Programme Spark : Huawei veut développer l'excellence des startups marocaines    Belgique : Emeutes à Bruxelles après le match contre le Maroc    Mondial-2022 : La Croatie s'impose face au Canada (4 buts à 1)    Rabat-Salé-Kénitra : Accompagnement des associations en matière de démocratie participative    Salé / Conseil communal: Mobilisation de 14 MMDH pour le renforcement des infrastructures    Casablanca : 7ème édition de la Journée de consultations médicales gratuites    Mondial2022: Apothéose historique du Maroc contre la Belgique    Mondial 2022 / Belgique vs Maroc (0-2) : Les Lions de l'Atlas auteurs d'un exploit monumental et historique    Dakar abritera du 11 au 13 décembre la 54è Assemblée générale de l'AFRAA    Covid-19: nouveau bilan du ministère de la Santé    Prisons : le nombre de détenus en France atteint un record inédit    Covid-19 au Maroc : 101 nouvelles infections et aucun décès ce dimanche    Silence assourdissant dans les ruelles de Rabat    Japon : La Moroccan Night célébrée à l'ambassade du Maroc    Mourad Fedouache vainqueur du prime final de Dream Artist de 2M    Le Costa Rica surprend et s'impose face au Japon    Le Parlement arabe examine les développements de la situation en palestine    Maroc - Belgique : le onze de départ des Lions de l'Atlas    Rabat, capitale du patrimoine culturel immatériel mondial du 28 novembre au 3 décembre    France : 49.3, l'article qui muselle l'Assemblée Nationale    Le Tourisme reconnecte Marocains et Israéliens    Mort d'un casque bleu marocain en République centrafricaine: Le Conseil de sécurité et le SG de l'ONU expriment leurs condoléances au Royaume    Maroc – Belgique: la compo des Lions de l'Atlas    Migration : Les entrées irrégulières en Europe au plus haut depuis 2016    Spoliation immobilière. Le ministère de l'Intérieur muscle son dispositif de lutte contre le phénomène    Voici les prévisions météorologiques pour dimanche 27 novembre 2022    Femmes: Le MEF adhère à la campagne contre la violence    Niamey: le président du Niger reçoit Ryad Mezzour, porteur d'un message du roi Mohammed VI    Précieux conseils de connaisseurs pour investir au Maroc    Italie: une dizaine de personnes disparues après un glissement de terrain    Rapatriement de mineurs marocains: Le juge décide de poursuivre Mateos et Deu    Investissement. Saâd Bendidi vers la passe de trois    Niger-Maroc: Mohamed Bazoum reçoit un message du Roi Mohammed VI    Attijariwafa bank lance son nouveau Business Game « Attijari Startup Game »    Mondial-2022: l'Argentine bat le Mexique (2-0) et se relance    Magazine : Décibels, ouïe c'est cela    Exposition : La Terre mère de Wafaa Mezouar    Arts de la scène : Riche dérive casablancaise    Mouvement populaire. Mohamed Ouzzine succède à Mohand Laenser (vidéo)    Chakib Benmoussa reçu par les autorités maliennes    Covid-19: le bulletin du samedi sur la situation épidémiologique    France : le 49.3 ou la lente agonie de la démocratie parlementaire    Parution de l'ouvrage « Le Maroc, Israël et les Juifs marocains » de Jamal Amiar    Ouzzine élu nouveau secrétaire général du MP    Le coût global de la violence à l'égard des femmes est estimé à 2,85 MMDH    La mise en vente des armes aux USA est une « très mauvaise idée », selon Biden    « Lalla Moulati » : Neta Elkayam chante pour les femmes    Festival Handifilm. « Le cinéma comme levier d'autonomisation » au cœur de la 15e édition    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ferhat Mehenni, première victime de la nouvelle convention d'extradition ratifiée par le régime algérien avec la France ?
Publié dans Barlamane le 19 - 05 - 2021

Garde à vue de Ferhat Mehenni, projet d'attentat en Algérie attribué au Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK, indépendantiste) sans preuves, convention d'extradition avec la France, MAK et Rachad déclarées comme organisations terroristes, le régime algérien veut enterrer le projet pour l'autonomie de la Kabylie (PAK), qui se présente aujourd'hui comme l'une des alternatives les plus sérieuses pour le règlement du dossier kabyle en Algérie, et Ferhat Mehenni avec.
La résurgence de groupes politiques réclamant l'autonomie politique puis l'indépendance de la Kabylie est une réalité qui change la donne pour le régime algérien, alors que la participation de la Kabylie dans le Hirak ainsi que les récentes initiatives pour élargir le mouvement populaire afin d'en finir avec les caciques en place constituent un cauchemar pour le système politico-militaire algérien en mal de légitimité.
Coïncidence ? Retraçons l'histoire. Début avril, Tebboune participe à une réunion du Haut-Conseil de sécurité (HCS), qui regroupe les principaux hauts responsables de l'Etat, notamment le premier ministre, le chef de la diplomatie, le ministre de l'intérieur et le chef d'état-major de l'armée et le patron de la gendarmerie. Lors de cette réunion, le HCS «s'est penché sur les actes subversifs et les graves dérapages émanant de milieux séparatistes et de mouvances illégales proches du terrorisme, qui exploitent les marches hebdomadaires», du Hirak, selon le communiqué diffusé par les relais du régime algérien.
Le texte vise spécifiquement le Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie (MAK, indépendantiste), interdit, et le mouvement islamo-conservateur Rachad, qui n'a pas d'existence légale en Algérie. Ces deux organisations ont été déclarées terroristes le 18 mai, en marge d'une garde à vue contre le président du mouvement kabyle, Ferhat Mehenni, à Paris. Selon Jeune Afrique, le leader du Mouvement pour l'autodétermination de la Kabylie «a été entendu par la police française dans le cadre d'une enquête pour blanchiment en bande organisée en relation avec les paris sportifs. Le même jour, Alger a décidé de classer le mouvement séparatiste comme organisation terroriste» et parle d'un «dossier vide».
Basé à Paris, le mouvement de Mehenni, né dans le sillage du «Printemps kabyle» de 2001, est une des bêtes noires du régime. La Kabylie est une région berbérophone du nord-est de l'Algérie traditionnellement frondeuse vis-à-vis d'un Etat très centralisé. Elle est un des fiefs du Hirak.
Le président algérien, Abdelmadjid Tebboune, a promulgué la nouvelle convention d'extradition entre son régime et la France, selon un décret présidentiel paru au Journal officiel mercredi 12 mai. Le gouvernement algérien et le gouvernement français «s'engagent à se livrer réciproquement, selon les règles et sous les conditions établies par [cette] convention, les personnes poursuivies ou condamnées par leurs autorités judiciaires compétentes», précise le texte.
Les infractions pouvant donner lieu à extradition sont celles «punies par les lois des parties d'une peine privative de liberté d'au moins une année ou d'une peine d'emprisonnement plus sévère», poursuit-il.
Entre 2014 et 2019, 38 demandes d'extradition ont été finalisées entre les deux pays, dont 30 vers la France et 8 vers l'Algérie, selon des sources françaises. Le régime algérien cherche par tous les moyens, notamment médiatiques, à discréditer le mouvement Hirak. La croisade des autorités algériennes contre Mehenni s'inscrit dans le long registre de la répression menée par le pouvoir à l'encontre des leaders et des populations kabyles depuis les années 80 en passant par les événements du printemps noir de 2001 qui ont fait des centaines de morts et de disparus. Mais la France livrera-t-elle Ferhat Mehenni à l'Algérie ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.