Maroc-Australie : un processus d'exploration de niches économiques enclenché ?    Elections du 8 septembre : Des parlementaires européens saluent les efforts du Maroc en matière de démocratie    Le Parlement Marocain à la tête de la Commission permanente de la paix et de la sécurité internationale de l'UIP    Ryad Mezzour: « Tous les ingrédients sont réunis pour la réussite du modèle congolais »    L'INDE, première étape du road show international "Morocco Now"    Crédit du Maroc: Forte hausse des bénéfices de la banque à fin septembre 2021    Contrôle de vie des bénéficiaires de pension : La CNSS dématérialise les procédures    Fermeture des frontières Maroc-France : Air France prête à renforcer son programme de vol    Doucement mais sûrement, le marché de l'immobilier au Maroc se redresse    Le renseignement, entre efficacité et légitimité : le Maroc, l'un des rares pays qui satisfait à cette union    Le Forum économique de Davos annule une réunion après des menaces de complotistes    Sénégal: Macky Sall veut restaurer le poste de Premier ministre, supprimé en 2019    Maroc-Israël : Les enjeux et non-dits d'un accord historique    Fermeture des comptes bancaires des mosquées : Le CFCM sort de son silence et dénonce l'arbitraire    CAF : La Supercoupe poussée jusqu'à février 2022    Mondial- Barrages africains : Tirage des matches le 26 janvier au Cameroun    Interception de 230 migrants d'Afrique subsaharienne à Laâyoune et Tarfaya    CAN 2021: la CAF met fin aux rumeurs d'une éventuelle délocalisation du tournoi    Le calendrier 2022 de la Diamond League dévoilé :Rabat accueille la 4ème étape    Interdiction d'accès au Maroc à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud    Compteur coronavirus : 154 nouveaux cas et 3 décès en 24H    OFI : « La violence faite aux femmes salit l'image du pays »    Covid-19 : Le nouveau variant, baptisé Omicron, classé préoccupant par l'OMS    Covid-19 : Interdiction d'accès au territoire marocain à tout passager en provenance de l'Afrique du Sud (officiel)    La DGAPR n'intervient pas dans les concours de recrutement externes (Mise au point)    FIFM: qui sont les lauréats de la 4ème édition des Ateliers de l'Atlas?    Rabat: Remise de prix aux gagnants du concours «Je dessine mon Patrimoine»    "Khartoum Offside": Au Soudan, le football féminin, plus qu'une passion, un combat pour les droits    Israël vend au Maroc le système de missile multi-missions Barak 8    Covid-19 : Le Maroc en tête des pays africains ayant acquis plus 400 millions de doses de vaccin    Tunisie : près de 500 migrants secourus au large par la Marine    L'UE prévoit l'instauration d'un salaire minimum ''équitable''    Maroc/Inde : Appel au renforcement de la coopération en termes d'investissements bilatéraux    Prix Goncourt : une magnifique consécration à la littérature africaine    Le PSG battu mais qualifié, City, Real et Inter en 8es, Benzema buteur    BAD : 120 millions d'euros pour soutenir les entrepreneurs, les TPME et stimuler la relance    Covid-19 : Que sait-on sur le nouveau variant détecté en Afrique du Sud ?    Naufrage de migrants : Les Britanniques écartés de la réunion du 28 novembre    Rejet de 25 candidatures, dont celle de Saïf Al Islam Kadhafi    Protection sociale: le Conseil du gouvernement adopte un décret d'application relatif aux médecins    Le Maroc favori face au Danemark à Marrakech    «Fragments de vie» de Abdelatif Habib en vernissage à Rabat    Le processus de la création et le pouvoir des mots    «Juifs d'Orient, une histoire plurimillénaire»    L'Education requiert des réformes profondes et urgentes (M. Baitas)    Benny Gantz prie pour SM le Roi à la Synagogue « Talmud Torah » à Rabat    Mondial 2022 au Qatar : Les conditions désastreuses des travailleurs migrants    «Comme avant...» : Une exposition de Rero pour rouvrir l'espace d'art Montresso    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nicolas Baverez : «L'Algérie est ruinée par un régime liberticide et corrompu, c'est une bombe à retardement»
Publié dans Barlamane le 11 - 10 - 2021

Emmanuel Macron a déclenché l'ire d'Alger après des propos accusant le système "politico-militaire" algérien d'entretenir une "rente mémorielle" en servant à son peuple une "histoire officielle" qui "ne s'appuie pas sur des vérités".
Le président français Emmanuel Macron a été indulgent avec le «système politico-militaire fatigué» qui dirige l'Algérie et avec la «rente mémorielle fondée sur la haine de la France» qui lui tient lieu de légitimité. Les démarches de bonne foi de la France envers l'Algérie ont été considérés comme autant d'aveux de faiblesse, croit savoir l'avocat et essayiste Nicolas Baverez. Dans un billet publié dans Le Figaro, le 11 octobre, il affirme qu'elles «ont débouché sur le blocage de toutes les questions bilatérales, du laissez-passer consulaire avec un taux d'exécution des obligations de quitter le territoire français de 0,2 % au statut des investissements en passant par la coopération dans la lutte contre les djihadistes au Sahel.»
«Sous le naufrage annoncé de la énième tentative de relance du dialogue entre Paris et Alger pointe la faillite de l'Algérie. Elle partage avec le Venezuela d'être un pays immensément riche ruiné par un régime liberticide et corrompu, par un modèle d'économie socialiste et par la malédiction des matières premières» assène M. Baverez. «Le chômage touche un quart des actifs et plus de la moitié des jeunes. La pauvreté est endémique avec un revenu limité à 4 100 dollars par habitant et par an et des inégalités gigantesques. La tutelle de l'Etat sur l'économie va de pair avec une corruption endémique, nourrie par le contrôle des importations, des prix et des changes. La situation s'est brutalement dégradée sous l'effet de quatre facteurs : l'explosion démographique avec plus d'un million de naissances par an ; la chute du prix des hydrocarbures qui a amputé le PIB de 40 % entre de 2014 et 2020 ; l'épidémie de Covid ; enfin les incendies qui ont ravagé la Kabylie l'été dernier» décrit-il. Un sombre tableau.
Répit provisoire
«La timide reprise enregistrée en 2021 avec l'envolée du prix des hydrocarbures n'offre qu'un répit provisoire. Le blocage du développement a pour pendant l'immobilisme du système politique, que le départ forcé puis la mort d'Abdelaziz Bouteflika n'ont en rien résolu. La dictature de l'Etat-FLN adossée à l'armée et aux services de sécurité s'est accordé un nouveau sursis avec la désignation du président Tebboune» souligne-t-il, indiquant que «le régime a été profondément déstabilisé par le Hirak et se trouve totalement paralysé : il ne peut ni se maintenir ni se réformer, ni céder le pouvoir ni l'exercer.»
«Son seul ressort demeure la recherche de boucs émissaires extérieurs tels que la France, le Maroc ou Israël, et son seul projet d'avenir la dénonciation du colonialisme qui a disparu depuis soixante ans. Le peuple algérien a compris que le procès fait à la France – avec l'aide de Recep Tayyip Erdoğan – d'un génocide fictif et l'exploitation de la guerre d'indépendance se réduisent à des alibis brandis par le régime pour justifier ses échecs. Mais le Hirak, de plus en plus soumis à l'emprise des islamistes, ne parvient pas à offrir une alternative crédible. L'Algérie est une bombe à retardement, dont l'explosion programmée serait catastrophique pour les Algériens, pour le Maghreb mais aussi pour l'Europe» fait savoir l'essayiste. «Sa population atteindra 50 millions d'habitants en 2050. Son économie est promise à la ruine avec la fin de la rente pétrolière accélérée par la lutte contre le réchauffement climatique. Sa dictature reste trop forte pour être renversée mais est trop faible pour diriger le pays et pour le réformer, ce qui la place à la merci d'un basculement vers une démocrature islamiste dont la Turquie de Recep Tayyip Erdoğan, de plus en plus influente, offre le modèle» présage-t-il.
«Au lieu d'osciller entre la soumission à la mythologie mémorielle et la passivité, la France et l'Europe doivent définir et mettre en œuvre une stratégie cohérente vis-à-vis de l'Algérie. Une stricte conditionnalité de l'aide, notamment pour la modernisation des infrastructures, à la réadmission des clandestins expulsés par les Etats membres de l'Union européenne. Une stratégie de codéveloppement fondée sur le secteur privé et les entrepreneurs. Le maintien des liens avec la société civile algérienne, vivante et connectée, en mobilisant la diaspora et le levier de la langue française. Le déploiement d'un système européen de surveillance et d'intervention en Méditerranée afin de pouvoir en assurer la sécurité en cas de déstabilisation du Maghreb, et notamment d'implosion de l'Algérie» a-t-il convenu.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.