Le Pakistan réitère son soutien à notre intégrité territoriale    Tenue prochaine de la 14ème Réunion de haut niveau France-Maroc    L'ambassadeur du Royaume à Saint-Marin remet ses lettres de créance    «Raconte-moi ton Histoire-Handicap: le courage d'en parler»    La fête de l'Huma s'illumine!    Le danger plane sur nos assiettes : Lait, légumes, fruits, viande, rien n'est totalement sain, selon la Cour des comptes    L'offre mondiale de céréales plus abondante que prévu    Le Maroc présente les atouts de son offre touristique à Saint-Pétersbourg    Trump a "du mal à croire" qu'Israël ait espionné la Maison Blanche    Insolite : Venue arrêter quatre suspects, la police philippine repart avec 277 Chinois    Suspense total avant le premier tour de la présidentielle tunisienne    Italie: Le gouvernement Conte 2 obtient la confiance du Parlement    Comment le terrorisme se résilie, se régénère, se diversifie et innove    Ligue 1 : Neymar observé, tribunes scrutées    Divers sportifs    Qui d'autres que le WAC ? Sacré trois fois en cinq saisons, les Rouge et blanc semblent les mieux armés    Divers    Les nouveautés de la loi-cadre 51.17 présentées à Laâyoune    Faire de petites siestes, c'est bon pour le cœur    Ibrahim Bouslah : L'affaire Karoui, un casse-tête juridique    Sophia Hadi revisite avec brio "La chute" d'Albert Camus    Une centaine de productions étrangères tournées au Maroc en 2019    Sidi Larbi Cherkaoui, le chorégraphe référence de la danse contemporaine en Belgique    La Nouvelle Tribune et www.lnt.ma, partenaires du Wall Street Journal !    Fonds de retraite du RCAR, mise au point de la CDG    La BAD émet une obligation globale de référence de 2 milliards de dollars    Grève des pilotes : British Airways annule ses vols le 27 septembre    Surf : Le marocain Ramzi Boukhiam qualifié pour les JO 2020    La Tribune de Nas : Pas de « Karti »…er…    Une mini NBA pour les juniors marocains    Des matchs palpitants d'entrée    Coupes africaines : Voici les affiches du deuxième tour    Ouagadougou : sommet de la CEDEAO sur le terrorisme, avec la participation du Maroc    Catastrophes naturelles: Une taxe de solidarité au Conseil du gouvernement    Affaire Imlil: La partie civile réclame l'ex-ministre de la justice à la barre    Météo : quel temps fera-t-il ce samedi ?    Al Haouz : Plus de 110.000 bénéficiaires de l'initiative royale "Un million de cartables"    Inondations dans le sud-est de l'Espagne : cinq morts en deux jours, le pays sous le choc    Les manuels scolaires manquants seront disponibles entre les 17 et 20 septembre    El Jadida : Décès d'une personne placée en garde à vue    CIH: le RNPG en baisse de plus de 47% au S1-2019    L'Etat s'attaque aux chargeurs de téléphones non conformes    Négociations commerciales avec Pékin: Washington veut « des progrès substantiels »    Ouragan Dorian: 1.300 personnes non localisées aux Bahamas menacées par une nouvelle tempête    Laâraj insiste sur une renaissance culturelle pour un développement plus efficace    Les Inqualifiables poursuivent leur tournée !    Après Londres, le MACAAL accueille une grande rétrospective dédiée à Mohamed Melehi    Festival de Fès de la culture soufie: «Une autre civilisation est possible»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les 14 ans du SIAM : l'âge certain d'un grand évènement
Publié dans Challenge le 15 - 03 - 2019

Une belle idée portée par une volonté s'est incrustée dans une ville qui a donné une identité à une manifestation internationale. Le Salon International de l'Agriculture au Maroc (SIAM) dont la 14ème édition aura lieu 16 au 21 avril 2019 à Meknès, est cet espace qui allait être le meilleur accompagnateur d'une politique publique qui portera, quelques années plus tard, le nom du « Plan Maroc Vert ».
Les années passent et le SIAM s'impose en tant que rendez-vous qui réunit tous les acteurs du secteur agricole au Maroc, en Afrique et à travers le monde. Les 14 années que représentent la vie d'une manifestation qui honore les travailleurs de la terre, les exploitants et les créateurs de valeur ajoutée agricole est un processus fondateur d'une nouvelle culture.
Le Salon International est cette occasion que beaucoup d'acteurs considèrent comme étant le lieu d'une consécration et le point de départ vers des performances en matière de production, de commercialisation et de durabilité environnementale et économique du travail de la terre.
La 13e édition du SIAM a permis d'ancrer cette manifestation dans la durée avec la présence de 70 pays, des centaines de coopératives et d'entreprises du secteur agroalimentaire et un accompagnement médiatique spécialisé régulier. La 14 e édition constituera une étape d'envergure pour l'évolution des prestations qu'offre le SIAM aux acteurs du secteur agricole dans ses relations avec les autres secteurs de l'économie.
La 14è édition : vers un million de visiteurs
Les objectifs de la 14 e session du SIAM sont réalisables au regard de la dynamique qui a marqué l'évolution de cette manifestation depuis sa création. En 2019, le nombre de visiteurs dépasserait le million, celui des pays atteindrait 72 et le nombre des exposants atteindrait 1800.
Les différents pôles du prochain SIAM seront divers et marqués par une spécialisation qui englobera les régions, les institutions, l'international, les produits du terroir, les agrofournitures, le machinisme et l'élevage. Les conférences qui accompagnent le Salon permettront aux acteurs du secteur d'échanger sur des thèmes très importants à travers 35 conférences.
Pour cette édition 2019, c'est la Suisse qui est à l'honneur. « C'est une occasion pour nous pour mettre en évidence ce que nous faisons déjà au Maroc dans le domaine agricole. Nous soutenons par exemple la filière de production d'huile d'argan avec toutes ses implications à l'international. Le salon sera l'occasion de lancer de nouveaux partenariats et aussi de faire connaître quelques spécificités de l'agriculture en Suisse », estime, pour sa part, Massimo Baggi, ambassadeur de Suisse au Maroc.
Rappelons que la Suisse et le Maroc sont de bons partenaires. En 2016, le volume des échanges entre les deux pays, a atteint 520 millions de francs. La Suisse exporte au Maroc essentiellement des produits pharmaceutiques, des machines et des produits horlogers. Et le pays importe principalement du Royaume des produits tels que les pierres et les métaux précieux, les articles de bijouterie, les textiles et les vêtements.
L'une des nouveautés de cette année concerne la mise en place d'un salon B2B au niveau de chaque pôle. Il faut dire que le SIAM constitue chaque une véritable vitrine pour de multiples TPE et coopératives. Selon Jawad Chami, la plupart des entreprises (coopératives, TPE…), qui participent à l'événement réalisent plus de 60% de leurs chiffres d'affaires annuels lors du SIAM, notamment au pôle Produits du terroir.
Huiles d'olive et d'Argan, de Safran de Taliouine, en miels riches et variés, en dattes, nèfles, cactus, aloès, amandes, figues, champignons, couscous, lait de chamelle et de chèvre et leurs dérivés plantes aromatiques et médicinales, autant de produits qui se vendent comme des petits pains lors du SIAM.
« Les coopératives et associations écoulent, en 5 jours, plus de 12 millions de DH de marchandises lors du SIAM et y réalisent 70 à 80% de leur chiffre d'affaires annuel », renchérit le commissaire général du SIAM. « Le SIAM devient ainsi une extraordinaire opportunité pour le développement, la valorisation, la promotion et la commercialisation des produits de terroir et une vitrine de premier plan de la richesse et de la diversité des 12 régions du Royaume avec leurs valeurs culturelle et économique », ajoute-t-il.
L'agriculture, levier d'emploi
Le thème choisi pour la 14 e édition s'intègre pleinement dans les défis à relaver par toutes les politiques publiques, à savoir l'emploi. « L'agriculture, levier d'emploi et avenir du monde rural » est cet axe qui doit intégrer toutes les actions publiques et notamment dans le secteur primaire.
« L'objectif de cette thématique répond aussi à la nécessité d'assurer au monde rural un développement équilibré, harmonieux et durable en intégrant une approche économique, sociale et spatiale. L'ancrage du monde rural dans la dynamique nationale doit ainsi relever le triple défi des performances économique, sociale et environnementale pour assurer l'émergence d'une classe moyenne agricole en mesure d'assurer un développement socio-économique durable », assure Jawad Chami.
Il faut dire que lutter contre la précarité et renforcer les moyens pour une meilleure efficacité économique ne peut se passer d'une meilleure organisation de l'efficience des projets dans l'agriculture. Ce secteur reste déterminant dans la fixation des objectifs en matière de croissance et partant de création d'emplois.
Le Plan Maroc Vert s'est fixé comme objectifs de libérer la croissance de sa dépendance à l'égard du climat. Maîtriser l'irrigation et organiser les filières sont des priorités qui resteront déterminantes pour l'avenir du secteur agricole marocain. Il est stratégique et il le restera tant pour son rôle dans la sécurité alimentaire que pour l'équilibre social et démographique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.