DEPF : De fortes incertitudes persistent sur la relance sectorielle    فيروس كورونا : 2117 إصابة جديدة وثلاث وفيات في 24 ساعة الأخيرة    Maroc : 573 personnes interpellées pour des fraudes lors du baccalauréat    Des milliers de personnes contre l'Otan à Madrid, ville hôte de son prochain sommet    Le pôle DGSN/DGST poursuit le démantèlement des réseaux criminels de l'émigration, arrête 57 subsahariens et reçoit l'hommage officiel de Pedro Sanchez    Abdelhamid Sabiri affiche ses ambitions    Promulgation de la charte révisée: vers une levée de l'embargo contre le Mali    Un militant politique et des droits humains attaché à ses valeurs et idéaux    Exploration spatiale : A cause d'un problème de logiciel, la Nasa reporte le lancement de la mission Psyche    Akharbach: «Les doubles standards contribuent à antagoniser les opinions publiques»    Salé : Le CN du Scoutisme Hassania Marocain tient sa session extraordinaire    L'Opinion : Selon nos voisins de l'Est, tout Marocain est un espion !    Une tentative de passage en force qui a coûté la vie à 23 Subsahariens    La situation épidémiologique au 26 juin 2022    Rabat : Etat d'alerte dans les centres sociaux    Diaspo #245 : Mahmoud Chouki, un Marocain amoureux de la musique et de la Nouvelle-Orléans    Hôtellerie. Les filiales marocaines du groupe Fram bientôt en liquidation    Le Roi Mohammed VI félicite le président de Madagascar à l'occasion de la fête nationale de son pays    Le Roi Mohammed VI félicite l'Émir qatari Cheikh Tamim Bin Hamad Al-Thani    Cinquante-neuf migrants d'origine africaine interpellés entre Tétouan et Fnideq    Juventus Academy Maroc et Ariston Maroc lance «Action Foot»    Botola Pro D1 : La 29e journée se joue dans sa totalité mercredi prochain    Sidi Kacem / Zegota : Les valeurs de la bonne éducation au centre d'un colloque    Bourita: «la coopération entre le Maroc et les Nations Unies est forte»    Une délégation de députés marocains à Johannesburg pour prendre part aux travaux du Parlement panafricain    OMS: la variole du singe n'est pas actuellement une urgence sanitaire mondiale    Botola Pro : Le WAC à un point du titre national    Quand Rabat vibre aux rythmes de Gnaoua et Musiques du monde    La grogne des festivals de cinéma!    L'IRCAM célèbre le 18è anniversaire de l'homologation ISO    Début du sommet du G7 en Bavière – « plan Marshall » pour l'Ukraine    Températures prévues pour le lundi 27 juin 2022    Ryanair annule des vols en Belgique, en France et en Espagne suite à une grève d'hôtesses et stewards    Cartier Saada : un déficit de 25,5 MDH    Futsal: La sélection marocaine progresse au 10ème rang mondial    Annulations de vols aux USA: Echange d'accusations entre les compagnies aériennes et les autorités    Le Maroc et le FMI négocient une nouvelle ligne de liquidité    Transition énergétique : Le Maroc, fournisseur majeur d'hydrogène vert d'ici 3 ans    Summer 2022 : Les Marocains de plus en plus séduits par les destinations sans visa    Magazine : Soyons fous, aimons l'art    Festival / Electro : Dakhla into the wild    Photographie : L'abstraction vue par Abdelkader Badou    Ce n'est pas sur le fronton de la scène du Marrakech du rire qu'on lira « Castigat ridendo mores »    Le ministère du Tourisme dément l'annulation de la gratuité du transport pour ses fonctionnaire    Le temps qu'il fera ce dimanche 26 juin 2022    Le président sénégalais Macky Sall salue la participation d'une forte délégation du Maroc à la célébration du Centenaire de la disparition de Cheikh El Hadj Malick Sy    Le Gnaoua Festival Tour un Succès Populaire Grandissant Porté Par Les Alizés    Manuel Albares : La position de l'Espagne sur le Sahara "très claire" et "souveraine"    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Visas : les autorités consulaires françaises au Maroc «rejettent une demande sur deux»
Publié dans Barlamane le 24 - 05 - 2022

Paris a annoncé en septembre 2021 la réduction du nombre de visas accordés à ces trois pays du Maghreb, dont le Maroc en raison de leur «refus» de délivrer les laissez-passer consulaires (LPC) nécessaires au retour des immigrés refoulés de France. Une vengeance immotivée devenue du chantage en règle.
En matière de visa, le pouvoir d'appréciation des autorités consulaires françaises est devenu une épée de Damoclès. Les critères de refus n'étant pas fixés par la législation, les demandeurs de visa sont devenus très peu protégés contre les décisions arbitraires des consulats qui motivent leur refus avec des prétextes fallacieux. La demande de visa représente, pour les postulants, un investissement onéreux et risqué mais une manne financière pour les pouvoirs publics français. Les frais sont donc versés, que le visa soit accordé ou pas, et ils ne sont pas remboursés en cas de rejet de la demande. Et malgré les avertissements et les réserves des observateurs indépendants concernant les atteintes aux libertés individuelles qui peuvent découler de cette logique actuelle en matière de visa, les agissements actuels ne semblent pas prêt de s'arrêter.
Visas délivrés au compte-gouttes ? Interrogé par Le Monde sur sa politique incompréhensible de quotas, le consulat général de France à Rabat a refusé de justifier pourquoi ses services rejettent une demande sur deux. «Les arbitrages se font de manière assez opaque, observe un conseiller des Français de l'étranger de la zone cité par Le Monde. Ce qui est certain, c'est qu'une fois les visas accordés aux catégories préservées, comme les étudiants et les chauffeurs routiers, qui ont besoin de visas de circulation, la portion restante est très réduite», a-t-il révélé. Selon une autre source, les autorités consulaires, obligées de motiver leurs refus, n'auraient d'autre choix que de «mettre en attente les "bons" dossiers jusqu'à ce qu'ils en trouvent à refuser».
«Pour faire le chiffre, il n'y a plus de tolérance dans l'examen des demandes : au moindre justificatif manquant, c'est le refus», dit au journal M'jid El Guerrab, député de la neuvième circonscription des Français de l'étranger : «Par exemple, il est désormais exigé une facture acquittée de l'hôtel, quand auparavant une simple confirmation de réservation suffisait.»
L'instruction des demandes de visa est devenue très lente. Surtout, il est très difficile pour les demandeurs d'accéder à une information fiable sur la procédure ou la liste des pièces à fournir, surtout après les nouvelles restrictions françaises qui restent très opaques. «Depuis le début de l'année, un obstacle supplémentaire est venu se greffer en amont de la procédure : non seulement les chances d'obtenir un visa sont réduites, mais il est même devenu difficile – sinon impossible – de prendre un rendez-vous pour déposer une demande. La plate-forme TLScontact (du nom du prestataire à qui le consulat sous-traite le dépôt des dossiers) est saturée», précise Le Monde.
Les Français du Maroc, eux, dénoncent un système «inadmissible, à l'encontre des valeurs d'égalité et de transparence». Le système actuel de TLS «renvoie une image désastreuse des services français», estime un conseiller consulaire : «En gros, les gens comprennent qu'il faut payer une sorte de bakchich pour y avoir accès !».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.