Le Souverain plaide pour une coopération internationale plus conséquente    Sahara Marocain : Bourita reçoit Staffan de Mistura    L'Espagne adopte l'Accord de Marrakech portant création de l'Alliance Solaire Internationale    La revue de presse du mercredi 6 juillet    Campagne agricole 2021-2022 : la superficie récoltée s'élève à 1,2 million d'hectares au 1er juillet    Ouverture: la Bourse de Casablanca en bonne mine ce mercredi    Grand oral d'Akhannouch : le gouvernement engagé à réaliser ses objectifs    18 millions de dirhams pour appuyer les artisans du Nord    Officiel: le derby Wydad-Raja délocalisé et à huis clos    La MDJS remporte la médaille d'or dans la catégorie gaming    Akhannouch souligne les efforts déployés pour la généralisation du préscolaire et la réduction du décrochage scolaire    Hausse des décès liés au covid-19: les Marocains s'inquiètent    La réforme du système éducatif, l'autre casse-tête du gouvernement    Croissance économique : 0,8% attendue pour le T3 2022 (HCP)    Dakar: la RAM signe cinq conventions avec des partenaires au Sénégal    Chaos au Stade de France: trois hommes condamnés    La météo pour ce mercredi 06 juillet 2022    CAN féminine : Le Maroc bat l'Ouganda et se qualifie aux quarts de finale    L'ancien PDG de l'aéroport d'Alger condamné à 8 ans de prison pour corruption    Maroc : Le Comité CEDAW recommande des avancées égalitaires en arrondissant les angles    Le Groupe AKDITAL lance la Fondation AKDITAL    La FM6E lance Anaboundif, l'appli écocitoyenne pour tous    CAN – Maroc 2022 : Les Lionnes de l'Atlas battent les Grues et se qualifient (vidéo)    L'ONU répond à l'Algérie et au Polisario sur l'annulation des visites de De Mistura au Sahara    BTS : 2.186 candidats réussissent l'examen cette année    CAN féminine: le Sénégal, 1ère équipe qualifiée pour les quarts de finale (VIDEO)    Covid-19: La vague actuelle est une "copie conforme" de la première vague d'Omicron    Série de réunions au Parlement européen à Bruxelles et Strasbourg    Le Wydad s'adjuge le trophée et conserve sa couronne    Dari au Stade Brestois, Laaziri à l'Olympique Lyonnais !    France : L'épreuve de feu pour Borne II    « Epargner aux pays africains d'être sévèrement touchés par la vague inflationniste »    Covid-19: Le Maroc a enregistré 3849 nouveaux cas et 11 décès en 24H    Tunisie: Kais Saied défend son projet de Constitution controversé    Sahara: Nasser Bourita reçoit Staffan de Mistura    Azemmour : La préservation du Malhoune, une priorité...    Non, Dounia Boutazout ne mettra pas un terme à sa carrière    Marrakech. Le groupe espagnol Baiuca fait sensation au FNAP    MOGA Festival revient à Essaouira : Du 28 septembre au 2 octobre 2022    La 17ème édition du festival Timitar du 15 au 16 juillet à Agadir    Harcèlement, viol, chantage... Quand la haute société française bascule dans le gore et demeure impunie    La journaliste Abu Akleh « vraisemblablement » tuée par un tir israélien « non-intentionnel » (Département d'Etat)    Voici le nouvel entraîneur du PSG    Dounia Batma s'offre un relooking (PHOTO)    Condamné à mort, le Marocain détenu en Ukraine saisit la Cour suprême des séparatistes    Une clôture aux rythmes gnaoua    Moussem d'Asilah : Une 43ème édition saison ouvre la saison estivale    Décès de Abdallah Charif El Ouazzani: les condoléances du roi Mohammed VI    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'Algérie susceptible de sanctions suite à la recommandation de l'USCIRF de la maintenir dans la Liste de Surveillance Spéciale du Département d'Etat américain
Publié dans Barlamane le 07 - 05 - 2022

La Commission des Etats-Unis sur la liberté religieuse internationale USCIRF a recommandé, dans son rapport annuel 2022 , paru fin avril, de maintenir l'Algérie* dans la liste de surveillance spéciale des pays qui commettent et tolèrent de graves violations de la liberté de religion internationale ; liste dans laquelle l'avait placé en novembre 2021, le département d'Etat américain aux côtés de Cuba, des Comores et du Nicaragua.
Pire que les années précédentes, le rapport de l'USCIRF dresse un état des lieux très inquiétant de la situation de la liberté de religion en Algérie, menacée par les actes de répression conduits par les autorités du pays, notamment à l'encontre des minorités religieuses et des lieux de culte. Ce rapport 2022 comprend même des activistes et opposants politiques que le Département d'Etat avait mentionnés dans son rapport des droits de l'homme 2021, comme étant sous le coup de condamnations basées sur des accusations liées à religion.
Ainsi, le rapport révèle qu'en 2021, les conditions de la liberté religieuse en Algérie se sont détériorées, le gouvernement appliquant de plus en plus les lois sur le blasphème et continuant à restreindre la pratique des cultes et la fermeture d'églises protestantes portant leur nombre à 20, depuis 2017.
Les autorités du pays ont également accusé les minorités religieuses de se rassembler illégalement sans leur offrir la possibilité de pratiquer leur culte collectivement.
D'ailleurs, en novembre 2021, à la suite de l'annonce par le Département d'Etat américain de l'ajout de l'Algérie à sa liste de surveillance spéciale pour avoir commis et toléré de graves violations de la liberté de religion, le gouvernement algérien a convoqué le président de l'EPA (Association protestante évangélique) devant un tribunal pour avoir pratiqué des rites non-musulmans sans autorisation.
Ces actions ont eu un impact sur les minorités religieuses de toutes confessions et croyances, notamment les chrétiens protestants, les musulmans ahmadis et les libres penseurs.
Dans le détail, en janvier 2021, un tribunal a condamné Hamid Soudad, un chrétien, à cinq ans de prison pour avoir « insulté le prophète de l'islam » en partageant une caricature du prophète sur les médias sociaux. En février, un tribunal a condamné le libre penseur Said Djabelkhir, expert en soufisme et défenseur d'une interprétation progressiste de l'islam, à trois ans de prison et une amende de 50 000 dinars sous prétexte d' « offense aux préceptes de l'islam » pour avoir écrit sur facebook que le sacrifice de moutons est antérieur à l'islam et pour avoir dénoncé le mariage des mineurs. Le cas de cet universitaire avait été largement commenté dans le rapport des droits de l'Homme en Algérie 2021 par le département d'Etat US. Egalement mentionné dans les deux rapports, le militant de l'opposition Walid Kechida que les autorités algériennes ont condamné à trois ans de prison en mars 2021 pour avoir « offensé les préceptes » de l'islam dans des mèmes sur Internet. L'USCIRF poursuit avec la condamnation, en juin, pour prosélytisme du pasteur et libraire Rachid Mohamed Seighir et de Mouh Hamimi son employé libraire également, les condamnant à des peines d'un an de prison avec sursis.
L'USCIRF mentionne également deux musulmans ahmadis condamnés à deux ans de prison pour diffamation fondée sur la religion et dénigrement des rituels courants de l'islam.
Dans sa chasse aux minorités religieuses, musulmanes comprises, le gouvernement algérien insiste pour que la communauté musulmane ahmadie s'inscrive auprès de la Commission des groupes religieux non-musulmans, alors que les Ahmadis, qui se considèrent comme musulmans, estiment que cela constitue une violation de leur conscience de musulmans.
Ce tour de vis du régime se poursuit dans une Algérie qui a, précise l'USCIRF, une longue histoire de répression et de persécution des minorités religieuses, notamment à l'encontre des juifs, des bahá'ís, des chrétiens protestants et des musulmans ahmadis.
Cette persécution est rendue possible à la faveur de lois qui limitent la libre expression et la pratique des croyances et qui favorisent une interprétation particulière de l'Islam tout en restreignant les activités religieuses, explique le rapport. Le Covid-19 a également servi d'alibi dans cette répression des minorités religieuses en Algérie, en ce sens que les communautés chrétiennes n'ont pas pu rouvrir leurs églises, contrairement aux mosquées.
Le maintien de l'inscription de l'Algérie sur cette liste pourrait avoir des conséquences sur le financement étranger et la coopération entre les Etats-Unis et l'Algérie, notamment suite au rapport sévère concernant la situation de droits de l'Homme en Algérie 2021, dernièrement diffusé sur le site du Departement d'Etat et qui qualifie Alger de régime autoritaire. L'USCIRF rappelle, dans ce contexte, que les Etats-Unis sont l'un des principaux partenaires commerciaux de l'Algérie.
*L'Algérie compte près de 43 millions d'habitants, dont 99 % sont estimés être musulmans sunnites. Le 1 % restant de la population est composé de juifs, de non-croyants, de minorités musulmanes (dont les musulmans ahmadis et chiites) et de chrétiens (dont les catholiques romains, les adventistes du septième jour, les méthodistes, les évangéliques, les luthériens, l'Eglise réformée et les coptes égyptiens).


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.