le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK, indépendantiste) a réfuté tout projet d'attentat en Algérie et mis «au défi» le ministère algérien de la Défense d'apporter la preuve de ses accusations.
«Le ministère algérien de la Défense vient de déraper gravement en publiant un communiqué sur son site officiel dans lequel, sans aucune preuve, il accuse le MAK de préparer des attentats terroristes», a affirmé le président du MAK, Ferhat Mehenni, dans un communiqué.
Le régime algérien a annoncé fin avril le démantèlement d'une «cellule criminelle» de militants «séparatistes» du MAK, affirmant qu'ils projetaient des attentats contre les marches du mouvement de protestation populaire du Hirak.
«Nous réfutons tout. l'homme arrêté n'est en aucune manière un militant du MAK», a martelé le porte-parole du mouvement, Aksel Ameziane.
«Nous mettons au défi le ministère algérien de la Défense de donner le nom de ce prétendu 'militant du MAK', sa date et son lieu de naissance», a renchéri le président du mouvement.
De leur côté, les deux représentants du MAK ont souligné que leur organisation est un «mouvement pacifique» qui revendique le «droit des peuples à disposer d'eux-mêmes».
À l'approche d'élections législatives anticipées qu'il a convoquées pour le 12 juin, le régime — dont le pilier est l'armée — cherche par tous les moyens, notamment médiatiques, à discréditer le mouvement pro-démocratie, de retour dans la rue depuis la fin février.
Le Hirak est aujourd'hui accusé par le pouvoir d'être infiltré par des activistes du mouvement islamo-conservateur Rachad et des militants du MAK, qui chercheraient à entraîner le Hirak dans la confrontation violente, selon les autorités.
Né en février 2019 du rejet massif d'un 5e mandat du président Abdelaziz Bouteflika, le Hirak réclame un changement radical du «système» politique en place depuis l'indépendance en 1962.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.